Recherche

France : Survol de marché

27-05-2021

Échanges commerciaux et investissements croisés entre le Canada et la France ($C, milliards) en 2020

Source : Statistique Canada

Version texte - Commerce et investissements ($C, milliards)

Exportations de marchandises canadiennes en France (base douanière): $C 3,7

Importations de marchandises françaises au Canada (base douanière) : $C 6,4

Exportations de services canadiens en France (base balance des paiements) : $C 2,9

Importations de services français au Canada (base balance des paiements) : $C 2,2

Stock d'investissements directs canadiens en France : $C 11,6

Stock d'investissements directs français au Canada : $C 17,7

 

Points importants à connaître sur la France

Environ 250 filiales d’entreprises canadiennes sont présentes en France, couvrant un vaste éventail de secteurs économiques comme l’aéronautique, les transports terrestres, les équipements industriels, la fabrication, la production d’énergies renouvelables et non renouvelables, l’agroalimentaire, ainsi que la santé, l’ingénierie, les télécommunications et le numérique, les services de conseil en gestion, et les services financiers.

Secteurs

Aérospatiale

Alors qu’elle affichait d’excellents résultats jusqu’en 2019, l’industrie aérospatiale française a été touchée de plein fouet par la crise sanitaire et économique de 2020. Cependant, les exportations canadiennes dans ce secteur, qui représentent 23% des exportations canadiennes vers la France, ont modérément diminué en 2020 (-9%) malgré d’importants changements dans leur composition. Bien que ce secteur continuera de connaître des mutations au cours des prochaines années, les échanges bilatéraux continueront d'offrir des opportunités dans la fabrication d'avions commerciaux et militaires, d'hélicoptères et de satellites. De plus, les liens industriels dans le secteur spatial entre le Canada et la France connaissent un renouveau par le biais de plusieurs projets d’envergure. 

Agriculture et aliments transformés

L'agroalimentaire (poissons et fruits de mer inclus) a représenté 23% des exportations canadiennes vers la France en 2020, en hausse de 51% par rapport à 2019. L’impact négatif de la crise sanitaire et économique a été relativement faible sur ce secteur, sauf pour les produits destinés à la restauration et aux services alimentaires. L’importante augmentation de 2020 est liée aux exportations de canola, en forte hausse pour des raisons à la fois conjoncturelles et structurelles. Bien que le secteur se caractérise par une abondance règlementaire (étiquetage, règles sanitaires) et des problèmes d'accès au marché, les perspectives offertes par l'AECG présentent des opportunités pour les produits de base, les ingrédients (fruits, protéines), certains aliments transformés et les produits de la mer.

Éducation

La France est la 3ème source d’étudiants internationaux entrants au Canada après la Chine et l’Inde, et la première pour l'Europe. La France a connu une augmentation de 1,6 % d'étudiants inscrits dans l'enseignement supérieur (ES), et cette progression engendre une forte tension sur la capacité d’accueil des institutions d’enseignement supérieur. Le Brexit et la sortie du Royaume-Uni du programme Erasmus+ ont également une influence importante au sein du marché français. Ce contexte est favorable au Canada pour atteindre la cible fixée par la Stratégie canadienne en matière d’éducation internationale (SCMEI).

Arts et industries culturelles

La France est la 5ème destination des exportations du Canada en matière d’industries culturelles et créatives. Les exportations canadiennes sont en croissance constante, et atteignaient 393 millions $C en 2018 (+43 % depuis 2010), stimulées par les sous-secteurs de l’audiovisuel, du design, des médias interactifs et de l’édition. Cette tendance est amenée à s’accentuer par la mise en œuvre de la stratégie « Exportation Créative Canada ». Bien que la crise de la covid-19 et la mise à l’arrêt d’une partie du secteur culturel risquent toutefois de freiner cet élan, elles font également émerger de nouvelles opportunités, notamment avec l’accélération des pratiques numériques et du commerce électronique.

Produits de consommation

La France détient un fort pouvoir d'achat et présente un potentiel important pour les biens de consommation, surtout les produits haut de gamme et les produits écoresponsables. De plus, l'AECG offre des avantages compétitifs par les réductions tarifaires. Le secteur est également soutenu par la croissance du commerce électronique, qui a franchi le cap historique des 100 milliards € ($C153 milliards) de chiffre d’affaires, faisant de la France le 2ème marché en Europe, et le 5ème dans le monde.

Sciences de la vie

Les dépenses de santé représentent plus de 11% du PIB. Face à la crise de la covid-19, l’État français a annoncé des investissements substantiels supplémentaires (+6 milliards € ou $C9,2 milliards) dans le système de santé, qui s’ajouteront à la croissance « naturelle » des dépenses de santé liée notamment au vieillissement de la population. Le plan national de transformation du système de santé 2018-2022 vise l’amélioration de la qualité des soins et la transformation numérique du système de santé, ouvrant de nombreuses opportunités pour les entreprises canadiennes.

Technologies de l'information et des communications (TIC)

La France a mis l’accent ces dernières années sur la transformation numérique et le développement d'une industrie des TIC. Le plan France Relance y consacrera près de 4 milliards € supplémentaires ($C6 milliards) sur 2020-2022. Le sous-secteur du « logiciels et services », l’analytique, l’IA, la cybersécurité et le secteur des télécoms seront les principaux centres d'intérêt. Le secteur du jeu vidéo présente également un fort intérêt et un potentiel d’attraction d’investissement par la présence en France d’éditeurs d’envergure internationale, acheteurs potentiels pour les créations canadiennes.

Technologies propres

Le soutien à la transition écologique constitue un des piliers du plan France Relance, qui y consacrera 30 milliards € (47 milliards $C) d’ici la fin 2022, entre autres dans les énergies renouvelables, le stockage d’énergie, l’hydrogène, la mobilité « verte » et l’efficacité énergétique des bâtiments. Ces sommes s’ajoutent à un grand plan d’investissement (2018-2022) d'une valeur de 57 milliards € (87 milliards $C) basé sur quatre priorités : accélérer la transition écologique ; construire une société qualifiée ; assurer la compétitivité grâce à l’innovation ; et la création de l'état numérique. Dans ce contexte, d'excellentes perspectives commerciales, d’investissements croisés et de partenariats technologiques existent.

Contact

Pour plus d’information sur les débouchés dans votre secteur d’intérêt, contactez votre délégué commercial à Paris, en France.

Date de modification: