Exporter, innover, investir - Le Service des délégués commerciaux

Reprise des exportations canadiennes de produits automobiles

Après dix ans d’exportations à la baisse, l’industrie canadienne de l’automobile connaît une forte croissance de ses ventes à l’étranger qui ont progressé de 58 p. 100 depuis 20091.

Exportations canadiennes de produits automobiles

Entre 1995 et 2000, les exportations canadiennes d’automobiles et de pièces connexes avaient atteint un sommet, à 92,7 milliards $. En 2009, elles s’étaient effondrées à 41,7 milliards pour ensuite se relever et s’établir à 65,3 milliards en 2012.

Données : Statistique Canada
Source : Bureau de l'économiste en chef, MAECD

Deuxième industrie d’exportation en importance du Canada, le secteur de l’automobile joue un rôle essentiel dans l’économie canadienne. D’après l’Association canadienne des constructeurs de véhicules, il est à l’origine de 550 000 emplois directs au pays. Constitué d’usines de montage (surtout en Ontario), il est dominé par des sociétés américaines et japonaises. Largement axé sur l’exportation, il a exporté 76 p. 100 de sa production en 2011 et pas moins de 97  p. 100 de ces exportations étaient destinées aux États-Unis. L’industrie automobile du Canada dépend donc largement de la demande au sud de la frontière et fait face à la concurrence des autres pays exportateurs, ainsi que des constructeurs américains.

Grâce à la conjoncture économique favorable aux États-Unis, les exportations canadiennes d’automobiles ont fait un bond de 51 p. 100 entre 1995 et 2000, pour s’établir à près de 92,7 milliards de dollars en 2000. Par la suite, cependant, elles ont amorcé un virage vers le bas. Pendant cinq années consécutives, de 2004 à 2009, elles ont reculé pour atteindre, au plus fort de la crise financière, leur niveau le plus bas en dix ans, à 41,3 milliards de dollars — ce qui représente une chute de 55,4 p. 100 par rapport au sommet atteint en 2000.

Cette tendance à la baisse découle en partie du déclin généralisé de la demande américaine de véhicules et de pièces automobiles au cours de ces années. Durant cette période, la consommation de véhicules automobiles et de pièces pour véhicules automobiles a en effet chuté de 21,4 p. 100 aux États-Unis.

Cela dit, d’autres facteurs expliquent aussi la chute des exportations canadiennes. Celles-ci ont notamment souffert de l’appréciation du dollar canadien et de la hausse simultanée des importations américaines en provenance d’autres marchés, parmi lesquels figurent de nouveaux exportateurs d’automobiles tels que la Corée du Sud. En outre, la production a augmenté à la fois au Mexique et dans le sud des États-Unis. L’industrie de l’automobile a par ailleurs subi une importante restructuration. Plusieurs usines de production ont donc été fermées, tandis que deux des trois géants de l’automobile nord-américains, dont le Canada dépend dans une forte mesure, ont reçu une aide gouvernementale.

En 2010, les exportations canadiennes de produits automobiles ont commencé à se rétablir, alors que la situation économique aux États-Unis s’améliorait et qu’on assistait à une reprise de la demande de produits automobiles. En 2012, les exportations canadiennes dans le secteur ont atteint une valeur de 65,3 milliards de dollars.

Néanmoins, les exportations canadiennes de produits automobiles demeurent inférieures de 29,5 p. 100 au pic de 2000. En outre, la part canadienne de la production nord-américaine a continué de baisser, de 17,0 p. 100 en 2009 à 14,2 p. 100 en 2012, alors que la capacité de production s’est déplacée vers le sud des États-Unis et le Mexique. La reprise des exportations canadiennes dans le secteur de l’automobile est largement attribuable aux exportations de véhicules, qui se sont accrues de 68,5 p. 100 depuis 2009, alors que les exportations de pièces d’automobiles ont augmenté de 35,9 p. 100 pendant la même période. Compte tenu de la vigueur du dollar canadien et de l’intensification des investissements dans le secteur de l’automobile au Mexique et dans le sud des États-Unis, les défis associés à la concurrence demeureront sans doute importants.

Tout compte fait

Stimulées par la reprise de la demande américaine, les exportations canadiennes dans le secteur de l’automobile ont commencé à se redresser, mais elles demeurent loin de leur sommet record et l’industrie doit affronter la vive concurrence étrangère.

Pour obtenir plus d’information, prière de consulter le Bureau de l’économiste en chef, Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada.


1 Les exportations de produits automobiles sont définies selon les codes SCIAN 3361 (Fabrication de véhicules automobiles) et SCIAN 2622, SCIAN 32621, SCIAN 33621, SCIAN 33637, SCIAN 33632, SCIAN 33631, SCIAN 33635, SCIAN 326193, SCIAN 33636, SCIAN 33633, SCIAN 33634 et SCIAN 33639 (Fabrication de pièces pour véhicules automobiles, d’accessoires, de carrosseries et de remorques).

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport