Exporter, innover, investir - Le Service des délégués commerciaux

Joignez-vous à nous en Chine!

Mission commerciale du Canada en Chine

Dates : Du 18 au 23 mai 2014
Villes : Shanghai, Nanjing et Guangzhou
Secteurs : Technologies durables – Assainissement des sols, traitement des eaux et des eaux usées
Dirigée par : L’honorable Ed Fast, ministre du Commerce international

Date limite d'inscription : le 23 avril 2014

Visa, programme et autres renseignements importants

Visionner/télécharger le dépliant en PDF (446 Ko)


Qui devrait participer?

Les missions commerciales sectorielles font partie des nombreux moyens mis en œuvre par le gouvernement du Canada pour aider les entreprises canadiennes, en particulier les petites et moyennes entreprises, à explorer des marchés étrangers et à y réussir. La participation à la mission commerciale pourrait profiter aux entreprises canadiennes des secteurs suivants :

Assainissement des sols

  • Extraction des contaminants volatils du sol, solidification et stabilisation, oxydation biologique et chimique, désorption thermique, désorption thermique de gaz et autres technologies connexes;
  • Traitement et dragage des boues;
  • Services d'évaluation du degré de contamination, services d'évaluation de projets et des risques connexes;
  • Fabricants d'équipement d'assainissement;
  • Fournisseurs de services-conseils et de formation;
  • Fabricant d'équipement servant à la surveillance et à l'analyse des sols;
  • Producteurs de substances réactives (agents stabilisateurs pour le traitement des métaux lourds, agents oxydants pour le traitement des contaminants organiques, produits réactifs de biorestauration);
  • Services de soutien technique (services d’experts-conseils, surveillance des normes).

Pour en savoir plus

Eaux et eaux usées

  • Services d’approvisionnement en eau, d'ingénierie et de consultation;
  • Infrastructures hydrauliques, construction et rénovation;
  • Traitement des eaux usées, recyclage et réutilisation;
  • Distribution et gestion de l'eau;
  • Analyses de la qualité de l’eau et suivi analytique;
  • Infrastructures de protection contre les inondations;
  • Réseau d'assainissement des eaux usées en milieux ruraux et urbains, y compris le traitement des eaux d'égout;
  • Technologies de dénitrification et de déphosphoration, et équipement pour les usines d'épuration des eaux d'égout;
  • Réhabilitation de milieux aquatiques et de rivières en milieu urbain;
  • Fournisseurs d'appareils de contrôle et d'instruments;
  • Services d’assainissement et de traitement des boues;
  • Fournisseurs de services d’experts-conseils et de formations.

Pour en savoir plus


Les marchés

Aperçu du marché de la Chine

Pays prioritaire au titre du Plan d’action sur les marchés mondiaux (PAMM), la Chine figure parmi les marchés du Canada qui connaissent la croissance la plus rapide La Chine est non seulement le marché le plus important en matière de technologies d'assainissement de l'eau, mais aussi celui qui connaît la croissance la plus rapide du monde. Tous les ordres de gouvernement mobilisent des ressources et mettent en place des mesures pour lutter contre les enjeux de la pollution en Chine.

Le 12e plan quinquennal (2011-2015) de la Chine continue à guider les décideurs et les entreprises. Un de ses thèmes principaux est la fabrication respectueuse de l'environnement. La conservation de l’énergie et la protection de l’environnement figurent d’ailleurs comme l’une des sept industries émergentes stratégiques du plan quinquennal. Plus concrètement, le plan quinquennal prévoit la construction de 3 000 usines d'assainissement des eaux supplémentaires dans tout le pays, l’atteinte d’un taux de 85 p. 100 d'assainissement des eaux dans les régions urbaines et l’investissement d’environ 319 milliards de dollars dans des projets de conservation de l'eau. Le gouvernement appuiera ces nouvelles industries stratégiques et mettra en place des mesures incitatives pour encourager les institutions financières à fournir plus de financement dans ces secteurs. Il modifiera aussi la politique fiscale pour encourager l'innovation et l'investissement.

Le 4 mars 2014, dans son premier rapport annuel sur les politiques gouvernementales, le premier ministre chinois, Li Keqiang, a annoncé au Congrès national du peuple que la Chine déclare la « guerre à la pollution ». Le premier ministre Li a qualifié les récents niveaux de pollution « d'avertissement de la planète » contre le modèle de développement économique non viable de la Chine.

La Chine doit relever d’importants défis liés au traitement des eaux usées. Des rapports du gouvernement central indiquent que 39 p. 100 des rivières, 58 p. 100 des lacs et 57 p. 100 des sources d'eau souterraine sont très pollués. À l'échelle municipale, l'accent est mis sur le recyclage et la conservation de l'eau ainsi que sur la réduction importante de l'utilisation de cette ressource dans le secteur industriel.

Le développement économique rapide de la Chine a également eu pour résultat la pollution chronique des sols. Près de 100 000 installations industrielles ont été fermées et déménagées de 2001 à 2009, laissant ainsi de grandes étendues de terres contaminées. Une nouvelle loi nationale visant la protection des sols et un plan d'action pour la réhabilitation des sols devraient entrer en vigueur plus tard en 2014.

Shanghai

Forte d’une population totale d'environ 24 millions d'habitants en 2013, Shanghai est la ville la plus peuplée de Chine et l’une des plus peuplées du monde. Elle constitue un centre financier de calibre mondial et une plaque tournante pour le transport, comptant le port à conteneurs le plus important du monde. Située dans le delta du fleuve Yangzi Jiang dans l'est de la Chine, Shanghai se trouve à l'entrée du fleuve et au centre de la côte chinoise.

Même si elle affiche le plus haut taux de traitement des eaux urbaines et d'accès à l'eau potable du pays, Shanghai est confrontée à des défis environnementaux en raison de ses infrastructures vieillissantes et de son emplacement en aval d'importants pollueurs implantés le long du fleuve Yangzi Jiang.

En janvier, le maire de Shanghai, Yang Xiong, a annoncé que l'investissement dans les mesures de protection de l'environnement serait maintenu à environ 3 p. 100 de la production économique réelle de la ville, laquelle s'élève à environ 350 milliards de dollars. Les autorités ont fermé 660 installations industrielles en 2013 et prévoient faire de même pour 500 autres en 2014.

Tandis que ces fermetures démontrent à quel point le maire de Shanghai prend au sérieux la question de l'environnement, elles créent également une demande pour la mise en œuvre dans les prochaines années de projets de réhabilitation des sols contaminés. Plusieurs des installations fermées et déménagées au cours des dix dernières années sont situées près de régions urbaines du centre-ville ou directement dans ces régions et constituent des terrains de choix pour les promoteurs immobiliers. En vertu du régime juridique actuel, le gouvernement et l’entreprise qui achètent les droits d'utilisation du terrain doivent assumer les coûts de réhabilitation.

Nanjing

Nanjing est la capitale de la province de Jiangsu située dans l'est de la Chine. Elle joue un rôle déterminant dans l'histoire et la culture chinoises puisqu'elle a été la capitale du pays à plusieurs reprises. Située dans l'embouchure du bassin hydrographique du fleuve Yangzi Jiang et dans la zone économique du delta du fleuve Yangzi Jiang, Nanjing a longtemps été l’une des villes les plus importantes de la Chine. Sa population urbaine compte plus de 7 millions d'habitants. La ville a longtemps été un centre national pour l'éducation, la recherche, les systèmes de transport et le tourisme. À l'été 2014, elle accueillera les Jeux olympiques de la Jeunesse. Après Shanghai, Nanjing est le deuxième centre commercial en importance de l'est de la Chine.

Nanjing compte l’une des plus importantes assises manufacturières du pays et un regroupement important de centres spécialisés dans les services de génie de l'environnement. Jiangsu abrite deux parcs industriels nationaux de sciences et technologies environnementales à Yixing et Suzhou. Les investisseurs étrangers dans ces parcs bénéficient généralement de terrains et de taux d'imposition favorables ainsi que d’un accès à de bons taux de financement et à de l'électricité à faible coût.

Comme à Shanghai, les eaux usées et les déchets industriels sont les plus importantes sources de pollution. Le gouvernement provincial de Jiangsu investit beaucoup dans l'assainissement de l'environnement et, contrairement à d'autres autorités chinoises, applique une réglementation sévère en matière de réhabilitation des sites industriels.

Guangzhou

Guangzhou, anciennement connue sous le nom de Canton, est la capitale et la plus grande ville de la province du Guangdong. Située sur les berges du fleuve des Perles, à environ 120 km au nord nord ouest de Hong Kong et au nord-nord-est de Macao, Guangzhou est une plaque tournante nationale pour le transport et un port commercial important. Guangzhou est la troisième ville en importance de Chine et la plus importante du sud du pays. La ville compte environ 13 millions d'habitants.

En avril 2013, le gouvernement du Guangdong a approuvé un plan d'action pour l'assainissement de son eau, dont les grandes étapes sont fixées pour 2013, 2015 et 2020. Le gouvernement de Guangdong investira près de 21,1 milliards de dollars dans 7 projets liés à l'eau : 1) traitement de l'eau; 2) approvisionnement en eau potable; 3) protection des sources d'eau; 4) accroissement de l'efficacité des installations actuelles; 5) accès à l'eau; 6) surveillance des statistiques sur l'eau; et 7) promotion.

Du montant total de cet investissement, 7,2 milliards de dollars seront alloués à la construction et à l'agrandissement d’importantes stations d'épuration des eaux usées, à la rénovation de conduites des eaux usées et aux réseaux d'assainissement des eaux.

Le problème de la pollution et de la contamination des sols a été porté à l'attention des médias en mai 2013 alors qu'une étude de la Guangzhou Food and Drug Administration révélait que près de la moitié des 18 échantillons de riz analysés sur leur marché contenaient des taux excessifs de cadmium. Les échantillons subséquents réalisés dans d'autres régions du Guangdong ont démontré que les réserves de riz présentaient des taux de contamination de 5,8 p. 100 et de 1,4 p. 100.

Ces événements ont incité la province à mettre en œuvre une série de mesures afin de remédier au problème de contamination des sols, comme la mise en place d’ici 2015 d'un système de surveillance de la qualité des sols relevant du ministère de la Protection de l'environnement du Guangdong. En outre, le gouvernement du Guangdong a présenté un plan de travail et des solutions techniques visant à enrayer la pollution des terres arables. Les plans d'assainissement des sols qui s'y rapportent font actuellement l'objet d'un examen et devraient être mis en œuvre avant la fin de 2014.

Les conséquences de la contamination des sols s'étendent bien au delà des terres arables. En 2012, la ville de Guangzhou a investi 31 millions de dollars américains (190 millions de yuans) pour lutter contre la pollution des sols par les métaux lourds, et a obligé 492 usines polluantes à fermer leurs portes. En juillet 2014, le ministère des Terres et des Ressources naturelles de la province de Guangdong a révélé que 28 p. 100 des échantillons de sol recueillis à différents endroits du delta du fleuve des Perles contenaient des taux excessifs de mercure, de cadmium, de plomb et d'arsenic.

Haut de la page


Technologies durables

Assainissement des sols

Plusieurs décennies de développement industriel rapide et de négligence quant à l'adoption de règlements environnementaux se sont traduites par une contamination généralisée des sols. La délocalisation massive d’usines situées dans les centres urbains au cours des dernières décennies n'a fait qu'aggraver la situation, laissant derrière elle d'énormes parcelles de terrains hautement contaminés, mais de grand intérêt pour les entrepreneurs. On compte parmi les autres grandes sources de pollution la canalisation des eaux usées, la sédimentation atmosphérique et l’utilisation de pesticides.

Selon le rapport de la Banque mondiale de 2010 « Overview of the Current Situation on Brownfield Remediation and Redevelopment in China » (Aperçu des efforts actuels pour la dépollution de sites désaffectés et le réaménagement du territoire chinois), de nombreux sites sont contaminés jusqu'à plusieurs mètres de profondeur et contiennent des métaux lourds et des composés organiques volatils à des concentrations qui dépassent de plusieurs centaines de fois les niveaux recommandés. Bien qu'il soit largement admis que de nombreuses villes et parcs industriels de la Chine font face à de sérieux problèmes de contamination des sols, les rapports officiels du gouvernement sur le degré de contamination des sols demeurent un secret d'État.

On a récemment publié quelques données pertinentes sur le sujet. À titre d'exemple, le 30 décembre 2013, le ministère des Terres et des Ressources de la Chine a déclaré que 33,3 millions d'hectares de terres agricoles étaient fortement contaminés. Le chiffre réel dépasse probablement 10 p. 100 des terres arables. Selon certaines sources, jusqu'à 130 millions d'hectares de terres (c. à d. une superficie plus grande que la province de l'Ontario) pourraient être contaminés.

Alors qu'ils attendent la mise en place d'un régime de réglementation et d'une stratégie nationale complète pour contrer la pollution des sols, les gouvernements locaux et provinciaux ont adopté des mesures visant à réglementer la pollution des sols dans le cadre de l'aménagement des zones désaffectées et de nouvelles zones industrielles. De ce fait, un nombre croissant de projets d'assainissement des sols sont mis sur pied dans les grandes villes de Chine et leurs environs. En 2013, 42 projets ont été lancés un peu partout en Chine : le gouvernement a lui-même entrepris 19 de ces projets; les 23 autres relevant d'entreprises indépendantes. Les projets actuels visent de 3 000 à 500 000 tonnes, et les projets à long terme en visent quelques milliers.

Les gouvernements locaux et provinciaux, les instituts de recherche, les grandes sociétés, les firmes d'ingénierie et les entreprises d'assainissement environnemental comptent parmi les acteurs clés du marché qui mènent actuellement des projets dans le cadre desquels ils sollicitent des partenaires offrant des solutions technologiques et des experts pour les aspects techniques.

Eaux et eaux usées

Le marché chinois est soumis à l'omniprésence de ressources en eau hautement polluée, à la rareté de l'eau et aux importants investissements publics dans les ressources et les technologies relatives à l'eau. Cette situation a pour effet de créer des débouchés pour les sociétés canadiennes œuvrant dans le domaine des technologies durables.

Les gouvernements centraux, provinciaux et municipaux, l'industrie lourde, les firmes d'ingénierie et les instituts spécialisés dans l’aménagement sont tous des acteurs clés du marché. Les sociétés étrangères à plus forte présence sont Vivendi, Lyonnaise et Thames.

Le Service des délégués commerciaux du Canada peut soutenir les sociétés canadiennes en leur fournissant des renseignements sur les marchés, en les conseillant sur les pratiques exemplaires à adopter et en les mettant en relation avec les bons partenaires. La prochaine mission commerciale du Canada représente un excellent moyen pour les sociétés canadiennes de se lancer en affaires ou d’accroître leurs activités en Chine.

Haut de la page


Renseignements supplémentaires sur ces marchés

Le Service des délégues commerciaux du Canada :

Exportation et développement Canada


Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec

Carrie Marr, Déléguée commerciale
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
Tél. : 343-203-2767