Sélection de la langue

Recherche

Profil économique - France Drapeau de la France

Février 2019

Capitale  : Paris
Monnaie  : Euro (EUR)
Langue  : Français

Données clés
 20172018 (p)2019 (p)
Population (millions)*66,967,367,5
PIB (milliards $US)2 5882 7952 845
PIB par habitant ($US)39 93342 93143 500
Taux de croissance réel (PIB - %)2,31,61,6
Taux d'inflation (IPC - %)1,21,81,8
Taux de chômage (%)9,48,88,5
Compte courant (% PIB)-0,5-0,9-0,7
Solde finances publiques / PIB (%)-2,7-2,6-2,8
Sources : FMI - World Economic Outlook Octobre 2018 sauf * Insee

Climat économique

Après une croissance particulièrement robuste en 2017 (+2,3%), l’expansion de l’économie française s’est poursuivie à un rythme plus ralenti, autour de +1,6% en 2018, dans un contexte mondial moins favorable, mais toujours soutenue par l’investissement des entreprises, la consommation des ménages et les effets progressifs des réformes intérieures récentes et en cours. La croissance bénéficie à l’emploi, avec un recul du taux de chômage en-dessous de 9% fin 2018. Les perspectives de croissance sont favorables pour 2019, avec une croissance maintenue autour de +1,6%.

Politique économique

Le pays a initié, dans les années 2010, d’importantes réformes visant à libéraliser son économie. Ce mouvement de libéralisation est poursuivi par le nouveau gouvernement français, dans le cadre du quinquennat présidentiel 2017-2022. Le gouvernement mène une double stratégie de redressement durable de la croissance, de l’emploi et de l’attractivité de la France, et de poursuite de la réduction des déficits publics dans le respect de ses engagements européens. Cette double stratégie est axée sur :

  1. La modération des dépenses publiques à un rythme compatible avec l’activité
    Selon le gouvernement, le déficit public, déjà ramené en 2017 à 2,7 % du PIB (soit en-dessous du seuil européen de 3%), serait réduit à 2,6% en 2018. Après une remontée ponctuelle au-delà de 3% du PIB en 2019, essentiellement pour des raisons techniques, le déficit public reprendrait sa décrue vers l’objectif de quasi-équilibre en 2022. Cette trajectoire passe par un ralentissement continu et une meilleure maîtrise durable des dépenses de tous les acteurs publics (État, Sécurité sociale, collectivités territoriales).
  2. Des baisse d’impôts et de charges pour les entreprises et les ménages
    Une réforme fiscale est suivie pour réduire et simplifier les charges fiscales et sociales des entreprises et des ménages, afin de favoriser l’investissement productif, l’emploi et le pouvoir d’achat. Le taux de prélèvements obligatoires (charges fiscales et sociales) sera abaissé de plus d’un point de PIB sur le quinquennat, passant de 45,3% en 2017 à 44% en 2022. Il s’agit de réduire la fiscalité sur le patrimoine et le capital des personnes physiques, sur le travail (qui pèse à la fois sur les salariés et les employeurs), et sur les entreprises (baisse progressive de l’impôt sur les sociétés de 33% en 2017 vers le taux moyen européen de 25% en 2022), tout en augmentant progressivement la fiscalité environnementale pour accélérer la transition écologique.  
  3. Des réformes structurelles pour rehausser la compétitivité et le potentiel de croissance
    Des réformes structurelles doivent également contribuer à développer un environnement plus favorable aux affaires, aux investissements et à l’emploi. Elles touchent plusieurs domaines, comme la simplification administrative et réglementaire pour les entreprises, une plus grande flexibilité du fonctionnement du marché du travail, l’amélioration des compétences (éducation et formation professionnelle).   
  4. Un soutien à l’innovation, aux start-up et aux secteurs porteurs
    Ces réformes s’accompagnent d’un soutien à l’innovation, à la recherche et aux secteurs porteurs - transition numérique, transports du futur, santé, transition énergétique et écologique. Un plan massif d’investissements publics de 5 milliards€ par an est déployé.  L’initiative French Tech vise à accélérer le développement des start-up.  
  5. Le soutien à la relance collective de la croissance en zone euro et en Europe
    La France participe au programme européen d’investissements publics et privé dans de nombreux secteurs (transports, énergie, numérique, éducation).

Sources : Gouvernement.fr ; Ministère de l’Économie et des Finances; French Tech

Investissements étrangers directs

La France est une économie ouverte et un acteur important de l’investissement international dans les deux sens. Témoignant de la présence croissante des grandes sociétés françaises dans différentes régions du monde, la France était fin 2017 le 9ème investisseur mondial à l’étranger en termes de stocks (1.452 milliards $US). Les secteurs manufacturiers et financiers sont les cibles prédominantes. L’Union européenne (60%) et les États-Unis (18 %) sont les principaux destinataires. Hors UE28, le Canada se place au 7ème rang, avec 1,8 % du stock des investissements français en territoire non européen.  

Depuis plusieurs années, au-delà des alternances politiques, la France poursuit une politique d’attractivité du territoire, favorable aux investissements directs. La France confirme son attractivité : 1.300 nouvelles décisions d’implantation d’origine étrangère ont été recensées en 2017, et 74% des patrons d’entreprises étrangères implantées en France estiment le pays attractif (contre 36% en 2016) (sondage TNS Sofres 2018). Plus de 28.000 entreprises étrangères sont présentes en France, représentant 11% des salariés, 21% des efforts en R&D et contribuant à 30% des exportations. En 2017, la France est le 11ème pays d’accueil des investissements mondiaux en stock (875 milliards $US). Les secteurs les plus ciblés sont l’industrie manufacturière, les activités financières et immobilières. L’Union européenne (73 %), la Suisse (10 %) et les États-Unis (9 %) sont les principaux investisseurs. Hors UE28, le Canada est le 7ème pays investisseur, représentant 1,6% du stock des investissements non européens en France.

Sources : Business France ; Cnuced

Accords commerciaux et Relations économiques Canada France

Sources : Ambassade du Canada; Affaires Mondiales du Canada; Statistique Canada (données Canada-France)

Sources d'information sur l’économie de la France :

Institutions nationales

Institutions internationales

Date de modification: