Sélection de la langue

Recherche

L’évolution des exportations canadiennes depuis l’entrée en vigueur de l’AECG

Exportations de marchandises depuis l'AECG (d'octobre 2017 à juin 2019) en hausse de 9,1 %

L’Union européenne (UE) représente le deuxième marché d’exportation de marchandises du Canada après les États‑Unis, représentant environ 7,5 % de l’ensemble des exportations canadiennes au cours des cinq dernières années. Le 21 septembre 2017, l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne, l’accord commercial le plus ambitieux conclu par le Canada depuis l’Accord de libre‑échange nord‑américain (ALENA), est entré en vigueur.

Au moment d’écrire ces lignes, l’AECG est en vigueur depuis près de deux ans et les données sur le commerce des marchandises sont accessibles depuis 21 mois. D’octobre 2017 à juin 2019, les échanges bilatéraux de marchandises entre le Canada et l’UE ont augmenté de 14,6 %, ou de 26,3 milliards de dollars, comparativement à la même période avant l’AECG (d’octobre 2015 à juin 2017) pour atteindre une valeur de 206,6 milliards de dollars. La valeur des exportations de marchandises canadiennes vers l’UE a totalisé 77,6 milliards de dollars (en hausse de 9,1 %, ou de 6,5 milliards de dollars), tandis que celle des importations de marchandises a bondi de 18,1 %. L’or constitue une partie importante des exportations canadiennes vers le Royaume‑Uni, mais sa valeur est instable pour des raisons non liées à l’AECG. En excluant l’or, les exportations du Canada vers l’UE ont augmenté de 14 % depuis l’entrée en vigueur de l’AECG.

Les exportations canadiennes ont augmenté pour atteindre sept des dix plus importants partenaires commerciaux de l’UE, depuis l’entrée en vigueur de l’AECG, avec tous les sept affichant des taux de croissance à deux chiffres. Ensemble, ces 10 pays européens ont reçu plus de 90 % des exportations canadiennes destinées à l’UE au cours de cette période. C’est le marché des Pays‑Bas qui a dominé ceux des principales destinations européennes : les exportations en provenance du Canada y ont progressé de 56 %, une hausse attribuable aux produits énergétiques et à l’aluminium. Cependant, ce nombre est probablement gonflé par les transbordements destinés à d’autres pays européens, puisque les Pays‑Bas abritent le plus grand port d’Europe (celui de Rotterdam). D’autres augmentations notables ont eu lieu en Irlande (céréales et produits énergétiques), en Italie (produits pharmaceutiques), en Pologne (produits énergétiques) et en Allemagne (véhicules et pièces, machinerie). En contrepartie, les exportations vers la Suède (minerais), le Royaume‑Uni (nickel, pierres précieuses et métaux) et la France (graines oléagineuses et machinerie) ont légèrement reculé.

Figure 1 : Croissance des exportations de marchandises par pays(%)
Royaume‑UniAllemagneItalieFrancePays‑BasBelgiqueEspagneIrlandePologneSuèdeAutres
-3 %21 %23 %-2 %56 %12 %17 %41 %22 %-5 %3 %

Source : Statistique Canada

Depuis l’entrée en vigueur de l’AECG, les exportateurs canadiens ont constaté des résultats positifs dans de nombreux secteurs. Parmi les principaux secteurs d’exportation, la croissance la plus impressionnante est celle de l’aluminium, dont les exportations ont augmenté de 252 %, principalement en raison de l’aluminium sous forme brute destiné aux Pays‑Bas. Les véhicules et pièces (véhicules de tourisme), les produits énergétiques (pétrole brut), les métaux de base divers (cobalt) et les produits pharmaceutiques (médicaments posologiques) ont aussi enregistré des taux de croissance importants durant cette période. De plus, les produits dont les droits de douane ont diminué le plus en raison de l’AECG ont enregistré les plus importants gains commerciaux (pour une analyse plus approfondie, veuillez consulter l’article « Les retombées de l’AECG sont déjà perceptibles un an après son entrée en vigueur »).

Figure 2 : Principaux secteurs d’exportation ayant connu la croissance la plus rapide (%)
*Secteurs dont la valeurs des exportations s’est élevée à plus de 300 M$ d’octobre 2017 à juin 2019
AluminiumVéhicules et piècesProduits énergétiquesMétaux de base diversProduits pharmaceutiques
252 %138 %106 %65 %38 %

Source : Statistique Canada

Avec l’augmentation du nombre d’entreprises qui découvrent et se familiarisent avec les avantages de l’AECG, on pourrait s’attendre à ce que les effets positifs de l’accord s’accroissent. Néanmoins, il serait erroné d'attribuer la totalité des gains ou des pertes à celui‑ci, car le fait d’avoir signé un accord de libre‑échange n’est qu’un seul facteur parmi de nombreux autres éléments qui entraînent des changements dans les flux du commerce international. Les autres facteurs pouvant entrer en jeu comprennent, sans s’y limiter, la performance relative de l’économie, les variations des taux de change et les facteurs géopolitiques. Tout bien considéré, l’AECG peut être vu comme un catalyseur qui facilite les échanges commerciaux bilatéraux en brisant les barrières commerciales pour toutes les parties concernées.

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport

Date de modification: