Sélection de la langue

Recherche

La maquiladora est-elle pour vous?

Vous prévoyez établir une maquiladora au Mexique? Procédez à une évaluation de votre état de préparation avant de vous lancer, car le déplacement de vos activités de production au Mexique est un peu plus complexe qu’il n’y paraît. Initialement créées dans le milieu des années 1960, les maquiladoras représentent maintenant une large proportion de la capacité industrielle du Mexique. Il s’agit d’usines d’assemblage appartenant à des Mexicains ou à des étrangers qui importent des matériaux ou des équipements qu’ils utilisent pour produire des produits qui seront réexportés.

Étant donné que les produits finis seront expédiés à l’étranger, notamment dans le pays du propriétaire de l’usine, ceux qui exploitent une maquiladora ne paient aucun droit ou aucune taxe sur les matériaux ou machines importés, à la condition que les produits finis quittent le Mexique à un moment précis, soit entre 6 et 18 mois, selon le produit.

Les maquiladoras sont surtout utiles pour la fabrication à forte intensité de main-d'œuvre de différents types de produits, tels que les machines, les produits électroniques, les textiles, les vêtements, les aliments, les produits chimiques, les outils, les équipements médicaux et les articles de sport. Les maquiladoras peuvent également être utilisées pour les exportations de services. Il y a des entreprises qui importent des équipements et des matières premières en vertu des mêmes conditions que celles des maquiladoras, et ces entreprises fournissent leurs services à des clients étrangers. Les sociétés de centre d’appels et de développement de logiciels sont deux exemples de tels services. On a également recours aux maquiladoras pour la recherche et développement de diverses technologies de pointe. Le Mexique impose très peu de restrictions sur ce qui peut être produit dans les maquiladoras et, par conséquent, ces usines sont devenues la plus importante source de revenus étrangers du pays, dépassant ceux provenant du pétrole.

Avantages fiscaux et relatifs aux droits des maquiladoras

De nombreuses entreprises canadiennes, particulièrement dans divers secteurs de l’industrie légère et du montage, mènent déjà des activités fructueuses dans les maquiladoras mexicaines. En ce faisant, elles ont droit à des exonérations fiscales et à des exemptions, notamment :

Questions à prendre en considération

Compte tenu de ces avantages, votre entreprise devrait-elle déplacer son unité canadienne de production vers une maquiladora? Pour le savoir, procédez à une évaluation de l'état de préparation pour connaître les économies précises de coûts, les risques opérationnels potentiels et les exigences en matière de réglementation.

Cette évaluation devrait vous permettre de répondre aux questions suivantes :

Types de maquiladora

Si vous décidez d’aller de l’avant et d’établir une maquiladora, vous pouvez le faire des trois façons suivantes :

Établissement d’une maquiladora

Pour obtenir le statut de maquiladora, vous devez faire approuver les plans et les intentions de votre entreprise par le ministère mexicain de l’Économie (SECOM) (en espagnol seulement), lequel délivre toutes les licences et tous les permis requis pour l’établissement et l’exploitation d’une maquiladora. La demande doit comprendre des informations complètes au sujet :

Les activités d’une maquiladora, définies dans la réglementation de l’IMMEX, sont complexes. En plus de procéder à une évaluation de l'état de préparation, tel qu’il a été susmentionné, vous devrez retenir les services de conseillers mexicains qualifiés qui se spécialisent dans les IMMEX/maquiladoras et suivre leurs recommandations attentivement.

Pour plus d’information sur la façon de faire des affaires au Mexique et pour connaître d’autres options de fabrication, communiquez avec le Service des délégués commerciaux du Canada à Monterrey, à Guadalajara ou à Mexico.

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport

Date de modification: