Recherche

Rapport sectoriel Espagne - Océan technologies

Résumé exécutif

Le secteur des technologies océaniques est un secteur transversal et de technologie de pointe axé sur les produits et services qui nous aident à mieux comprendre l'océan et à tirer parti de ses ressources. Le secteur fait partie de l'économie océanique moderne et dessert diverses industries océaniques génératrices de richesse, notamment le transport maritime ; défense et sécurité ; gestion côtière et océanique ; pêche et aquaculture ; exploration, développement et production de pétrole et de gaz offshore ; exploitation minière des fonds marins et énergie renouvelable des océans.

L'Espagne possède plus de 7.880 kilomètres de côtes tout au long de parties très fréquentées de l'océan Atlantique et de la mer Méditerranée. L’économie bleue espagnole est la plus importante d’Europe, avec plus de 944.000 emplois et 32,7 milliards d’euros de valeur ajoutée brute à l’économie du pays. L’Espagne représente 21% du volume des ventes aquacoles de l’Union européenne (UE), possède le plus grand nombre d’installations de transformation de poisson et en est son principal producteur de crustacés.

L’Espagne abrite également les deux plus grands ports de la Méditerranée (Valence et Algésiras) et fait partie des plus grands pays de construction navale au monde. Le secteur de la construction navale en Espagne a réalisé un chiffre d'affaires annuel estimé à 7,5 milliards d'euros en 2018. En 2019, le secteur employait 33.730 travailleurs à plein temps (69.694 en incluant la main-d'œuvre indirecte).

Le secteur naval de la défense est le segment le plus avancé sur le plan technologique de l’industrie navale espagnole. En effet, près de 9% de ses revenus annuels sont réinvestis en R - D + I contre 4,26% dans l'ensemble de l'industrie navale et 7,58% dans l'industrie aérospatiale. L’acteur, de loin, le plus important du secteur naval de la défense espagnol est Navantia, qui construit presque tous les navires à usage militaire produits en Espagne.

L'UE a des plans ambitieux pour son développement en énergies renouvelables océaniques. L'objectif est de produire 100.000 mégawatts (MW) au cours des 30 prochaines années, créant ainsi 400.000 emplois.

Le plan national espagnol intégré pour l'énergie et le climat 2021-2030, PNIEC, fixe un objectif de 25 MW de capacité installée d'énergie océanique d'ici 2025 et de 50 MW d'ici 2030.

Les grappes océaniques canadiennes jouissent d'une bonne réputation en Espagne et les entreprises canadiennes sont bien connues pour leurs produits et services d'ingénierie qui peuvent résister à des environnements océaniques extrêmement difficiles ; technologies de télédétection marine ; et, systèmes d'observation de l'océan.

La Croissance bleue, la biotechnologie bleue, l'énergie océanique, l'internet des mers et l'environnement marin sont les sous-secteurs offrant les opportunités les plus intéressantes pour les entreprises canadiennes de technologie océanique.

L'Espagne et le Canada ont tous deux un excellent écosystème d'innovation, avec des agences de financement actives, de nombreux accords de coopération et des organisations publiques et privées importantes axées sur la R+D. Le financement offert par plusieurs initiatives de recherche telles qu'Eureka et Eurostars permet aux entreprises canadiennes et espagnoles de développer des projets conjointement d'innovation en mettant l'accent sur leur commercialisation.

Ces initiatives et les opportunités mentionnées ci-dessus font de l'Espagne un marché très attractif pour les entreprises de Technologies Océaniques du monde entier et nous encourageons les clients canadiens à explorer cet intéressant marché.

Si vous désirez recevoir le rapport de marché complet, veuillez envoyer un courriel à : espana@international.gc.ca

Date de modification: