Exporter, innover, investir - Le Service des délégués commerciaux

Pleins feux sur l’Union européenne

Aperçu de l’Union européenne

Avec ses 28 États membres, une population totale de plus de 505,7 millions d’habitants et un PIB de 18,5 billions de dollars, l’Union européenne (UE) est le plus important marché unique, investisseur étranger et entité commerçante du monde. Elle est aussi d’une incroyable diversité, comprenant à l’intérieur de ses frontières des économies nationales de toutes les tailles, ainsi que des marchés avancés et émergents. L'UE offre aux sociétés canadiennes un moyen de diversifier leurs activités internationales, et elle peut servir de tremplin vers les marchés de l’Asie, de l’Afrique et du Moyen-Orient.

Dix-neuf États membres de l'Union européenne ont adopté l’euro comme monnaie commune, et d’autres l'adopteront peut-être au cours des années à venir. Représentant l’une des principales monnaies du monde, l’euro offre de la stabilité aux investisseurs canadiens, réduit le coût des transactions et permet une plus grande transparence dans l’établissement des prix.

En 2013, l'économie de l'Union européenne a été à l’origine de 23,5 % du PIB nominal du monde. En raison de l’ampleur de la crise et des problèmes structurels persistants dans certains États membres, la reprise économique en Europe a été lente et demeure inégale, se caractérisant par des taux de chômage élevés dans les pays les plus touchés par la crise comme la Grèce et l’Espagne. Le taux d’inflation est demeuré faible au cours des deux dernières années, tombant à un nouveau creux de -0,2 % en décembre 2014, bien en deçà de la cible d’un peu moins de 2 % établie par la Banque centrale européenne (BCE). Les menaces que représentent la déflation, la faible croissance et les périodes prolongées de chômage élevé pour la population européenne constituent la principale préoccupation des dirigeants européens. Afin de combattre la déflation, la BCE a annoncé en janvier 2015 qu’elle allait étendre son programme de rachat d’actifs pour y inclure les dettes souveraines des États membres de l’UE, ce qui ferait passer les rachats mensuels à 60 milliards d’euros. Plus important encore, la BCE a indiqué qu’elle poursuivrait la mise en ?uvre de ce programme jusqu’à ce que des progrès soutenus soient réalisés en vue d’atteindre la cible d’inflation de 2 %. Pour pallier la diminution des investissements dans l’UE depuis le début de la crise (baisse de 15 à 20 % dans la région), la Commission européenne a proposé de créer un fonds européen d'investissement stratégique qui utiliserait les garanties accordées par l’UE et la Banque européenne d'investissement pour financer des projets d’une valeur totale supérieure à 300 milliards d’euros de 2015 à 2018. Les réformes d’envergure menées dans le secteur bancaire et au sein de nombreux États membres devraient commencer à générer des résultats positifs sur le plan des flux de crédit du secteur privé et des finances publiques. Dans la mise à jour qu’il a publiée en janvier 2015, le Fonds monétaire international prévoyait une croissance de 1,2 % en 2015 et de 1,4 % en 2016 dans la zone euro. Pour sa part, la Commission européenne prévoit une croissance de 1,7 % en 2015 et de 2,1 % en 2016.

Relations commerciales entre le Canada et l’Union européenne

Commerce

En 2013, le Canada était le 12e partenaire commercial de l’UE des 28. En 2014, les exportations du Canada vers l’UE se sont chiffrées à 38,6 milliards de dollars et les importations de marchandises en provenance de l’UE ont totalisé 57,8 milliards de dollars. Le déficit commercial du Canada vis-à-vis de l’UE a diminué, passant de 20,0 milliards de dollars en 2013 à 19,2 milliards de dollars en 2014. Par rapport à 2013, en 2014 les exportations canadiennes vers l’UE des 28 ont augmenté de 16,4 % alors que les importations du Canada en provenance de l’UE des 28 ont progressé de 8,7 %.

Services

En 2013, le Canada était le 8e partenaire en importance de l’UE sur le plan du commerce des services, avec des exportations de 14 milliards de dollars vers l’UE, et des importations de 17 milliards de dollars. Les exportations de services du Canada vers l’UE représente 16,3 % de ses exportations totales de services.

Investissement

En tant que partenaire collectif, l’UE est actuellement la deuxième source d’investissement direct étranger (IDE) au Canada. À la fin de 2013, le stock d’IDE de l’UE au Canada était évalué à 191 milliards de dollars, soit environ 28 % des stocks totaux d’IDE au Canada. L’IDE de l’UE au Canada augmente progressivement depuis 2010. À la fin de 2013, le stock d’investissement direct du Canada dans l’UE s’élevait à 187 milliards de dollars, représentant près du quart de l’investissement direct total du Canada à l’étranger (IDCE).

Accord économique et commercial global (AECG)

Le 26 septembre 2014, le premier ministre Harper, l’ancien président du Conseil européen, M. Herman Van Rompuy, et l’ancien président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, ont officiellement annoncé la conclusion des négociations en vue d’un accord commercial et économique global entre le Canada et l’Union européenne (AECG). Cet accord historique marque un tournant dans les relations entre le Canada et l’UE. L’AECG permettra de générer de multiples opportunités pour les Européens et les Canadiens, d’ouvrir de nouveaux marchés pour nos exportateurs, de créer des emplois de qualité pour nos travailleurs et de resserrer les liens entre nos économies. Les travaux se poursuivent afin de procéder rapidement à l’examen juridique et à la traduction du texte de l’AECG en vue de sa ratification.

Accords sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE)

L’AECG entre le Canada et l’UE comporte un chapitre sur l’investissement détaillé d’une portée semblable à celle des APIE actuels du Canada avec les États membres de l’UE. Bien que le Canada compte des APIE en vigueur avec 7 des États membres (Croatie, République tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et République slovaque), le chapitre sur l’investissement de l’AECG s’appliquera à l’ensemble des 28 États membres. Dans ce contexte, le chapitre sur l’investissement de l’AECG remplacera les APIE actuels dès son entrée en vigueur. Pendant les trois années qui suivront l’entrée en vigueur de l’AECG, les investisseurs seront toujours en mesure de présenter une demande concernant un traitement accordé aux termes d’un APIE, conformément aux règles et aux procédures établies dans l’APIE en question.

Occasions d’affaires

L’équipe du Service des délégués commerciaux (SDC) accomplit son travail en fonction de chaque pays. Cependant, étant donné l’intégration grandissante du marché et du cadre de réglementation dans l’Union européenne, les délégués commerciaux en Europe travaillent en équipes sectorielles couvrant plusieurs pays pour coordonner les renseignements sur les marchés selon les secteurs d’activité, ce qui augmente les occasions d’affaires pour le Canada et améliore le service à la clientèle dans cinq secteurs clés.

Les équipes se concentrent sur les cinq secteurs suivants :

  • Technologies de l'information et des communications
  • Sciences de la vie
  • Technologies propres
  • Aérospatiale et défense
  • Agriculture, aliments et boissons

Coopération en matière de science et de technologie

L’UE est un partenaire clé dans le secteur de la science, de la technologie et de l’innovation et une source importante de nouvelles technologies, de sorte qu’elle contribue à l’objectif du Canada de s’imposer comme une économie du savoir d’avant-garde.

Le Comité mixte de coopération scientifique et technologique (CMCST) Canada-Union européenne est le mécanisme global responsable de la coopération entre le Canada et l’UE. Il remplit son mandat sous l’égide de l’Accord Canada-UE pour la science et la technologie (1996) et se réunit périodiquement pour établir les grandes priorités dans les domaines d’intérêt commun et passer en revue les progrès réalisés. La coopération entre le Canada et l’UE se concentre principalement dans les secteurs thématiques suivants : le secteur marin, l’Arctique, la santé, les TIC, l’agriculture, l’aéronautique, l’espace et la mobilité des chercheurs.

Par l’intermédiaire des « programmes-cadres » de l’UE, des fonds sont octroyés à l’appui d’activités de recherche menées dans des domaines prioritaires à l’intérieur de l’espace européen de la recherche. Le programme actuel, le huitième en son genre, a été nommé Horizon 2020 (en anglais). Le programme est doté d’un budget de 79 milliards d’euros (2014-2020), et la coopération internationale, y compris les activités de pays tiers, est l’un de ses principaux volets. Le programme repose sur trois piliers : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis de société.

Afin de favoriser la collaboration et la diffusion de renseignements sur les possibilités offertes dans le cadre du programme Horizon 2020, le Canada et l’UE mettent en ?uvre un projet conjoint appelé ERA-Can +, dont le mandat consiste à encourager et à aider les chercheurs et les organismes de recherche canadiens à collaborer avec leurs homologues européens dans le cadre du programme.

Le Canada a également nommé des points de contact nationaux (PCN) chargés de fournir des conseils et un soutien ciblés pour leurs secteurs clés respectifs. Les coordonnées des PCN ainsi que de plus amples renseignements sur le programme Horizon 2020 sont publiés sur le site Web de l’ERA-Can. Les chercheurs et les organismes de recherche canadiens peuvent également communiquer avec les délégués commerciaux du Canada et les conseillers aux affaires scientifiques et technologiques à l’étranger, lesquels sont chargés des questions liées à l’innovation, à la science et à la technologie.

Enfin, en mai 2013, le Canada, l’UE et les États-Unis ont signé la déclaration de Galway sur la coopération pour l'océan Atlantique en vue d’établir l’Alliance transatlantique de recherche marine Canada-UE-É.-U. Cette initiative aide les chercheurs canadiens à accroître leur collaboration dans le cadre du programme Horizon 2020, dans le domaine de la recherche marine et arctique. Grâce au plan d’action Blue Growth (croissance bleue) du programme Horizon 2020, la priorité sera accordée aux chercheurs canadiens dans plusieurs appels de propositions. Ces appels portent sur un vaste éventail de secteurs, dont la sécurité alimentaire, l’agriculture et la sylviculture durables, la recherche marine et maritime et la recherche sur les voies de navigation intérieure et la bioéconomie.

Des détails sur tous les appels lancés dans le cadre du programme Horizon 2020 se trouvent dans la section Portail du participant du site Web de l’UE : http://ec.europa.eu/research/participants/portal/desktop/en/home.html (en anglais).

Service des délégués commerciaux dans l’Union européenne

Même s’ils font partie d’un marché commun, les États membres de l’Union européenne ont chacun leurs propres caractéristiques. Ainsi, bien qu’il soit bon d’avoir une stratégie paneuropéenne, les stratégies de pénétration de marché doivent être adaptées à chaque pays, et les ressources du Service des délégués commerciaux pour chacun des pays ci-dessous sont accessibles en cliquant sur les liens suivants :

Union européenne
Allemagne
Autriche
Belgique
Chypre
Croatie
Danemark
Espagne
Estonie (par l’intermédiaire de la Lettonie)
Finlande
France
Grèce
Hongrie
Irlande
Italie
Lettonie
Lituanie (par l’intermédiaire de la Lettonie)
Luxembourg (par l’intermédiaire de la Belgique)
Malte (par l’intermédiaire de l’Italie)
Pays-Bas
Pologne
Portugal
République slovaque
République tchèque
Roumanie
Royaume-Uni
Slovénie (par l’intermédiaire de la Hongrie)
Suède

Ressources