Sélection de la langue

Recherche

Le marché des partenariats public-privé à la Barbade et dans les Caraïbes orientales

Contexte

En 2020, les exportations du Canada à destination de la Barbade se chiffraient à 48 millions de dollars canadiens. Avant même le début de la pandémie mondiale, on estimait qu’un investissement annuel minimum de 150 milliards de dollars serait nécessaire pour accroître les services et aider à combler le déficit d’infrastructure dans la région des Caraïbes. Cela dit, les budgets étant encore plus limités du fait de l’évolution des priorités pendant la pandémie, on s’attend à ce que ce montant augmente. Il est donc essentiel de faire appel à l’investissements privé pour financer les infrastructures dans la région.

 

En outre, étant donné que les îles de la région sont sujettes à des catastrophes naturelles fréquentes et coûteuses, et très vulnérables aux effets des changements climatiques, il est urgent de moderniser les secteurs des infrastructures essentielles, notamment :

Ces secteurs font partie des moteurs potentiels de la reprise économique post-pandémie aux Caraïbes orientales. L’accès à des infrastructures de qualité est lié au renforcement de la croissance et de la résilience économique, une priorité dans l’ensemble des Caraïbes.

Développement des infrastructures

Le développement des infrastructures s’est révélé difficile pour les îles de petite taille comme celles des Caraïbes orientales, compte tenu de leur capacité limitée à réaliser des économies d’échelle sur les investissements dans les infrastructures. De plus, plusieurs îles figurant au rang des pays à revenu intermédiaire ou élevé ont un accès restreint, voire inexistant, au système des concessions aux fins du financement – ce qui représente un autre obstacle au financement des projets d’infrastructure.

La région envisage les partenariats public-privé (PPP) comme une option attrayante pour le développement des infrastructures. Mais cette option est elle aussi difficile à mettre en œuvre. Les principales raisons entravant l’élaboration et la mise en œuvre de PPP dans les pays des Caraïbes orientales tiennent à la taille des projets, qui sont souvent trop petits pour attirer les investisseurs internationaux, et au fait que les gouvernements n’ont ni les capacités ni les moyens financiers d’administrer le développement de ces projets. Par conséquent, l’intérêt à l’égard des PPP dans la région a diminué au cours de la dernière décennie. Certains projets de PPP ont néanmoins été mis en œuvre ou sont en cours d’exécution malgré l’absence d’architecture officielle pour les PPP. Un excellent exemple est le projet de réaménagement et d’agrandissement de l’aéroport international Grantley Adams à la Barbade, pour lequel 13 concessionnaires ont été présélectionnés dans les derniers mois. Il reste des débouchés principalement dans le secteur de l’énergie, plus précisément pour des projets d’énergie éolienne et géothermique auprès de membres de l’Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO). Ces possibilités vont de la mise en place du cadre de PPP nécessaire à l’élaboration et à l’exécution de projets.

Bien qu’il n’existe qu’un nombre limité de projets de PPP en préparation dans les Caraïbes orientales, les besoins en infrastructure restent d’actualité. La sous-région demeure ouverte à des façons créatives de financer et d’élaborer des projets. Les banques multilatérales de développement telles que la Banque mondiale, la Banque interaméricaine de développement et la Banque de développement des Caraïbes continuent de jouer un rôle essentiel comme sources de financement pour les projets d’infrastructure dans les Caraïbes. Il existe donc plusieurs occasions de contribuer au développement et à la modernisation des infrastructures essentielles des petites îles des Caraïbes. Parmi ces occasions, mentionnons des projets de centrales géothermiques dans les îles de l’OECO et des projets liés à l’eau et à l’assainissement dans toute la région.

La région des Caraïbes est résolu à améliorer ses infrastructures dans divers domaines et est ouvert à l’idée de voir d’avantage d’entreprises canadiennes élaborer ces projets. La décision vous appartient !

Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec Tammy Brathwaite, Tammy.Brathwaite@international.gc.ca.

Date de modification: