Sélection de la langue

Recherche

Mon contact :
Mme Susanne Knobloch
Déléguée commerciale
Vienne, Autriche

Le marché de la nouvelle mobilité en AutricheNote de bas de page 1

Avec une pression croissante pour réduire les émissions de CO2 et se tourner vers des solutions durables, de nouveaux services de mobilité sont apparus, principalement dans les zones métropolitaines, fondés sur les principes de la durabilité, de la numérisation et du partage. Le nouveau marché de la mobilité crée d'innombrables alternatives à la voiture privée classique et avec un nombre croissant de nouveautés, l'Autriche est une vitrine de l’innovation européenne.

De plus, les nouveaux services de mobilité ont reçu un soutien politique important depuis l’entrée des Verts dans la coalition gouvernementale en 2019. A l’issue de la pandémie, le développement durable et la croissance verte sont des arguments de poids pour soutenir les solutions innovantes et durables.

Cet aperçu du marché s'adresse aux entreprises canadiennes qui cherchent à faire des affaires dans la nouvelle mobilité autrichienne et qui sont actives sur les marchés suivants:

Si vous avez besoin de plus d'informations ou de conseils sur ce marché et les possibilités qu'il offre, veuillez contacter :

Susanne Knobloch
Courrier électronique : Susanne.Knobloch@international.gc.ca
Tél. +43 1 531 38 3354

Table des matières

Vue d'ensemble

Les élections générales de 2019 ont montré un changement dans le discours public et politique. Alors que la pression publique s'est accrue pour plus de durabilité, la mobilité est devenue un sujet clé. L’ensemble des partis politiques ont inclus des sujets "verts" dans leur programme, soulignant l'importance de transports publics plus écologiques et de solutions de mobilité alternatives. Néanmoins, malgré le développement de pôles d'innovation à Vienne et dans d'autres grandes villes, le défi de relier les zones rurales et de réduire la dépendance à la voiture privée à carburant fossile demeure.

Changement de gouvernement

Compte tenu du nouveau contexte politique (les Verts sont dans la coalition gouvernementale depuis fin 2019) et de la prise de conscience générale liée aux solutions de mobilité alternatives, le marché autrichien des véhicules électriques a connu une croissance substantielle. En outre, l'Autriche a une longue tradition d'excellence dans la fourniture de services de transport public. L'entrée des Verts au gouvernement avec leur projet historique "1-2-3 ticket" n'a fait qu'augmenter les responsabilités de l'administration publique pour investir davantage dans les services de mobilité et accélérer la transition vers un avenir neutre en carbone. Les exemples présentés dans ce rapport montrent une augmentation substantielle du financement des véhicules électriques et de l'innovation dans le secteur de la mobilité de l'hydrogène.

Sensibilisation du public

En Autriche, la durabilité est un sujet qui préoccupe tout le monde. Comme le montre le changement du discours politique, qui est venu en réponse à la demande du public, un avenir neutre en carbone semble être le nouvel objectif sociétal, particulièrement alimenté par les espoirs de la jeune génération (mouvement "Fridays for Future"). En outre, un nombre croissant de voix s'élèvent pour plaider en faveur d'une croissance verte après la pandémie et demander que seules les entreprises qui sont prêtes à s'engager dans une transition verte soient subventionnées.

En résumé, la majorité des partis politiques et des programmes d'activités publiques visent à mettre en place un système de transport avec moins d’automobiles, des meilleurs transports publics, plus de cyclisme et de nouveaux services de mobilité élargis.

Les "villes phares" de l'Autriche en termes de nouvelle mobilité

En matière de nouveaux services de mobilité, les grandes villes autrichiennes sont les pionnières, Vienne se distinguant. En général, les grandes villes sont plus avancées que les autres parce qu'elles accueillent un nombre comparativement élevé de services/véhicules ou qu'elles jouent un rôle important en favorisant le développement de nouveaux services de mobilité :

D'une manière générale, Vienne est la destination préférée pour les nouveaux services de mobilité, car la capitale abrite plus de 25 % de la population autrichienne . D'autres villes/régions "phares" sont :

Vienne est de loin le nouveau pôle de mobilité le plus important. La scène des start-up à Vienne est très active et est largement soutenue par l'effort de l'administration locale pour augmenter le niveau de vie à Vienne grâce à un système de mobilité mieux connecté (tout en conservant le prestige d'être déclarée la ville la plus agréable à vivre au monde).

Organisation et acteurs du marché

Transports publics

Chemins de fer

La société des chemins de fer autrichiens ÖBB détient un quasi-monopole sur les chemins de fer autrichiens, ce qui fait qu'il y a très peu d'acteurs privés. La qualité du service de l'ÖBB est très élevée et la compagnie ferroviaire est fortement subventionnée (volonté politique de soutenir des moyens de transport plus durables).

L'introduction du programme de billets 1-2-3 a été un projet essentiel de la coalition gouvernementale conservatrice-verte. Le billet 1-2-3 suit le principe de pouvoir voyager dans une province pour un euro par jour, dans deux provinces pour deux euros et dans tout le pays pour trois euros (un billet annuel coûterait donc 1095 euros). Le gouvernement a annoncé que le billet doit être introduit d'ici 2021 et dispose d'un budget alloué de plus de 240 millions d'euros, malgré les critiques des provinces qui voient les difficultés de mise en œuvre du projet, notamment sur le plan financier et avec des ressources limitées.

La Société des chemins de fer autrichiens présente également plusieurs innovations concernant un nouveau train à hydrogène, qui a testé son tout premier service de passagers le 12 septembre 2020. Vous trouverez plus de détails sur ce train à hydrogène dans la section mobilité à hydrogène.

La plupart des grandes villes (plus de 50 000 habitants) disposent d'un système de tramway qui dessert également les périphéries urbainesNote de bas de page 2.

Bus longue distance

Pour les lignes nationales, Postbus, une filiale de la compagnie ferroviaire autrichienne, a un monopole de fait sur le marché et est la plus grande compagnie d'autobus en Autriche. Chaque année, Postbus emmène 213 millions de passagers à leur destination et opère dans des zones où aucune autre liaison de transport public n'est disponible, ce qui en fait un partenaire de connectivité essentiel pour les zones rurales.

En ce qui concerne les liaisons internationales, Flixbus et Regiojet sont des acteurs importants qui relient l'Autriche à ses pays voisins (Flixbus - Europe occidentale / Regiojet – Europe Centrale et de l’Est). Il faut toutefois noter que les Autrichiens ont une préférence claire pour le train.

Transports urbains

Le transport en commun dans les villes ou les zones métropolitaines est généralement assuré par des sociétés appartenant à la ville et ayant obtenu des contrats directement, de plus de 50 000 euros.

Zones rurales

En général, les zones rurales sont mal desservies, comme nous l'avons déjà mentionné, l'acteur le plus important étant Postbus. Leurs bus desservent environ 1 800 communes par jour, offrant des liaisons de transport public même dans toute l’Autriche. Le Postbus est un pilier essentiel des services publics dans les zones rurales et est un partenaire fiable des municipalités depuis de nombreuses années. L'importance du Postbus doit être mise en rapport avec le manque d'alternatives du secteur privé, car les itinéraires n'offrent pas suffisamment de possibilités de revenus, ce qui renforce encore la dépendance à l'égard des voitures particulières.

Nouvelle mobilité

Le nouveau marché de la mobilité a donné accès à de nombreux acteurs grâce à la numérisation des services. Les jeunes entreprises nationales et internationales sont à la pointe de cette révolution de la mobilité et coopèrent étroitement avec les pouvoirs publics, qui jouent un rôle important non seulement en fournissant des services de mobilité, mais aussi en soutenant  l'innovation.

Néanmoins, les lois et réglementations sont en constante évolution et doivent être analysées correctement tant au niveau national que local avant de pénétrer un marché spécifique.

Cadre législatif

Alors que les nouveaux services de mobilité apportent innovation et nouveauté, le paysage juridique évolue sans cesse parallèlement au débat public. Actuellement, le débat politique sur le covoiturage est de plus en plus intense. Uber a été interdite pendant cinq jours en juillet 2019, car elle a changé son objet social, passant d'une société de transport à un facilitateur de services de transport. Les scooters électriques ont également été effectivement interdits sur les trottoirs en mai 2019 et ne sont pas considérés comme des "véhicules" (en raison d'une modification de la définition générale des véhicules). En outre, les scooters doivent être équipés d'un dispositif de freinage fonctionnel et ne doivent pas dépasser une vitesse maximale de 25,5 km/h.

Le financement des investissements dans les transports publics et de l'exploitation des trains de voyageurs a augmenté et continuera d'augmenter de manière significative. En outre, les subventions pour les véhicules électroniques ont plus que triplé depuis juin 2020. Pour plus d'informations, consultez la section sur le secteur de la mobilité électrique.  

Les nouveaux services de mobilité n'ont pas encore gagné en popularité à l’échelle des attentes en raison de l'imprévisibilité des réglementations nationales et locales qui sont imposées aux nouveaux services. Les nouveaux services de mobilité ne sont pas encore des alternatives de mobilité totalement fiables parce qu'ils n'existent pas depuis assez longtemps pour être normalisés dans la vie de tous les jours. Par exemple, les initiatives de partage de vélos sans quai ont duré moins de deux ans à Vienne.   

Tendances du marché

Lorsque l'on parle du développement du concept de "nouvelle mobilité", il faut tenir compte des multiples nouvelles tendances actuelles :

Effets de la pandémie COVID-19 sur les nouveaux services de mobilité

Comme dans de nombreuses industries, la pandémie COVID-19 a eu un impact négatif global sur les services de mobilité, entraînant une diminution substantielle de l'utilisation des services respectifs et du transport en commun. Cette diminution a été causée par les réglementations de distanciation sociale, mais les Autrichiens adoptent désormais maintenant une approche plus flexible dans le but de trouver "la nouvelle normalité", indiquant un retour de la voiture individuelle.

Même si les moyens de transport en commun sont redevenus disponibles, une partie importante de la population essaie d'éviter les véhicules partagés afin de minimiser les risques d’infection. Cela a entraîné un certain changement d’habitudes vers la marche et le vélo afin d'éviter les foules et les transports en commun, mais en même temps, il y a des signes clairs de renaissance de la voiture privée.

Toutefois, même si le secteur des transports publics est actuellement en déclin, un avenir prometteur l'attend, car il reçoit de multiples investissements de la part des gouvernements fédéral et des provinces.

Dans l'ensemble, même si les gens se sont sentis obligés, d'une certaine manière, d'utiliser leur voiture particulière, on peut observer que les grandes villes connaissent un mouvement vers une approche plus verte et plus respectueuse de l'environnement pour le transport quotidien. De multiples politiques telles que la politique "Mieux Reconstruire" et l'initiative "Popup-bike-lanes" ont été mises en place, ce qui représente clairement une transition positive.

Segments de marché et opportunités pour les acteurs canadiens

Partage de vélos

Un système de location de vélos est disponible en Autriche dans environ 150 villes et municipalités, avec un total de plus de 550 stations de location et environ 3 000 vélos. Outre les systèmes de location de vélos classiques, il existe désormais des systèmes de location de vélos électriques et la possibilité de louer des vélos cargo, par exemple à Graz, Vienne et Wiener Neustadt.

Les systèmes sont soit flottants (sans quai), soit basés sur une station, soit hybrides (mélange des deux formes). La plupart des systèmes sont contractés par la ville et commercialisés sous le nom de "city" ou "transit-bikes", généralement cofinancés par un sponsor publicitaire (tel que Citybike Wien de Gewista).

Le concept de Citybike WienNote de bas de page 3 fait partie du paysage urbain depuis plus de 15 ans. À Vienne, les 1 500 vélos sont disponibles dans plus de 120 stations, à toute heure du jour et tout au long de l'année, ce qui représente la moitié des vélos partagés en Autriche. Le principal avantage concurrentiel de Citybike est son prix, puisqu'il est gratuit la première heure et coûte euro la deuxième heure.

Au niveau national, l'opérateur allemand Nextbike joue un rôle important car il a été engagé dans presque toutes les provinces et leurs capitales respectives (Burgenland, Basse-Autriche, Haute-Autriche, Vorarlberg, Tyrol, Carinthie).

Nextbike et Citybike Wien offrent tous deux des prix très compétitifs car ils sont fortement subventionnés et tirent une importante source de revenus de la publicité. Par conséquent, l'entrée de nouveaux acteurs sur le marché pose un certain nombre de défis et nécessite une solution très compétitive ainsi qu'une perspective à long terme. Certains nouveaux acteurs, tels que Donkey Republic, n'ont tenu à Vienne que moins de 18 mois. Wiener Linien a été chargé par la ville de Vienne de lancer un appel d'offres pour le remplacement de l'actuel système Citybike au cours du premier semestre 2021.

Une autre considération est la nouvelle pression exercée sur le marché du vélo en partage en raison de l'émergence du partage de scooters électrique.

Partage de scooters

Les scooters électriques sont apparus sur le marché autrichien dès 2018. En raison d'une augmentation incontrôlée de ce nouveau moyen de transport, un amendement à l'ordonnance autrichienne sur la circulation (qui est une loi fédérale) est entré en vigueur. Les E-scooters ont été effectivement interdits sur les trottoirs en mai 2019 et ne sont pas considérés comme des "véhicules". Toutefois, leur statut spécial leur permet d'être utilisés sur les trottoirs, si les administrations locales les autorisent dans des conditions particulières, tant qu'ils ne représentent pas une menace pour les passants. Les villes peuvent intervenir dans le cadre juridique fédéral et fixer des règles locales supplémentaires.

De plus, ils doivent être équipés d'un dispositif de freinage fonctionnel et ne doivent pas dépasser une vitesse maximale de 25,5 km/h.

Covoiturage et partage de voitures

À l'heure actuelle, plus de 100 000 ménages autrichiens utilisent un service de covoiturageNote de bas de page 4. Le potentiel de cette industrie est énorme, car pas plus de 10 % de toutes les voitures particulières sont utilisées simultanément et un nombre croissant de ménages possèdent deux ou trois véhicules, qui sont généralement utilisés moins de deux fois par mois.

En outre, le processus de numérisation accélère la transition vers une économie du partage. Il existe une tendance claire à la renonciation des propriétaires de voitures privées, surtout parmi la jeune génération. Environ 25 % des ménages autrichiens ne possèdent pas de véhicule privé et comptent généralement sur l'utilisation des transports en commun.

À Vienne, 40 % des personnes utilisant des systèmes stationnaires de covoiturage ont déclaré avoir augmenté leur utilisation des transports publics et réduit l'utilisation de la voiture particulière, tandis que 35 % ont également préféré la marche comme moyen de transport.

Taxi et covoiturage

L'industrie du taxi représente environ 710 millions d'euros et est principalement alimentée par l'industrie du tourisme. Les taxis sont généralement gérés par des sociétés privées indépendantes, qui forment des groupes locaux au sein d'une même société. À quelques exceptions près, il existe un quota fixe pour les concessions, ces dernières étant généralement vendues de propriétaire à propriétaire.

Il est extrêmement difficile de pénétrer ce marché en raison du fort soutien politique et du travail de lobbying de l'association des taxis, qui a rendu difficile l'entrée sur le marché des sociétés de covoiturage. Uber a été interdite pendant cinq jours en juillet 2019, ayant dû modifier son objet social, passant d'une société de transport à un facilitateur de services de transport.

En Autriche, les services d'intermédiation en ligne travaillent exclusivement avec des sociétés de location de voitures et n'emploient donc pas eux-mêmes de conducteurs. L'intention du législateur autrichien était de regrouper le secteur des taxis et des voitures de location privées pour former une seule et même industrie de transport de passagers.

En septembre 2019, l'Autorité fédérale autrichienne de la concurrence a publié un rapport détailléNote de bas de page 5 encourageant les législateurs autrichiens à libéraliser davantage le secteur des taxis en autorisant le covoiturage et en créant un cadre juridique favorable.

Plates-formes de mobilité et applications de transport en commun

Les agences de transport en commun autrichiennes se sont inscrits dans la perspective de l’aggrégation et travaillent de plus en plus avec le secteur privé pour intégrer davantage les services de mobilité alternatifs. À Vienne, l'application WienMobil est devenue un tel agrégateur dans le but de remplacer autant que possible l'utilisation de la voiture particulière. WienMobil a encore évolué en 2019 en intégrant l'outil d'acquisition de billets au sein de l'application.

"tim" est une autre application notable qui a gagné en popularité, en particulier à Graz. Cette application n'intègre pas totalement l'utilisation de services de mobilité alternatifs mais présente plutôt d'autres offres et oriente l'utilisateur vers l'application correspondante.

Le secteur de la mobilité électrique en AutricheNote de bas de page 6

Voitures électriques

Au cours des trois dernières années, le secteur de l'électromobilité en Autriche a enregistré une croissance annuelle régulière et robuste de plus de 40 %, ce qui a conduit à un stock de 48 214 voitures, dont plus de 10 000 ont été achetées depuis le début de l'année 2020 seulement. Le modèle Tesla 3 est de loin le modèle de véhicule électrique à batterie le plus populaire, avec 191 nouvelles immatriculations en août 2020 seulement. La marque Tesla est en tête avec environ 23 % de part de marché.

Infrastructure de recharge électrique

Les derniers chiffres montrent qu'il y avait 3 055 points de recharge normaux accessibles au public et 505 points de recharge rapide à la fin du deuxième trimestre 2020, conformément à la directive 2014/94/UE.

En outre, plusieurs acteurs privés sont de plus en plus actifs en développant un réseau de points de recharge. Le plus grand acteur privé, SmatricsNote de bas de page 7 (une entreprise commune d'OMV, Verbund et Siemens) a une capacité de 450 stations de recharge dans tout le pays et est le plus grand fournisseur de connaissances, de technologies et de services liés aux stations de recharge en Autriche.

Subventions

Un cadre juridique généreux, tant au niveau fédéral que provincial, a été mis en place pour encourager les particuliers et les entreprises à passer aux alternatives électriques.

Une subvention de 5 000 euros a été accordée depuis le 1er juillet 2020 à tous les particuliers désireux d'acheter une voiture entièrement électrique et de 2 500 euros pour un modèle hybride. Il s'agit d'une augmentation significative par rapport à la subvention précédente de 1 500 euros.

En ce qui concerne l'infrastructure de recharge, les particuliers sont encouragés à installer leur propre station de recharge à domicile grâce à une subvention de 600 euros, qui peut atteindre 1 500 euros pour les ménages plus nombreux, et jusqu'à 15 000 euros pour les stations de recharge rapide accessibles au public.

Pour plus de détails, veuillez contacter Susanne Knobloch (Susanne.Knobloch@international.gc.ca) pour un rapport plus détaillé sur le secteur des voitures électroniques en Autriche à partir de mars 2020.

Systèmes de partage de voitures électriques

Au cours du premier semestre 2020, 4 805 véhicules électriques ont été immatriculés en AutricheNote de bas de page 8, dont 22,4 % appartiennent à des particuliers et 77,6 % à des entreprises. Cela montre une nette préférence pour le mécanisme de partage, les entreprises continuant à développer des solutions de partage interne.

Compte tenu de l'utilisation actuelle des véhicules électroniques et de l'utilisation croissante des applications telles que "Rail & Drive" et "tim", de nombreuses petites initiatives de covoiturage dans les municipalités et les régions commencent à s'appuyer sur les voitures électroniques. Rien qu'en Basse-Autriche, le covoiturage existe dans plus de 70 communes.

Vienne reste la plus grande plaque tournante pour les systèmes de partage de voitures électriques. Les deux plus grandes sociétés d'autopartage, car2go et DriveNow, ont fusionné en une seule société, ShareNow, qui dispose d'une impressionnante flotte de plus de 80 véhicules électroniques. En outre, la ville attire de nouveaux investissements comme la start-up danoise Green Mobility, qui lancera une flotte de 400 véhicules électroniques en partenariat avec le Club Autrichien de l'Automobile d'ici 2021.

Mobilité de l'hydrogène

L'Autriche aspire à devenir l'un des principaux pays au monde dans la technologie de l'hydrogène, y compris dans le domaine de la mobilité. Soutenue par une forte volonté politique de faire de l'Autriche le leader mondial de l'industrie, de nombreuses innovations ont été lancées ces dernières années.

En 2022, le premier chemin de fer à voie étroite alimenté à l'hydrogène au monde devrait être lancé à Zillertal, au Tyrol. Malgré des acclamations publiques, médiatiques et politiques importantes, le projet fait également l'objet d'un examen minutieux pour des raisons financières, car les coûts représentent une menace pour la durabilité du projet.

L'utilisation future des bus à hydrogène en Autriche suscite également un grand intérêt. Wiener Linien, l'agence de transport de Vienne, a testé un bus Solaris à hydrogène en juin 2020 . D'ici 2023, Vienne vise à avoir un total de 10 bus H2 qui seraient utilisés sur la ligne de bus 39A (une ligne de bus avec une topographie difficile limitant l'utilisation des bus électriques, allant de la périphérie vallonnée à un carrefour clé du centre-ville). En outre, Wiener Linien a pour objectif d'avoir 82 bus à zéro émission, dont 62 bus électriques, sur les routes de Vienne d'ici 2027, avec des appels d'offres prévus en 2021 et 2024.

Postbus, la plus grande compagnie d'autobus autrichienne et filiale de la Société des chemins de fer, a également déclaré son intention de remplacer sa flotte de 2 000 autobus par des autobus fonctionnant à l'hydrogène. En août 2019, Klagenfurt et Graz ont testé un bus à hydrogène pour le public. Des plans concrets d'approvisionnement sont attendus dans les années à venir.

Plusieurs stations de ravitaillement en hydrogène ont été mises en place depuis 2012. En Autriche, OMV a ouvert la première station-service publique à hydrogène à Vienne en 2012. D'autres stations ont été mises en service à Innsbruck, Asten, Graz et Wiener Neudorf. L'objectif du gouvernement autrichien est de garantir que des stations de ravitaillement en hydrogène seront disponibles dans tout le pays d'ici 2025, selon le chancelier autrichien.

L'ambassade canadienne travaille à la promotion des piles à combustible dans la mobilité lourde depuis 2015, avec de bons résultats pour les clients canadiens. L'ambassade continuera à se concentrer sur la promotion des piles à combustible/hydrogène. Les autres domaines d'intérêt comprennent l'électromobilité ainsi que le partage de vélos. Le Service des délégués commerciaux du Canada en Autriche est très attaché à la réussite de ses clients et se réjouit de soutenir les clients canadiens dans tous les domaines de la nouvelle transformation de la mobilité à l'avenir.

Date de modification: