Sélection de la langue

Recherche

Le nouveau guide d’exportation de la bière artisanale vise à aider les brasseries canadiennes à lancer leurs produits à l’étranger

L’industrie de la bière artisanale du Canada, qui compte près de 1200 brasseries, a connu une croissance exponentielle ces dernières années. De plus, le pays est réputé pour la pureté de son air et de son eau et une production d’orge qui compte parmi les meilleures au monde. Il n’est donc pas surprenant que les marchés étrangers commencent à découvrir notre bière artisanale. Pour toutes ces raisons et parce que le Canada a conclu de nombreux accords de libre‑échange, il n’y a jamais eu de meilleur moment pour que les producteurs de bière canadiens se lancent dans l’exportation.

C’est pourquoi le Service des délégués commerciaux (SDC) du Canada a créé son guide, Bière artisanale canadienne – Guide d’exportation détaillé, une ressource exhaustive conçue pour aider les brasseries canadiennes à mieux comprendre la marche à suivre pour exporter.

« À l’heure actuelle, près de 85 % de la production de bières canadienne est vendue et consommée au Canada », affirme la déléguée commerciale Janet Dorozynski, responsable et spécialiste de l’industrie canadienne du vin, de la bière et des spiritueux au SDC. Mais nous pouvons accroître nos exportations car le Canada est connu depuis longtemps sur la scène mondiale pour sa bière. « Cela fait partie de notre culture populaire, et nous demeurons essentiellement un pays consommateur de bière. »

Le guide d’exportation du SDC cherche à mettre à profit cette réputation et à encourager les brasseurs artisanaux à profiter des débouchés uniques qui s’offrent aux exportateurs canadiens. En fait, le Canada est le seul pays du G7 à bénéficier d’un libre accès aux marchés des Amériques, de l’Europe et de la région de l’Asie-Pacifique grâce à différents accords, notamment :

Selon le SDC, environ la moitié de toutes les brasseries au Canada ont moins de 5 ans. Cette hausse de la capacité de brassage s’est principalement limitée au marché national étant donné que les brasseries se concentrent sur la croissance locale. Mais si elles cherchent à prendre de l’expansion, la conquête des marchés d’exportation constituera leur nouveau défi.

Le guide du SDC fournit des conseils détaillés sur des sujets allant de l’établissement d’un compte d’exportation à l’obtention des certifications nécessaires, en passant par l’établissement des prix et les documents sur l’exportation. Il renferme également une liste de vérification pour l’exportation ainsi que des ressources sur la commercialisation des produits, le commerce électronique et les stratégies de pénétration de marchés.

De plus, le guide donne les coordonnées de ressources bien placées pour les exportateurs en puissance, notamment Janet Dorozynski, d’autres délégués commerciaux et des organismes commerciaux de l’industrie, et il présente des renseignements sur les possibilités de financement et les salons professionnels.

Quel conseil Mme Dorozynski a‑t‑elle pour les brasseurs et autres qui cherchent à exporter? « Il faut être déterminé et persévérant. Pour réussir en tant qu’exportateur, vous devez faire vos recherches. Vous devez bien choisir vos marchés et vous devez réellement savoir ce que vous faites. Il s’agit d’investir son temps et ses ressources judicieusement, de faire ses recherches et de faire preuve de persévérance. »

Que ce soit avec son guide d’exportation pour la bière artisanale, son programme de financement et de soutien CanExport pour les entreprises (PME) ou son réseau comptant plus de 160 bureaux au Canada et partout dans le monde, le SDC est là pour soutenir les brasseries canadiennes sur la voie de l’exportation. Consultez le guide complet pour en apprendre davantage sur ce que le SDC peut faire pour vous.

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport

Date de modification: