Sélection de la langue

Recherche

Une mission virtuelle permet d’exposer les projets d’une entreprise indienne pour le Canada

Lorsque l’entreprise indienne Pinnacle Infotech a décidé d’ouvrir un bureau au Canada en pleine pandémie de COVID‑19, le Service des délégués commerciaux (SDC) du Canada n’a pas perdu le cap.

Rouleaux de dessins d'architecture avec la tablette et le modèle de maison

Les projets de l’entreprise d’effectuer un investissement important et de créer des emplois au Canada auraient normalement dû l’amener à rencontrer des représentants canadiens pour discuter des nombreuses étapes du processus. Le SDC a mis en place une mission d’investissement virtuelle pour traiter de ces questions, en s’adaptant à la nouvelle réalité et en aidant Pinnacle Infotech à se rapprocher d’une filiale au Canada.

« Nous ne nous sommes pas contentés d’attendre que les conditions mondiales s’améliorent et de risquer de perdre cette occasion; le SDC savait qu’il devait s’adapter et agir rapidement », affirme Soumen Mondal, délégué commercial chargé des investissements au sein du SDC, établi à New Delhi. « Même en ces temps difficiles, le Canada est accueillant et ouvert à l’investissement. Nous collaborons toujours à un très haut niveau avec les entreprises indiennes, et celles‑ci cherchent toujours à investir au Canada ».

La mission Pinnacle Infotech a été menée conformément aux nouvelles directives de visites virtuelles pour l’investissement direct étranger (IDE), qui ont été établies en temps opportun par la Direction des services aux investisseurs du SDC et qui remplacent pour l’instant les visites en personne.

L’entreprise, dont le siège social est à Durgapur, dans l’État du Bengale‑Occidental, offre des solutions et des services de modélisation des données du bâtiment (MDB) aux architectes, ingénieurs, entrepreneurs, sous‑traitants et consultants de partout dans le monde. Elle est actuellement présente à Kolkata et à Jaipur, en Inde, ainsi qu’aux États‑Unis, au Royaume‑Uni, en Suisse, en Italie et aux Émirats arabes unis. Ses projets comprennent des aéroports, des hôpitaux, des stades, des immeubles de grande hauteur, des universités, des centres commerciaux, des barrages et des ponts.

Soumen Mondal
Soumen Mondal, délégué commercial établi à New Delhi

Arjun Dutta est délégué commercial à Kolkata et couvre des secteurs comme les infrastructures, les technologies propres, les sciences de la vie et les investissements. Il a rencontré Pinnacle Infotech pour la première fois en 2012 et est resté en contact régulier avec l’entreprise, invitant ses représentants à participer à des programmes et à des visites de délégations dans la région.

« Nous les avons constamment encouragés à collaborer avec les entreprises canadiennes et à envisager l’ouverture d’un bureau au Canada », se souvient‑il. En juin, l’entreprise a communiqué avec M. Dutta pour s’enquérir de la possibilité de créer une filiale à 100 % canadienne. Il a transmis l’information à M. Mondal, à Delhi, pour faire avancer la discussion avec l’entreprise.

Normalement, une visite de collecte de renseignements au Canada aurait eu lieu, au cours de laquelle les cadres supérieurs de l’entreprise auraient évalué la viabilité du projet en rencontrant des agents immobiliers, des fonctionnaires municipaux, provinciaux et fédéraux, des organismes de développement économique, des fournisseurs potentiels, d’autres investisseurs étrangers locaux et des conseillers juridiques.

Bien que la pandémie ait rendu les visites en personne impossibles, explique M. Mondal, « nous avons pensé qu’au lieu de fermer ce canal, nous pourrions faire les choses virtuellement ». Il a conseillé à l’entreprise indienne d’utiliser des plateformes de vidéoconférence pour discuter avec des interlocuteurs canadiens clés comme des conseillers en investissement, des représentants locaux et un cabinet d’avocats, afin d’aborder des questions comme la fiscalité, la constitution en société et le processus d’acquisition de bureaux.

Selon Biswaroop Todi, vice‑président de Pinnacle Infotech, M. Dutta et M. Mondal ont aidé l’entreprise à élaborer un plan d’affaires adapté au Canada, en lui donnant des renseignements sur le marché et en lui communiquant de l’information sur les principaux contacts canadiens.

« L’équipe du SDC comprend que la pandémie actuelle rend la façon de faire virtuelle plus importante », affirme M. Todi, soulignant que « la communication n’a jamais été un problème » et que la visite d’investissement virtuelle a été « d’une clarté absolue ». « Dans certains cas, la plateforme virtuelle était plus efficace que l’aurait été une présence physique. Elle nous a permis de réaliser d’importantes économies d’efforts et de réduire les coûts. »

Pinnacle Infotech cherche à établir un bureau canadien avec un budget immédiat qui se situe entre 500 000 $ et 1 000 000 $, comptant de 5 à 8 employés au cours des 2 premières années et 20 employés au cours des 5 premières années.

Selon M. Todi, l’entreprise estime qu’en établissant une présence locale « sur le marché dynamique du Canada, nous pouvons exceller davantage dans le monde des affaires actuel en constante évolution », et Pinnacle Infotech peut travailler en étroite collaboration avec ses clients. « L’embauche de talents locaux est essentielle à notre réussite. »

M. Mondal souligne que les IDE sont importants pour la prospérité du Canada, car ils contribuent à son PIB. L’ouverture d’un bureau canadien permet aux entreprises étrangères d’accéder à des marchés de partout dans le monde, compte tenu des accords commerciaux conclus par le Canada avec l’Amérique du Nord, l’UE et d’autres pays.

M. Mondal s’est joint au SDC en 2017. Il fait partie d’une équipe d’agents d’investissement établis dans des endroits stratégiques partout dans le monde, qui font la promotion de l’investissement canadien, en collaboration avec leurs collègues du SDC, et qui aident les entreprises étrangères à s’établir au Canada, en couvrant tous les aspects du processus.

Selon lui, les entreprises indiennes considèrent le Canada comme un pays ouvert, cosmopolite et accueillant. « Le Canada est perçu comme une destination propice aux investissements », affirme M. Mondal, et on considère que les Canadiens, particulièrement, ont bien géré la pandémie jusqu’à présent.

Le SDC en Inde « élabore un plan d’action qui s’inscrira dans une économie indienne après la pandémie, tout en continuant à mettre l’accent sur les débouchés commerciaux pour nos clients canadiens », explique M. Mondal. « Pendant la période de la pandémie de COVID‑19, plusieurs entreprises revoient leurs objectifs organisationnels et procèdent à un remaniement stratégique, afin d’être prêtes lorsque la situation reviendra à la normale. »

Entre‑temps, M. Mondal connaît 2 autres entreprises indiennes qui, selon lui, mèneront des missions virtuelles d’IDE. Selon M. Mondal, l’utilisation de plateformes virtuelles pour entrer en relation avec des contacts au Canada est un « processus naturel » et une « initiative bienvenue » pour les investisseurs, qui s’habituent à traiter de cette façon avec les fournisseurs et les clients internationaux. « Les entreprises se sont maintenant habituées à cette nouvelle façon de faire. »

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport

Date de modification: