Sélection de la langue

Recherche

Étude d’impact économique Canada-Floride 2018

Le Canada est le plus important partenaire économique de la Floride

Table des matières

Introduction – Le partenariat économique Canada-Floride

Commerce de marchandise

Investissements et emplois

Immobilier

Les visiteurs

Autres domaines de collaboration

Conclusion

Annexes

Introduction – Le partenariat économique Canada-Floride

Malgré les milliers de kilomètres qui séparent le Canada et la Floride, l’impact du Canada sur l’économie de la Floride perdure et va bien au-delà du tourisme et des ressources naturelles. Le commerce entre les deux pays a une croissance durable, avec un taux de croissance annuel moyen (TCAM) de 3,6 % par an depuis 2009 et de 0,3% depuis 2011. Un exemple de l’importance du commerce canadien pour l’État de Floride peut être trouvé dans la région de Tampa avec les quatre circonscriptions de la baie de Tampa où sont les plus importants exportateurs de Floride vers le Canada. Ensemble, ils totalisent 22 % de toutes les exportations de l’État. Pendant ce temps, les investissements canadiens en Floride restent importants, avec près de 500 entreprises canadiennes présentes dans l’État, attirées par le faible coût des affaires, les excellentes infrastructures logistiques, et la proximité des débouchés avec l’Amérique Latine et les Caraïbes. Les entreprises canadiennes se trouvent partout en Floride mais la plupart sont fortement concentrées dans le sud-est (Miami-Dade, Broward, Palm Beach), dans l’ouest (Tampa-Hillsborough) et dans le centre (le comté d’Orange et Orlando).

L’achat de biens immobiliers résidentiels remonte depuis la baisse historique de 2015 car la stabilité du dollar canadien et l’augmentation du prix des maisons au Canada ont incité davantage de canadiens à vendre et à déplacer leurs actifs aux États-Unis. Le Canada reste, de loin, le principal investisseur étranger dans les biens immobiliers en Floride. Les fidèles retraités migrateurs et les autres Canadiens qui possèdent une propriété floridienne, injectent plusieurs milliards de dollars annuellement dans l’économie par les biais de taxes foncières. Une estimation de 508 millions de dollars de taxes foncières s’ajoutent par le biais de caisses locales de fonds d’investissement canadiens déjà existants et 67 millions annuels, supplémentaires proviennent de ventes de bien neufs seulement. Les futurs achats de biens immobiliers par les Canadiens dépendent de la stabilité du dollar canadien mais dépendent aussi de la valeur des propriétés au Canada et en Floride. La Floride est depuis longtemps une des destinations de retraite favorites des Canadiens et continuera d’attirer leurs investissements immobiliers.

Tableau 1 : IMPACT ÉCONOMIQUE DE LA RELATION ENTRE LE CANADA ET LA FLORIDE, indicateurs choisis, en milliards de US $
201320161
Exportations du Canada vers la Floride$4,3$4,6
Exportations de la Floride vers le Canada$3,5$2,7
Total des échanges commerciaux$7,8$7,3
Achats de biens immobiliers résidentiels par des Canadiens en Floride$4,6$7,0
Dépenses effectuées par les touristes canadiens en Floride$6,0$6,5
Total$18,4$20,8
1 Les données sur l’immobilier et le tourisme sont calculées à partir de données de 2017 alors que les données des échanges commerciaux sont calculées à partir de données de 2016, étant donné que ce sont les données les plus récentes au moment de la rédaction de cette étude.

Le Canada est la première source de tourisme pour la Floride, avec 4 % de vacanciers en plus dans l’État en 2017 par rapport à 2016. Depuis 2010, les touristes canadiens ont passé 24 % de temps en plus en Floride et ont dépensé 53 % d’argent en plus dans l’État. Pour 2016 uniquement, cela représente une estimation de 6,5 milliards de dollars. On estime que le tourisme canadien a généré 686,5 millions de dollars de recettes fiscales connexes, faisant du tourisme canadien un contributeur à l’économie floridienne légèrement supérieur à l’immobilier canadien. En outre, des centaines d’entreprises floridiennes et des milliers d’emplois dépendent de l’impact du tourisme canadien, spécialement durant la saison d’hiver avec les retraités migrateurs, qui retournent dans l’État année après année.

Americas Market Intelligence (AMI), entreprise d’experts-conseils, leader régional en études de marché, a mené cette étude d’impact économique en 2014. Ils ont constaté que les relations Canada-Floride ont continué de prospérer durant et après la récession. AMI a de nouveau étudié en 2017, pour les trois années consécutives, les progrès de cette relation économique. Ce rapport explore les quatre principales composantes de la relation Canada-Floride : commerce, investissement, immobilier et tourisme, afin de décrire et quantifier l’impact économique du Canada sur le « Sunshine State ».

Résumé de l’importante interaction entre le Canada et l’État de Floride :

L’impact du commerce et des investissements canadiens sur le bien-être des Floridiens et sur l’économie de la Floride ne doit pas être sous-estimé. Selon les termes du premier vice-président de Enterprise Florida, commerce et affaires internationales, «le Canada est de loin, le partenaire numéro un de l’État de Floride ».

Lorsque vous combinez le commerce, les investissements, le tourisme et l’industrie des services, le Canada est de loin, le principal partenaire économique de la Floride.

Pour visualiser l’importance du Canada dans le commerce, le tourisme et les investissements étrangers en Floride, veuillez consulter la figure 24 en annexe de ce document

Principaux partenaires étrangers de la Floride, le Canada parmi les 5 premiers, Chambre de Commerce de Floride 2017 (Anglais seulement)

Table des matières

Commerce de marchandise

Aperçu

Le Canada et la Floride entretiennent une étroite et prospère relation commerciale qui est restée stable en dépit de récents revers. Malgré l’éloignement géographique, le « Sunshine State » est un des principaux partenaires économiques du Canada, avec 7,3 milliards de dollars américains d’échanges commerciaux. Des produits agricoles aux produits pétroliers, en passant par les pièces d’aéronefs et par les produits pharmaceutiques, les deux parties profitent de ces échanges commerciaux.

Le total des échanges entre le Canada et la Floride est resté stable année après année mais a dernièrement, entre 2013 et 2016, réalisé un taux de croissance annuel de -2,2 %. Les importations de Floride depuis le Canada ont augmenté avec un taux de croissance annuel moyen de 1,8 % de 2013 à 2016, avec des exportations du Canada atteignant un taux de croissance annuel de 2 %.

Tableau 2: echanges commerciaux Canada/Floride, milliards de US$
2016
Total des importations de la Floride depuis le Canada$4,6
Importations d’origine canadienne$3,5
Total des exportations de la Floride vers le Canada1$3,5
Exportations d’origine canadienne$2,7
TOTAL des échanges commerciaux$7,3
Balance commerciale entre le Canada et la Floride+$1,9
1 Les chiffres sur les exportations floridiennes vers le Canada fournis par Trade Stats Express s’appuient sur la série « origin of movement » (OM), qui attribue les exportations de marchandises à l’état américain étant le point de départ vers le port (ou autre endroit) de sortie des États-Unis, tel qu’indiqué sur les déclarations d’exportations américaines officielles remplies par les expéditeurs. Le point OM peut être soit l’emplacement de l’usine où l’article d’exportation a été produit soit, dans bien des cas, l’emplacement du distributeur, de l’entrepôt ou de l’installation de manutention du fret. Par conséquent, on peut sous-estimer les exportations de la Floride vers le Canada car une proportion significative du commerce de marchandises entre la Floride et le Canada s’effectue par transbordement, en utilisant des moyens de transport de surface dans l’un des états américains situés le long de la frontière canado-américaine, sans passer par un port douanier en Floride.

Source : Statistique Canada, Trade Stats Express, US Census Bureau-U. S. Exports of Goods by State

Figure 1 : Balance commerciale entre le Canada et la Floride, milliards de US $

Figure 1 : Balance commerciale entre le Canada et la Floride, milliards de US $

Afin de mieux comprendre ces données, il est utile de comparer le Canada avec les autres principaux partenaires commerciaux de la Floride. Avec 3,5 milliards de dollars d’exportations vers le Canada en 2016, le Canada est le deuxième marché pour la Floride, juste un peu derrière le Brésil. Le Canada est passé en deuxième en 2013 quand il a surpassé la Suisse. Le prix de l’or ayant atteint des sommets en juillet 2011Note de bas de page 1, les importations ont chuté. Le gouvernement du Canada rapporte que 620 200 emplois de Floride dépendent du commerce avec le CanadaNote de bas de page 2, faisant du secteur des exportations, la pierre angulaire de Floride.

Tandis que les importations du Canada depuis la Floride ont eu un taux de croissance annuel moyen (TCAM) de -7,6 % entre 2013 et 2016, les exportations vers d’autres partenaires commerciaux importants, comme le Brésil et la Colombie, se sont également réduites (-12,2 % et -12,9 % respectivement). Le Brésil et la Colombie sont susceptibles de rivaliser avec le Canada comme principaux marchés d’exportation de la Floride.

Figure 2: 5 Plus importants marchés d’exportation de la Floride, en milliards de US $, 2006-2016
 

Figure 2: 5 Plus importants marchés d’exportation de la Floride, en milliards de US $, 2006-2016

Source : Trade Stats Express-State Export Data, International Trade Administration

 
Tableau 3: 10 Plus importants marchés d’exportation de la Floride, en milliards de US $, 2016
Total des exportationsMilliards US $, 2016
Total de tous les pays$52,05
Brésil$3,6
Canada$3,5
Mexique$2,8
Colombie$2,2
Allemagne$1,9
Chili$1,9
Dominique Républicaine$1,7
Paraguay$1,5
Pérou$1,5
Émirats Arabes Unis$1,5

Le Commerce entre la Floride et le Canada est fortement diversifié, permettant à de multiples secteurs de l’économie floridienne de profiter de notre partenariat. En 2016, la principale catégorie de produits exportés du Canada vers la Floride, est celle des « transactions spéciales » (SH 98), représentant 14 % des exportations totales. Le chapitre 98 des transactions spéciales de la nomenclature douanière harmonisée des États-Unis répertorie des secteurs comme les importations réparées, les articles de charité, les équipements militaires, les importations du gouvernement, les articles religieux ou éducatifs et des marchandises exonérées de taxes. Parmi les principales catégories de produits dans le système de nomenclature, existe le code SH6, « les articles importés, exportés et retournés sans changement ». Selon l’ALENA, ce code SH6 spécifie que les exportations retournées sans changement n’ont pas de valeur ajoutée transfrontalière. Les autres catégories de produits en haut du classement, incluent la machinerie lourde, la machinerie électrique, les fournitures et produits pétroliers. Ce qui est notable parmi les dix premières catégories de produits ayant eu une croissance entre 2013 et 2016, sont les meubles, engrais et produits pharmaceutiques.

Tableau 4 : Exportations de marchandises canadiennes vers la Floride par catégories de produits – 10 principales catégories de produits 2016
Catégories de produitsTotal exportations en millions de US $% du total des exportations% croissance de 2013 à 2016
Transactions spéciales$52912 %18 %
Réacteurs nucléaires, chaudières, machines, appareils et engins mécaniques ; parties de ces appareils ou machines$50712 %5 %
Meubles, lits, literies, lampes…$2596 %14 %
Aéronefs, véhicules spatiaux et leurs pièces$2486 %7 %
Carburants minéraux, huiles minérales et produits de leur distillation, substances bitumineuses, cires minérales$2416 %-37 %
Machines, appareils et matériels électriques et leurs parties, appareils d’enregistrement ou de reproduction du son ou des images, parties et accessoires de ces appareils$2225 %-3 %
Bois, charbon de bois et ouvrage en bois$1844 %6 %
Engrais$1524 %22 %
Produits pharmaceutiques$1514 %23 %
Véhicules (hors train et tramway), leurs pièces et accessoires, etc.$1323 %11 %
Sous-total$2 62561 %
Total de toutes les catégories de produits$4 2931100 %14 %
1 Selon Statistique Canada, les exportations canadiennes vers la Floride en 2016 totalisent 4,5 milliards de US $, alors que le Census Bureau fait état d’exportations totalisant 4,2 milliards de US $.

Source : US Dept. of Commerce, Statistique Canada

De la même manière, les exportations de la Floride vers le Canada sont diversifiées avec comme première catégorie la machinerie électrique constituant 12 % du total des exportations. Bien que la machinerie et les produits de haute technologie soient en vedette dans les exportations de la Floride vers le Canada, les aliments frais et produits alimentaires occupent également une large place. Les grandes catégories d’exportation incluent 393 millions de dollars en réacteurs nucléaires et chaudières, 325 millions de dollars en fertilisants, 294 millions de dollars en produits pharmaceutiques et 190 millions de dollars en légumes frais et racines comestibles.

Tableau 5: Top 10 exportations de marchandises Floridiennes vers le Canada par catégories de produits, 2016
Catégories de produitsTotal exportations en millions de US $% du total des exportations% croissance de 2013 à 2016
Réacteurs nucléaires, chaudières, machineries etc.; …$46413%3 %
Machinerie électrique etc. ; équipement son ; équipement TV ; …$37311%-12 %
Fertilisants$35210%0 %
Aéronefs, véhicules spatiaux et leurs pièces$3279%6 %
Instruments et appareils d’optique, de photo, médical ou de chirurgie, etc.$2738%0 %
Végétaux comestibles et certaines racines et tubercules$2066%-5 %
Fruits et noix comestibles; pelures de citrons, fruits ou melons$1976%-9 %
Plastiques$933%-2 %
Véhicules sauf trains ou Tramway, leurs parties, etc.$893%-23 %
Huiles essentielles, parfumerie, cosmétique, etc.$802%2 %
Sous-total$2 45470%
Total de toutes les catégories de produits$3 5011100%-7.6 %
1 Selon Statistique Canada, les exportations floridiennes vers le Canada en 2016 étaient de 2,7 milliards de dollars, alors que le Census Bureau fait état d’exportations totalisant 3,5 milliards de US $.

Source : US Dept. of Commerce, Statistique Canada

Transbordement

Selon les données publiées par Enterprise Florida, à propos de toutes les marchandises exportées de Floride en 2016, 77 % sont classifiées comme des marchandises originaires de Floride, ce qui signifie que 23 % des exportations de la Floride sont produites hors de l’État. Les marchandises originaires de Floride sont une combinaison de produits manufacturés et de matières premières, comme des produits agricoles. 93 % des exportations de la Floride sont des marchandises manufacturées, tandis que 37 % des marchandises manufacturées sont exportées. Pour l’ensemble, les exportations manufacturées de Floride ont augmenté de 93 % entre 2000 et 2016. L’étroite collaboration entre les entreprises canadiennes et floridiennes, signifie qu’une part importante de valeur ajoutée canadienne est incorporée dans les marchandises originaires de Floride, et vice versa. En outre, une proportion importante des exportations canadiennes vers l’Amérique Latine et les Caraïbes transite par les ports de Floride. Malheureusement, il n’y pas de données actuelles décrivant ce trafic.

La Floride est également une escale habituelle pour les marchandises transitant d’un troisième partenaire. En 2016, 23 % des exportations de la Floride étaient des exportations n’ayant pas la Floride comme origine, ce qui signifie qu’elles ont été réexportées sans modification vers leur destination finale. Le Port de Miami est à l’origine d’une initiative visant à augmenter le volume de transbordement dans le sud de la Floride. En novembre 2013, le port de Miami et le Service des Douanes et de la protection des frontières du port de Miami, ont mis en place un comité de transbordement ayant pour mission de promouvoir et développer le port comme une plaque tournante du transbordement dans les Amériques. Avant le 11 septembre 2001, le transbordement représentait 20 % de l’activité du port, mais à cause de l’augmentation des coûts due à une sécurité accrue et des règlements de douane plus stricts, le Port de Miami avait perdu du trafic au profit des ports voisins. Le Port de Tampa continue de se spécialiser dans le transbordement nord-sud. Pour beaucoup d’entreprises d’Amérique du Nord, il est souvent plus rentable d’acheminer par camion la marchandise à Tampa que dans le sud de la Floride. Tampa s’efforce de manière concertée, d’ouvrir de nouvelles voies d’acheminement, incluant les voies par air ou par canaux, vers l’Amérique Latine, les Caraïbes ou l’Asie.

En 2012Footnote 3, le Bureau américain sur les statistiques de transport a rapporté que 1,2 milliard de marchandises voyageant entre la Floride et les pays autre que ceux de l’Amérique du Nord, avaient transité1 par le Canada pour atteindre leur destination finale. Cela représente moins d’un pourcent des échanges totaux de la Floride, ce qui signifie que le Canada n’a pas une importance significative pour le transbordement de marchandises floridiennes. Toutefois, les observateurs de l’industrie pensent qu’une quantité importante de marchandises canadiennes à destination de l’Amérique Latine et des Caraïbes transite par les ports de Floride, qui fonctionnent comme des passerelles vers les voisins du sud. Malheureusement, le Bureau américain sur les statistiques de transport ne comptabilise pas de données quand les États-Unis ne sont pas le lieu de départ ou de destination, quand les marchandises font seulement une escale, donc l’importance de la Floride pour le transbordement canadien ne peut être établie. Cependant, il est raisonnable de penser que le Canada a une faible importance dans le transit de marchandises dont la Floride est la destination finale.

Commerce intégré

Le libre-échange commercial entre le Canada et les États-Unis a conduit à une intégration économique et une confiance plus profonde. La signature de l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) et l’augmentation des flux de commerce entre le Canada et les États-Unis a eu pour effet d’augmenter les échanges intra-branches car les entreprises misent de plus en plus sur d’autres entreprises du secteur pour s’assurer de bons réseaux de distribution et d’approvisionnement. Avec la venue de l’ALENA, les échanges bilatéraux entre le Canada et les États-Unis a augmenté de 4 % par an, en moyenne, entre 1994 et 2016, surpassant largement la croissance économique. Ceci prouve que la spécialisation industrielle et les alliances au niveau de chaînes d’approvisionnement sont efficaces et qu’elles peuvent franchir les frontières lorsqu’elles sont bien gérées. Grâce à cette frontière ouverte sur le commerce, la Floride et le Canada ont pu tirer profit de l’intégration économique.

La Floride et le Canada partagent cinq de leurs dix plus importantes catégories d’exportation : les réacteurs nucléaires, la machinerie électrique, les engrais, les véhicules et les aéronefs. Cela signifie que des compagnies spécialisées dans un marché fournissent des compagnies dans le même domaine, dans un marché en partenariat. Selon le Recensement américain sur les données commerciales, la Floride est très forte pour les réacteurs nucléaires, la machinerie et l’équipement électrique et les engrais, tandis que les exportateurs canadiens possèdent un avantage comparatif dans des produits spécifiques tels que les combustibles minéraux et les produits du bois. Les exportations de produits chimiques organiques utilisés dans les engrais et dans l’industrie pharmaceutique de la Floride et les ventes qui s’ensuivent au Canada sont un bon exemple d’intégration.

Comme représenté dans le tableau 6, il y a dix industries qui représentent une intégration commerciale importante, avec des ratios d’échange entre 80 % et 119 %. Un ratio approchant les 100 % signifie que le volume des échanges est équilibré et que les biens exportés ou importés des deux marchés sont sensiblement équivalents. Cela démontre un haut niveau d’intégration car les exportations du Canada fournissent le secteur manufacturier en Floride qui, en retour, exporte ses biens finis au Canada, et vice versa. Contrairement, un ratio élevé Floride/Canada, dans le tableau 6, signifie une forte spécialisation au niveau des exportateurs de la Floride et un manque d’intégration avec les fournisseurs canadiens. De même, un ratio Floride/Canada près de zéro indique une forte spécialisation du côté canadien.

Tableau 6 : Commerce intégré Floride-Canada
Catégories de produitsExportations floridiennes, USDExportations canadiennes, USDRatio Floride/Canada
Savons, cires, vernis, bougies, dentifrices$15 415 938$12 918 670119 %
Produits d’origine animale$1 020 911$878 703116 %
Zinc$251 963$218 810115 %
Nickel$2 253 736$1 963 473115 %
Tapis et autres revêtements textiles pour sol$1 313 191$1 168 921112 %
Instruments musicaux$731 743$670 406109 %
Réacteurs nucléaires, chaudières, machineries$464 175 002$507 417 00591 %
Diverses préparations comestibles$19 703 028$21 899 51390 %
Divers articles manufacturés$4 227 211$4 799 03988 %
Jouets, jeux et équipements sportifs ; leurs parties et accessoires$16 134 674$20 071 19580 %

Source : US Dept. of Commerce

Coup d’œil sur l’aérospatiale

L’aérospatiale est sans doute une des plus dynamiques industries de Floride. La Floride héberge plus de 2100 entreprises d’aviation et d’aérospatiale, dont une grande partie dans le sud de la Floride, à Cap Canaveral et dans la zone de Tampa. Il y a de plus petites concentrations autour des bases aéronautiques et navales. Les principales multinationales de l’aviation comme Lockheed Martin, CAE, Heico, et Embraer opèrent dans l’État et emploient presque 90 000 Floridiens.

Pour le sud de la Floride, le total des exportations d’avions et pièces a progressé de 12,5 % d’année en année jusqu’en 2016. Ce secteur reste le meilleur poste d’exportation du sud de la Floride dans le monde. Cela est dû en grande partie à la demande croissante de l’Amérique Latine, au développement du transport de passagers et de fret, ainsi qu’aux multiples contrats militaires.

En 2016, le Canada a contribué à la fabrication et à l’assemblage de l’aérospatiale de la Floride en exportant pour 248 millions de dollars en appareils et pièces de rechange. De plus, en 2016, la Floride a exporté pour 327 millions de dollars de produits de l’aérospatiale vers le Canada, ce qui démontre le haut niveau d’intégration de cette industrie entre les deux marchés. Autant les assembleurs d’appareils installés en Floride comptent sur les fournisseurs canadiens de pièces pour alimenter leur production, autant les compagnies canadiennes ont besoin du marché de la Floride pour stimuler leurs ventes aux États-Unis.

La formation au pilotage et la MMR (maintenance, réparation et révision) sont des secteurs clés de l’aérospatiale de la Floride, et les entreprises canadiennes participent fortement à ce secteur. Les leaders canadiens de l’aérospatiale Bombardier et Toronto Sky Aviation effectuent des opérations de MMR dans le sud de la Floride en assurant le service pour plusieurs compagnies aériennes de transport de passagers ou de fret. CAE, un fournisseur canadien de la modélisation de vol, de simulateurs et de systèmes d’entraînement exploite un centre de formation et de simulation servant aux États-Unis, en Amérique Latine à partir de la zone de Tampa. Enfin, les compagnies aériennes canadiennes comme Air Canada, WestJet, Air Transat, Sunwing et Porter connectent la Floride avec le Canada. Elles tirent profit du centre de service MMR de l’État et du centre d’activité des aéroports pour entretenir leurs appareils. Au sein de l’aérospatiale, les divers secteurs de l’ingénierie, de l’assemblage et de la MMR sont étroitement liés, avec des entreprises canadiennes et floridiennes en partenariat.

Échanges complémentaires

Bien que plusieurs secteurs d’exportation canadiens et floridiens soient fortement intégrés, de nombreux exportateurs tirent profit des relations commerciales en répondant aux besoins non comblés dans ce marché de partenariat. Huit des dix plus grands marchés d’exportation spécialisés de la Floride sont liés aux produits agricoles et d’origine animale. Les produits agricoles et les aliments préparés totalisent 21 % des exportations de la Floride vers le Canada tandis que les exportations de produits agricoles canadiens vers la Floride représentent seulement 18 % du total des exportations.

Tableau 7 : 10 Principales exportations spécialisées Floridiennes, 2016
Catégories de produitsExportations floridiennes en US $Exportations canadiennes en US $Ratio Floride/Canada
Minerais, scories et cendres$1 622 061$3 35448,362 %
Peaux (autres que les pelleteries) et cuirs$386 036$3 38011,421 %
Coton, incluant les fils et produits tissés et dérivés$274 017$8 09333,86 %
Chaussures, bottes et accessoires$4 849 390$154 6923,135 %
Artisanat en cuir, sellerie, sac à main$60 094 072$2 367 2922,539 %
Soie, incluant les fils et produits tissés et dérivés$5 894$3001,965 %
Fourrures, fourrures artificielles, dérivés manufacturés$489 092$28 6521,707 %
Fruits et noix comestibles, écorces d’agrumes ou de melons$197 077 912$18 719 1851,053 %
Végétaux tressés, et produits dérivés$130 790$13 383977 %
Pâtes de bois ou d’autres matières fibreuses cellulosiques$58 195 635$7 337 850793 %

Source : US Dept. of Commerce, Statistique Canada

Alors que les exportations spécialisées de la Floride sont basées sur l’agriculture, celles du Canada sont en général plutôt des ressources naturelles comme le pétrole, les minerais et le bois. Comme observé plus haut, le groupe de marchandise de la Disposition de classification spéciale a fait une remontée spectaculaire en 2016, ce qui représente le plus grand groupe de marchandises en dollars, dans les premières 10 principales exportations les plus spécialisées. Le deuxième plus grand groupe d’exportations spécialisées, en 2016, est le meuble. Ce dernier a progressé à un TCAM de 10,5 % entre 2010 et 2016 et a constamment été dans les premières 10 principales exportations vers la Floride durant cette période. Comme groupe, les produits de ressources naturelles (excluant les produits agricoles) représentent 21 % des exportations du Canada vers la Floride, alors que ce groupe représente 7 % des exportations de la Floride vers le Canada.

Coup d’œil sur l’agriculture

La Floride a été reconnue dans le monde entier comme une puissance agricole quand les producteurs d’oranges ont réalisé que c’était l’un des seuls endroits aux États-Unis où les oranges pouvaient être cultivées toute l’année. Depuis lors, la Floride est devenue synonyme de jus d’orange et est reconnue comme un leader national dans le secteur agricole. La Floride est l’État de premier plan aux États-Unis pour l’orange, le pamplemousse et la production de canne à sucre. Elle est numéro deux dans la fraise et le poivron et enfin numéro trois pour le chou et le miel. Selon le ministère américain de l’Agriculture, les ventes agricoles totales de la Floride sont de 8,3 milliards de dollars en 2015, soit une progression de 1,6 % depuis 2010.

La Floride exporte près de la moitié de sa production agricole totale, soit l’équivalent de 4,04 milliards de dollars. Le Canada demeure le plus grand consommateur international de la production de la Floride, important plus de 874 millions de dollars, soit 22 % des exportations agricoles floridiennes. Situés à seulement 48 h de camion, les consommateurs du sud de l’Ontario et du sud-ouest du Québec ont facilement accès aux exportations de fruits périssables de Floride. Les récoltes hivernales et printanières de la Floride occupent une place de choix chez les consommateurs canadiens grâce en grande partie à la courte saison des récoltes au Canada. Par exemple, les Canadiens ont acheté la plupart des oranges et mandarines exportées de la Floride lors de la saison 2015-2016.

Le secteur agricole canadien est également important, comptant pour 1,7 % du PIB et équivalant à 27,8 milliards de dollars en 2016. Cependant les atouts du Canada sont très spécialisés avec le bétail, la nourriture pour le bétail et les céréales (canola, blé et soja). Le Canada est un important exportateur de céréales et de bétail mais est aussi un important importateur d’aliments transformés comme le vin, les produits de boulangerie et les boissons préparées.

Étant donné les conditions favorables de culture en Floride, bon nombre de producteurs agricoles canadiens et de fournisseurs de produits agricoles industriels ont investi dans le « Sunshine State ». Entre autres, on peut citer Veg Pro International et David Oppenheimer & Co. et les fournisseurs d’engrais et de pesticides Crop Production Services et Agrium Advanced Technologies.

Un exemple illustré de la profonde intégration de l’agriculture américaine et canadienne est visible à la figure 20, en annexe.

Tableau 8 : 10 Principales exportations spécialisées Canadiennes
Catégories de produitsExportations floridiennes en US $Exportations canadiennes en US $Ratio Floride/Canada
Graines et fruits oléagineux, graines, plants$3 471 815$21 693 30016 %
Viandes et abats comestibles$8 969 016$60 006 12315 %
Céréales$1 151 063$8 425 44214 %
Meubles, lits, literies, lampes$31 235 091$259 522 12612 %
Transactions spéciales$64 054 587$592 119 30111 %
Sel, souffre, terres et pierres, plâtres, chaux et ciments$2 977 256$29 181 79310 %
Produits meuniers, malt, amidon, inuline, gluten du blé$680 724$11 417 7646 %
Préparations à base de céréales, de farines, d’amidons, de fécules ou de lait$4 794 533$123 261 3684 %
Bois et articles en bois, charbon de bois$4 630 136$184 207 8523 %
Carburants minéraux, huiles minérales, etc… substances bitumineuses, cires minérales$4 248 460$241 131 9092 %

Source : Statistique Canada

Secteur des services

Les biens constituent la majeure partie des échanges commerciaux entre le Canada et la Floride, mais le secteur des services représente aussi une part significative de ce partenariat. Les exportations de services du Canada ont atteint dans le monde 78,9 milliards de dollars américains en 2016, dont 55 % étaient pour les États-Unis, avec comme secteurs les plus importants : la gestion, la finance, l’architecture et l’ingénierie. Bien qu’il n’y ait pas de données précises pour connaître la ventilation par État, il est certain que les entreprises canadiennes ont une forte présence en Floride, dans le secteur des services.

Les secteurs où les fournisseurs de services canadiens en Floride sont les plus forts, sont la finance, l’ingénierie, les technologies propres, la construction, l’architecture et le transport industriel. Les entreprises les plus marquantes sont la banque TD avec 98 succursales dans l’État; Bombardier, chef de file mondial dans l’ingénierie de service aérospatiale ; Colliers, un groupe immobilier international ; Stantec et SNC-Lavalin, entreprises chefs de file dans l’ingénierie, présentes dans huit villes de Floride.

En annexe, vous trouverez la liste des entreprises canadiennes les plus importantes dans le secteur des services en Floride.

Coup d’œil sur les technologies propres et renouvelables – Pure technologie

En tant qu’exportateur écoresponsable de pétrole et de gaz, avec une expertise dans la gestion des ressources naturelles, et comme chef de file dans les technologies vertes, le Canada a un sérieux avantage concurrentiel par rapport aux pays inexpérimentés dans les technologies propres et renouvelables. Plusieurs entreprises canadiennes d’ingénierie et de technologies propres ont pénétré le marché américain et se sont implantés en Floride, attirées par l’exceptionnel défi environnemental.

Pure Technologies, dont le siège social est à Calgary en Alberta, est un leader mondial dans l’inspection et la surveillance des eaux, des oléoducs et ponts pétroliers et gaziers. En utilisant une technologie qui lui est propre, l’entreprise évalue l’intégrité structurale, détecte les faiblesses des structures et recommande des solutions sur la façon de réparer, reconstruire ou supprimer.

Pure Technologies est arrivée en Floride en 2010, dans le but de tirer parti de l’accroissement de la population de l’État et des conséquences dans le développement urbain. Son siège floridien est à Miami d’où sont contrôlées toutes les opérations de l’État. D’autres succursales existent aux États-Unis et au Canada, notamment au Texas, en Californie, à Edmonton et à Mississauga.

En Janvier 2018, Pure Technologies a été acquise par la société Xylem, un autre fournisseur de service pour les technologies et le transport de l’eau, basé à Rye Brook dans l’État de New York. L’acquisition fait suite à un partenariat exclusif quand Xylem représentait les services et produits Pure Technologies sur les marchés émergeant comme le Moyen-Orient, l’Inde et l’Asie du Sud-Est. Pure Technologies reste toutefois une entreprise indépendante dans le groupe Xylem.

 

Coup d’œil sur les services d’ingénierie – SNC-Lavalin (Atkins), Hatch & autres

Il est évident que les entreprises d’ingénierie sont les plus importantes des entreprises de services canadiennes en Floride, puisque plus de 40 de ces entreprises y sont présentes. SNC-Lavalin est une des nouvelles entreprises de services techniques présentes en Floride. Cette entreprise montréalaise de services d’ingénierie est spécialisée dans les domaines du pétrole et du gaz, des mines, de l’énergie et des infrastructures. Fondée en 1911, l’entreprise a des projets et des bureaux en Amérique du Nord, en Amérique Latine, en Europe et en Afrique.

En 2017, SNC-Lavalin a fait deux acquisitions majeures qui l’ont conduit à être un investisseur significatif en Floride. En juillet 2017, SNC a acquis son rival basé au Royaume-Uni, Atkins, qui avait 13 bureaux en Floride dont le siège social d’Atkins Amérique du Nord situé à Tampa. L’acquisition s’est élevée à 2,9 milliards de dollars. Hatch, une autre grande entreprise canadienne d’ingénierie a consolidé sa présence en Floride de la même façon. L’entreprise a acquis en 2006, la société anglaise Mott MacDonald lors de l’acquisition d’une entreprise australienne de traitement des eaux usées. Actuellement, les bureaux de Hatch à Tampa se concentrent sur deux grands secteurs d’activités : les mines de phosphates et les infrastructures municipales d’eau.

La présence de SNC-Lavalin en Floride ne s’arrête pas avec l’acquisition d’Atkins. En octobre 2017, l’entreprise a annoncé l’acquisition de Data Transfer Solutions basée à Orlando, un développeur et fournisseur de solutions pour la gestion de données, pour les systèmes d’information géographique (GIS), et pour les logiciels de planification de transport. Data Transfer Solution est principalement un fournisseur du gouvernement et des sociétés de transport, mais avec sa gestion des données et sa branche GIS, l’entreprise est également présente dans le domaine de l’ingénierie et de la construction. Ainsi, SNC-Lavalin va améliorer son offre de service pour « la gestion numérique de la gestion client » et va améliorer l’efficacité de ces prestations dans son secteur d’origine.

Avec cette double acquisition, SNC-Lavalin devient largement présent en Floride avec de petites et grandes entreprises, et aussi avec des fournisseurs de services traditionnels ou plus pointus. Il est prévu que SNC-Lavalin maintiendra le bureau de Tampa comme un siège. Avec l’acquisition de Data Transfer Solutions, SNC-Lavalin donnera un nouveau tournant au couloir de la haute technologie entre Tampa et Orlando.

SNC-Lavalin rejoint en Floride un groupe de plus petites sociétés canadiennes spécialisées dans l’ingénierie, telles Stantec, CAE USA et Parsons Brinkerhoff.

Table des matières

Investissements et emplois

Tableau 9: 10 principaux investisseurs étrangers en Floride, nombre de filiales en Floride, 2016
Pays d’origineNombre de filiales en Floride
Royaume-Uni636
Canada583
Japon503
Allemagne455
France279
Mexique234
Suisse173
Pays-Bas160
Espagne124
Brésil63

Source : Enterprise Florida

Aperçu

La Floride avec presque 500 entreprises canadiennes, fait du Canada l’un de ses principaux investisseurs étrangers. Une analyse de la base de données du département d’État sur les entreprises, montre que plus de 1 236 entreprises ont comme adresse principale, une adresse au Canada. Une analyse des sociétés cotées en bourse, révèle une part importante de sociétés à responsabilité limitée ou de sociétés en commandite, ce qui suggère que ce sont des entreprises qui gèrent les actifs immobiliers américains de retraités migrateurs ou autres Canadiens dans l’État. En tant que telles, ces sociétés incorporées ne sont pas considérées comme des entreprises canadiennes mais témoignent de l’impact important des Canadiens dans l’économie de la Floride.

Les filiales canadiennes sont concentrées dans le centre et le sud de la Floride, avec 37 % des filiales localisées dans le sud-est, dans la zone des comtés de Miami-Dade, Broward et Palm Beach. 25 % des filiales sont dans la région de Tampa, avec les comtés de Citrus, Hernando, Hillsborough, Manatee, Pasco, Pinellas, Polk et Sumter. 19 % des filiales sont autour de la zone Orlando-Daytona Beach. Les autres filiales se trouvent sur la côte nord-est (Jacksonville et comté de Duval) et dans d’autres régions pour 8 %.

Figure 3 : Entreprises Canadiennes par comté de Floride, 2016, nombre de filiales

Figure 3 : Entreprises Canadiennes par comté de Floride, 2016, nombre de filiales

Source : Enterprise Florida

 

Entreprises Canadiennes par région de la Floride, 2016, % total de filiales en Floride en 2016

Entreprises Canadiennes par région de la Floride, 2016, % total de filiales en Floride en 2016

Source : Enterprise Florida

Le commerce et les investissements canadiens dans l’État, génèrent environ 620 200 emplois en Floride selon Dun & BradstreetFootnote 4. Cela représente 6,4 % de tous les emplois en Floride, selon le ministère du Travail de Floride. Enterprise Florida estime que depuis 2014, 34 300 emplois ont été créés grâce à l’investissement direct étranger (IDE) du Canada, deuxième après le Royaume-Uni avec 51 400Footnote 5 emplois. Au total, ce sont 955 500 emplois qui en Floride sont générés par l’IDE et les investissements étrangers. Cela signifie que les quelques 620 200 emplois créés par le Canada représentent 65 % de tous les emplois crées par tous les IDE.

Les filiales canadiennes œuvrent dans un large éventail d’industries bien que leurs services soient proposés là où les entreprises se spécialisent. D’une part, bon nombre de filiales assurent la prestation de services financiers (25 % des filiales établies en Floride). Cela est dû en grande partie à la Banque TD, avec plus de 90 succursales dans l’État. D’autre part, 37 % des entreprises canadiennes offrent des services dans les secteurs suivants : soins de santé, gestion-conseil, publicité, avis juridique, ingénierie, architecture, construction et immobilier. Pour ce qui est du secteur manufacturier, la troisième plus grande catégorie industrielle, la fabrication de pièces de machinerie, de véhicules automobiles et aérospatiaux occupe une grande place, de même que la fabrication de produits à faible valeur ajoutée, tels le ciment, la brique et le papier.

Des exemples d’investissement direct transfrontalier entre la Floride et le Canada se trouvent aux figures 22 et 23 dans les annexes de ce document.

Figure 4 : Entreprises Canadiennes par industrie, 2016

Figure 4 : Entreprises Canadiennes par industrie, 2016

Source : Enterprise Florida

Services Financiers

Les entreprises canadiennes sont bien représentées dans le secteur des services financiers, particulièrement dans les services bancaires commerciaux. Plusieurs banques commerciales canadiennes comptent des succursales de service de détail en Floride, incluant la Banque TD, BMO Banque Harris, Desjardins et Banque Nationale du Canada (Natbank). En tête, la Banque TD regroupe 39 succursales dans le sud de la Floride (sud de Vero Beach), 44 dans le centre et 15 dans le centre nord et la région de Jacksonville. BMO Banque Harris mène ses activités dans le centre de la Floride et la région de Tampa, tandis que Desjardins et la Banque Nationale n’offrent leurs services que dans le sud de la Floride, desservant un segment du marché, la population franco-canadienne locale.

La Banque Royale du Canada occupait une place importante en Floride avant son acquisition par la banque PNC en 2011, chiffrée à 3,45 milliards de dollars. A l’heure actuelle, la Banque Royale et la Banque Scotia offrent des services de gestion de portefeuille et de fiducie dans un bureau de taille modeste situé dans le sud de la Floride, principalement à des clients de l’Amérique latine et des Caraïbes.

Les banques canadiennes ont un intérêt marqué pour le sud de la Floride en raison de ses occasions d’affaires locales et internationales. Les banques s’intéressent non seulement à la prestation de services courants aux particuliers et aux entreprises, mais aussi à saisir des occasions d’affaires en Amérique latine, notamment dans les secteurs du commerce, des services bancaires privés et dans le secteur immobilier dynamique du sud de la Floride.

Coup d’œil sur les services financiers – Banque Desjardins dans le sud de la Floride

La Caisse Desjardins est l’une des dix plus grandes institutions commerciales au Canada et occupe le premier rang au Québec. Desjardins a ouvert ses portes à Hallandale Beach en 1992 en vue d’offrir ses services à la population franco-canadienne établie dans le sud de la Floride. Aujourd’hui, Desjardins a trois succursales dans le comté de Broward et une dans le comté de Palm Beach, ouverte en 2016.

En Floride, Desjardins a plus de 26 000 clients et ouvre 1000 nouveaux comptes annuellement. 96 % de leurs clients sont Canadiens, et parmi lesquels, une large majorité (90 %) est du Québec. En Floride, la principale mission de la banque est de servir ses clients du Canada durant leur séjour.

Desjardins offre les services bancaires basiques comme les comptes de dépôt et d’épargne, les hypothèques, le change, les transferts et services en ligne. Ils servent aussi de nombreuses entreprises locales. Opérant sur un marché de niche pour les francophones, tous les employés de ses quatre succursales parlent à la fois français et anglais.

La Banque Nationale du Canada et la Caisse Desjardins, ont toutes deux, étendu leur présence dans le sud-est de la Floride, en ouvrant récemment des succursales à Palm Beach. Bien que la Banque TD ne soit pas spécialisée dans le marché franco-canadien comme les deux autres banques, sa rapide expansion et sa diversification en Floride, en font un redoutable concurrent.

Desjardins et la Banque Nationale, sont fortement touchées par la saisonnalité du trafic des Canadiens en Floride. Le profil moyen d’un client Desjardins est un retraité de 64 ans qui passe de trois à quatre mois en Floride, de novembre à avril, avec un pic entre janvier et avril. En conséquence, les transactions mensuelles passent de 4000 en hiver à 800 en été.

L’actuel président de la banque a déclaré que leur chiffre d’affaires dépend du taux de change entre les dollars canadiens et américains. En raison d’un dollar canadien faible, la banque constate que ses clients restent et dépensent moins et ne se servent de la banque que pour les dépôts courants. Le taux de change a également un effet important sur le marché des hypothèques. Cependant le président indique que les prêts hypothécaires et les prêts d’investissement restent bons malgré un taux de change défavorable. Ceci est dû au fait que les Canadiens profitent du boom de l’immobilier au Canada en vendant leurs résidences pour ainsi augmenter leurs actifs en Floride.

Le président a également dit que la Floride offre beaucoup d’opportunités d’affaires et il est optimiste. Le prix de l’immobilier et les ventes s’envolent encore, la population augmente, il y a un taux élevé de nouvelles constructions et la croissance économique de l’État reste prometteuse.

La région de Tampa-Hillsborough

La région de la Baie de Tampa est la deuxième plus grande agglomération de la Floride derrière la zone des trois comtés de Miami Dade, Broward et Palm Beach, ce qui en fait un endroit attrayant pour les investisseurs. Grâce aux faibles coûts de la gestion opérationnelle, la situation centrale, le climat et la qualité des infrastructures, le comté de Hillsborough héberge 81 filiales, en 2017. Quant à la région complète de Tampa, 150 entreprises canadiennes et succursales y sont implantées Footnote 6.

Parmi les entreprises canadiennes implantées dans l’agglomération de la Baie de Tampa, celles œuvrant dans les services financiers représentent le plus important secteur d’activité, notamment celles spécialisées dans la banque et l’assurance. Les services publics sont passés en deuxième place suite à l’acquisition de Tampa Electric et TECO par le groupe Emera basé en Nouvelle-Écosse. Le secteur manufacturier reste un secteur de base, principalement l’aérospatiale et le matériel médical. Les coûts relativement peu élevés des terrains ne bénéficient pas seulement à l’industrie lourde avec de grandes usines mais bénéficient également au secteur tertiaire où l’ouverture rapide de locaux peut jouer un rôle clé pour gagner des parts de marché. Tampa offre également une excellente connectivité vers le reste de l’État, vers le reste des États-Unis via les corridors autoroutiers des Interstates 4 et 75 et vers l’aéroport international de Tampa et le port de Tampa. Le commerce de gros, principalement dans les produits chimiques, le métal ouvragé, le matériel et l’électronique, est la quatrième plus importante industrie pour les entreprises canadiennes de Tampa, suivi ensuite par les services professionnels.

Figure 5 : Entreprises Canadiennes dans la région de la Baie de Tampa, nombre d’entreprises, 2016

Figure 5 : Entreprises Canadiennes dans la région de la Baie de Tampa, nombre d’entreprises, 2016

Source : Enterprise Florida

Figure 6 : Entreprises Canadiennes dans la région de la Baie de Tampa par industrie, % d’entreprises, 2016

Figure 6 : Entreprises Canadiennes dans la région de la Baie de Tampa par industrie, % d’entreprises, 2016

Source : Enterprise Florida

Selon le directeur de recherche de l’Association pour la Baie de Tampa, David Sobush, les principales raisons pour les entreprises de choisir la zone pour s’établir sont l’emplacement central de la ville en Floride, des connections faciles aux infrastructures de transport, la qualité de la main d’œuvre et un faible coût de la gestion opérationnelle. Par rapport à Miami Dade, Tampa est souvent préférée par les entreprises de transport routier du nord de la région pour les expéditions à l’étranger. En plus, l’Interstate 4, connue comme le « corridor de la haute technologie » est une artère principale reliant Tampa et la côte est de la Floride, facilitant le déplacement de toutes sortes de marchandises entre Tampa, Orlando, Daytona et Cap Canaveral. La connexion aux Interstates 4 et 75 permet à Tampa un accès rapide aux autres marchés de l’État et une profonde intégration à l’économie floridienne.

La zone de libre-échange de Tampa qui vient d’être élargie avec les comtés de Hillsborough, Polk, Lake et Pinellas continue d’attirer les entreprises à Tampa comme lieu de transbordement principal en Floride. Avec 19 points d’accès, la zone de libre-échange de Tampa, permet aux entreprises d’importer, de stocker et de réexporter de la marchandise sans avoir à payer des droits de douane. Le port de Tampa, le plus grand de Floride, gère plusieurs types de cargo, comme ceux permettant de transporter en vrac des liquides, des matières sèches ; ou comme les rouliers (Roll-On Roll-Off ou Roule Dedans Roule dehors) permettant de charger des contenants par rampe d’accès. Cela signifie que le port gère très rapidement les trafics de marchandises.

Le commerce de gros est le quatrième plus important secteur industriel pour les entreprises canadiennes dans cette zone. Selon le bureau du recensement américain, le sous-secteur des produits chimiques représente 66 % de toutes les exportations vers le Canada. Les produits chimiques comprennent des produits comme les engrais minéraux et chimiques utilisés principalement dans l’agriculture. En 2016, les exportations d’engrais et de produits chimiques vers le Canada représentent 75 % du total de ce secteur pour Tampa. Pour souligner l’importance des liens entre le Canada et la région de Tampa, les quatre districts congressionnels composant la zone de Tampa sont les premiers en exportations vers le Canada parmi les 27 districts de Floride. Le total de ces quatre districts compte pour 22 % de toutes les exportations de la Floride vers le Canada.

Une liste des entreprises canadiennes présentes dans l’agglomération de la Baie de Tampa se trouve en annexe.

Le sud de la Floride : une passerelle pour l’Amérique latine

Grâce à l’aéroport international de Miami, au port de Miami et au port Everglades, le sud de la Floride est un point stratégique orienté sur le monde, facilitant particulièrement le commerce et les investissements avec l’Amérique latine. En raison de sa proximité avec l’Amérique latine, son excellente position géographique et sa main d’œuvre latino-américaine instruite, le sud de la Floride constitue une porte de choix ouverte sur l’Amérique latine.

Huit des dix principaux marchés d’exportation de Miami sont en Amérique latine, avec comme champions : le Brésil, le Venezuela et la Colombie. Le commerce avec l’Amérique latine représente 79 % du marché du district transfrontalier de Miami-Dade en matière de commerce internationalFootnote 7, estimé à 44,5 milliards de dollars en 2016.

Les marchandises manufacturées comme les pièces d’aéronef et d’automobile ainsi que les produits de haute technologie comme les ordinateurs et les téléphones portables, ainsi que les équipements de télécommunication sont les marchés d’exportation les plus importants et représentant la plus forte croissance de la région.

Le lien commercial étroit entretenu avec l’Amérique latine est renforcé par le secteur logistique du sud de la Floride, lui accordant une orientation particulière vers ce marché. L’aéroport international de Miami est le plus grand aéroport de fret aérien international aux États-Unis, avec 1,89 millions de tonnes de fret en 2016, dont 76 % rien qu’avec l’Amérique Latine. Avec plus de 195 000 vols internationaux sans escale, par an, vers 75 villes d’Amérique latine, les exportateurs de Miami peuvent envoyer de la marchandise n’importe où dans la journée. De plus, les ports du sud de la Floride sont aussi fortement connectés avec l’Amérique latine. Le dragage du port de Miami, achevé en 2015, pour accueillir les navires post-Panamax, a déjà eu pour conséquence d’augmenter la manutention du port de 1,9 % chaque année, en particulier, pour les cargaisons, vers ou en provenance, de l’Amérique latine ou des Caraïbes.

Le sud de la Floride est également unique en raison de sa main-d’œuvre nombreuse et bien formée d’origine latino-américaine et hispanique. En effet, 1,3 million des citoyens de Miami-Dade sont de descendance latino-américaine et 1,5 million des habitants de Miami sont hispanophones. Les entreprises qui veulent faire affaires avec l’Amérique latine peuvent donc engager des employés issus de leurs principaux marchés d’exportation. Ces entreprises sont ainsi mieux équipées pour surmonter les barrières linguistiques et franchir les obstacles culturels.

Pour ces raisons, le sud de la Floride est un centre d’affaires vers l’Amérique latine, très animé, où siègent plus de 1400 multinationales, dont plus de 80 canadiennes supervisant l’Amérique Latine. Les entreprises canadiennes ou autres s’établissent dans le sud de la Floride pour gérer les ventes vers l’Amérique latine, ainsi que le marketing, les ressources humaines, la finance et la logistique. Les entreprises canadiennes dotées de sièges sociaux dans le sud de la Floride œuvrent principalement dans les secteurs de la logistique et des télécommunications.

Les entreprises canadiennes qui voulant se développer auprès des marchés d’Amérique latine et qui désirent savoir comment le faire, seront intéressées par le programme d’Accélérateur technologique du consulat général du Canada. Le programme encourage les entreprises à considérer les marchés étrangers comme la Floride, l’Amérique latine et les Caraïbes comme des emplacements stratégiques et à faible coût pour pénétrer de nouveaux marchés. Les entreprises peuvent participer au programme en nous contactant personnellement ou par des visites du site internet. Le programme offre également des conseils et des ateliers présentant ces marchés étrangers. Le programme peut aussi vous présenter des partenaires, des investisseurs et des clients potentiels. Pour plus d’informations et d’instructions pour adhérer au programme, veuillez consulter : http://www.tradecommissioner.gc.ca/cta-atc/index.aspx?lang=eng.

Plus récemment, le ministre du Commerce international François-Philippe Champagne a créé une nouvelle agence de conseils, appelée Investir au Canada, et destinée à promouvoir le Canada auprès des investisseurs étrangers. Pour plus d’informations sur Investir au Canada, veuillez visiter http://www.investircanada.ca/

Une liste d’entreprises canadiennes ayant leur siège social en Floride du sud, est disponible en annexe.

Table des matières

Immobilier

Aperçu

Grâce au climat chaud de la Floride et à ses propriétés abordables, le marché immobilier de l’État est prisé des acheteurs étrangers depuis des décennies. A l’échelle nationale, pour les transactions immobilières, les clients étrangers comptent pour 10 % du volume, en dollars. Pour la Floride, ce taux est de 22 % en 2017. Entre 2012 et 2015, la part des clients étrangers en Floride a chuté avant de retrouver ses niveaux, en 2017. En 2017, les achats par les étrangers atteignaient 33,6 milliards de dollars, en Floride.

La crise financière de 2008 a frappé durement les propriétaires en Floride, le prix des propriétés chutant sévèrement. Depuis, le marché de l’immobilier résidentiel de l’État a repris de manière régulière, avec des ventes de résidences à plus de 6,7 % de taux de croissance annuel composé, entre 2014 et 2016. Cela continue grâce à une clientèle internationale diversifiée. Malgré la valeur en hausse du dollar américain et la hausse des prix des propriétés en Floride, les Canadiens continuent à investir. Selon l’Association nationale des agents immobiliers, les Canadiens ont acquis pour 19 milliards de dollars de propriétés aux États-Unis, en 2017. Environ 37 % des achats immobiliers canadiens aux États-Unis ont été réalisé en Floride, cela représente donc une valeur de plus de 7 milliards de dollars.

Tableau 10 : Apercu des ventes de propriétés immobilières résidentielles en Floride 2015 - 2017
AnnéeVentes totales de propriétés résidentielles en Floride, en milliards de US $Ventes de propriétés résidentielles réalisées auprès d’acheteurs étrangers en milliards de US $% des ventes totales réalisées auprès d’acheteurs étrangers% de Canadiens parmi les acheteurs étrangers
2015$97,1$23,624 %41 %
2016$102$19,422 %37 %
2017$114$24,222 %37 %

Source : Association nationale des agents immobiliers américains (National Realtors Associations)

Les Canadiens dominent parmi les acheteurs étrangers de biens immobiliers en Floride. Ils achètent surtout des propriétés à utiliser comme maisons de vacances, tandis que les Latino-Américains, comme les Argentins et les Vénézuéliens, achètent comme moyen de stabiliser leur capital à cause des fluctuations de leurs monnaies. Les maisons achetées par les Latino-Américains peuvent être louées mais elles demeurent souvent vides.

Figure 7 : 10 Principales nationalités d’acheteurs de propriétés résidentielles en Floride, % des ventes totales réalisées auprès d’acheteurs étrangers, 2017

Figure 7 : 10 Principales nationalités d’acheteurs de propriétés résidentielles en Floride, % des ventes totales réalisées auprès d’acheteurs étrangers, 2017

Source : Association nationale des agents immobiliers américains (National Realtors Association)

Les transactions en espèces sont la principale source de paiement pour les acheteurs canadiens d’immobilier, elles représentent 86 % de leurs transactions en 2017. En général, les clients étrangers commencent à acheter des propriétés un peu plus chères. En 2017, le prix médian d’une maison en Floride était de 259 400 dollars, soit 2,7 % de plus que le prix médian de 2016 (252 500 dollars). Pour les acheteurs canadiens, le prix médian est de 232 500 dollars, soit une augmentation de 5,5 % par rapport à 2016 et 23 % plus élevé que le prix médian de 2015 qui était de 189 000 dollars.

Profil des acheteurs canadiens d’immobilier

En 2017, selon l’Association nationale des agents immobiliers, les achats immobiliers canadiens se sont totalisés à 19 milliards de dollars aux États-Unis. Les achats immobiliers en Floride par les Canadiens sont d’environ 37 % du total, en 2017. Ils représentent alors plus de 7 milliards de dollars. Les investissements immobiliers canadiens en Floride dépendent de la valeur du dollar canadien, qui oscillait régulièrement autour de 1 dollar américain, depuis 2008. Mais il s’est rapidement déprécié de 29 % par rapport au dollar américain. Régulière sur le long terme, la quasi parité des monnaies, a permis de maintenir la part des achats canadiens de 30 % par rapport aux autres achats étrangers, entre 2010 et 2012. Toutefois, l’augmentation des ventes immobilières et des prix, en plus d’une réduction de l’inventaire mensuel depuis 2012, ont incité beaucoup de Canadiens à vendre leurs résidences principales et à se relocaliser aux États-Unis, incluant la Floride.

Figure 8 : Valeur du dollar Canadien en US $, 2010-2016
 

Figure 8 : Valeur du dollar Canadien en US $, 2010-2016

Source : United States Internal Revenue Service

Figure 9 : Achats de biens immobiliers par des Canadiens en Floride, en milliards de US $

Figure 9 : Achats de biens immobiliers par des Canadiens en Floride, en milliards de US $

Source : National Realtors Association

Les termes “snowbird” ou “retraité migrateur” font référence aux retraités ou aux semi-retraités qui vivent loin de leurs résidences dans le nord du continent, pendant de longues périodes chaque hiver et qui représentent une grande part du marché immobilier de la Floride. L’Association canadienne des snowbirds estime à au moins 350 000 le nombre de Canadiens qui séjournent de trois à six mois en Floride chaque année, et à plus de 100 000, ceux qui y passent d’un à trois mois. Parmi ces résidents à temps partiel de la Floride, une grande majorité, probablement huit Canadiens sur dix, possède une propriété en Floride, et ces chiffres sont en hausse.

On observe un vieillissement de la population au Canada. Selon Statistique Canada, le nombre de Canadiens âgés de 65 à 74 ans devrait croître d’au moins 36 % entre 2016 et 2036 (TCAC de 1,6 %). Il y a aussi d’autres chiffres, anticipant une croissance de 47 % (TCAC de 1,9 %) au cours de la même période de temps. En conséquence, le nombre de «snowbirds » voyageant vers la Floride est censé augmenter régulièrement, surtout si le taux de change et le marché immobilier se maintiennent.

Les effets de la population grandissante de retraités migrateurs canadiens en Floride se reflètent dans le marché immobilier. Les retraités migrateurs sont majoritairement âgés de 60 ans et plus, reçoivent un salaire fixe et au moment de prendre une décision, se fient sur les taxes foncières, les frais de condominium, les dépenses de santé. Par conséquent, de plus en plus de Canadiens résidant en Floride, déménagent dans des communautés de retraités situées dans les secteurs les moins chers de l’État. Les acheteurs canadiens constituent les principaux acheteurs dans des zones comme Cape Coral-Fort Myers, Naples-Immokalee-Marco Island, et North Point-Sarasota-Bradenton, représentant de 42 % à 51 % de la population. En comparaison dans d’autres grands centres urbains comme Miami-Fort Lauderdale et Orlando-Kissimmee, les acheteurs canadiens ne représentent, respectivement, que 19 % et 12 %. Cela dit, la majorité des Canadiens continuent d’acheter des propriétés dans les régions de Miami-Fort Lauderdale-West Palm Beach, Cape Coral-Fort Myers et Tampa-St Petersburg.

Figure 10 : Achats de propriétés résidentielles par des Canadiens en Floride, par région, % de ventes immobilières résidentielles réalisées auprès d’acheteurs canadiens, 2017

Figure 10 : Achats de propriétés résidentielles par des Canadiens en Floride, par région, % de ventes immobilières résidentielles réalisées auprès d’acheteurs canadiens, 2017

Source : National Realtors Association

 

En l’absence de données sur la valeur totale du portefeuille immobilier des Canadiens, on estime celui-ci au moyen de la valeur médiane des propriétés achetées par les Canadiens depuis 2015, soit 213 967 dollars. Considérant que plus de 500 000 Canadiens possèdent des propriétés résidentielles en Floride, en couple pour la plupart, on peut déduire que la valeur totale des propriétés résidentielles des Canadiens en Floride, s’élève approximativement à 53 milliards de dollars.

Coup d’œil sur l’Association Canadienne des «Snowbirds »

L’Association canadienne des « snowbirds » (CSA) est une entité sans but lucratif dont la mission est de donner conseil aux Canadiens séjournant à l’étranger. Fondée en 1992, l’Association regroupe actuellement 110 000 membres et fait pression auprès des gouvernements américain et canadien pour assouplir la législation liée à la durée permise de séjour à l’étranger, les taxes foncières et les soins de santé. L’Association organise chaque année la Snowbird Extravaganza, une foire sur le mode de vie des retraités migrateurs à Lakeland. Cette foire attire entre 30 000 et 40 000 Canadiens retraités et fait la promotion d’entreprises locales répondant aux besoins de ce marché de niche.

Selon le directeur de recherche de l’Association, Evan Rachkovsky, le sujet le plus pressant actuellement pour les retraités migrateurs, reste le nombre de mois que le gouvernement américain permet aux Canadiens de rester aux États-Unis. L’Association, de plus en plus fortement, fait pression pour que les « snowbirds» puissent profiter des mêmes exemptions sur leurs propriétés que leurs homologues citoyens américains. A l’heure actuelle, la loi américaine permet seulement aux retraités de rester six mois dans le pays, au-delà de ce délai, ils encourent de fortes sanctions. Parmi les sanctions possibles, il y a la double imposition, que permettent les lois américaines et canadiennes. Un accord sur la double imposition existe grâce à la convention fiscale canado-américaine, mais elle demeure sous utilisée puisque les Canadiens doivent remplir deux déclarations de revenus au lieu d’une.

En juillet 2017, les Représentants des États-Unis, Elise Stefanik (New York) et Ted Deutch (Floride), ont introduit le projet de loi HR 3513 sur les visas des «snowbirds » qui étend le séjour légal des «snowbirds » canadiens à 240 jours maximum (huit mois), sur l’année, au lieu de six mois. Cela accorderait aux non-résidents fiscaux de rester légalement aux États-Unis pendant une période prolongée sans s’exposer à la peine de double imposition. Monsieur Rachkovsky de l’Association canadienne des « snowbirds », continue à travailler activement pour faire avancer le projet de loi.

Les réformes mises en œuvre par la Canadian Snowbird Visa Act définit comme «snowbird » admissible, tout citoyen canadien de 50 ans ou plus, qui possède ou loue des biens américains pendant son séjour aux États-Unis. L’extension du visa «snowbird » de six à huit mois se traduirait pour l’économie de la Floride par deux mois supplémentaires où les «snowbirds » contribueraient directement aux entreprises locales et aux taxes sur les ventes. De plus, l’extension du visa pourrait encourager les personnes en profitant, à acquérir une propriété aux États-Unis ou en Floride.

En utilisant la dépense moyenne de 1916 dollars durant leur séjour en Floride, en 2016 et en la rapportant à la durée moyenne de leur séjour, soit 21,5 jours, on peut estimer qu’en moyenne, les Canadiens dépensent 88 dollars par jour. Une extension du temps passé par les quelques 350 000 « snowbirds » à long terme, injecterait donc 1,9 milliard de dollars dans l’économie de la Floride.

 

Coup d’œil sur la contribution canadienne aux taxes immobilières

Les Canadiens représentent en moyenne 27 % de tous les acheteurs étrangers de biens immobiliers en Floride, soit huit points en plus par rapport à la moyenne nationale de 19,1 %. La Floride n’ayant aucun impôt étatique, comtés et municipalités tirent la majorité de leurs recettes publiques des impôts fonciers, ce qui signifie que les détenteurs de biens canadiens apportent une contribution significative à leurs recettes.

Puisque le nombre total de propriétés appartenant aux Canadiens en Floride, n’est pas suivi par un organisme d’État, fédéral ou canadien, nous pouvons reprendre notre estimation précédente pour calculer la contribution canadienne aux recettes foncières de l’État. Parmi les 67 comtés de Floride, 30 ont des taux d’imposition foncière supérieurs à 1 % de la valeur estimative de la propriété, les autres ayant un taux inférieur à 1 %. Pour l’ensemble de l’État, le taux moyen d’imposition sur la propriété est estimé entre 0,96 et 1 %. L’utilisation de l’estimation précédente, soit 53 milliards de dollars de propriétés foncières, donne comme moyenne à la contribution aux recettes foncières annuelles, un chiffre de 508 millions de dollars pour l’ensemble des comtés, villes et municipalités de Floride.

En 2017, les Canadiens ont acheté 7 milliards de dollars de propriétés en Floride. Avec un taux moyen de taxes foncières à 0,96 %, les nouveaux acheteurs ont contribué directement à hauteur de 67,2 millions de dollars aux recettes fiscales foncières des comtés et ce, pour l’année 2017 seulement.

Environ 50 % des nouvelles propriétés ont été acquises dans la zone des trois comtés de Miami, Fort Lauderdale, Palm Beach ou dans l’autre zone des trois comtés de Tampa, St Petersburg, Clearwater. Dans ces deux grandes agglomérations, 3,5 milliards de dollars de propriétés ont été achetées en 2017, ce qui représente une contribution annuelle estimée de 42 millions de dollars pour la zone des cinq comtés (Miami-Dade, Broward, Palm Beach, Hillsborough et Pinellas). En moyenne, cela représente une contribution annuelle des Canadiens de 1 % aux taxes de ces cinq comtés.

Table des matières

Les visiteurs

Les touristes canadiens représentent une partie importante de l’économie du tourisme international de la Floride. Grâce à une relative stabilité du dollar canadien et grâce à un taux de change très favorable entre 2011 et 2013, les «snowbirds» et les touristes canadiens ont continué à affluer vers la Floride, permettant de retrouver la fréquentation d’avant la crise de 2008-2009. Selon Visit Florida, en 2017, la Floride a reçu 3,5 millions de visiteurs canadiens, un chiffre ayant augmenté globalement de 1,7 % par an depuis 2010. Le nombre de visiteurs a culminé en 2013 à 4,1 millions, cela coïncidant avec la quasi parité (1,07) du dollar canadien avec le dollar américain. Selon Statistique Canada, en 2016, les Canadiens ont passé un total de 73,8 millions de nuitées dans l’État, soit une augmentation de 37 % depuis 2010. De même, le total des dépenses des Canadiens, en 2016, s’élevait à 6,5 milliards de dollars, soit une augmentation de 69 % depuis 2010.

Figure 11 : Visiteurs Canadiens en Floride, millions de visiteurs

Figure 11 : Visiteurs Canadiens en Floride, millions de visiteurs

Source : Visit Florida

Figure 12 : Dépenses des touristes Canadiens en Floride, US$ millionsNote de bas de page 8

Figure 12 : Dépenses des touristes Canadiens en Floride, US$ millions

Source : Statistique Canada

Tableau 11 : 5 Principaux marchés touristiques internationaux de Floride, 2017
PaysMillions de visiteurs
Canada3,5
Royaume-Unis1,4
Brésil1,0
Argentine0,6
Colombie0,5

Source : Visit Florida

Les Canadiens continuent de passer plus de temps en Floride que dans presque tous les autres États américains, grâce en grande partie aux retraités migrateurs canadiens. Les Canadiens sont restés en Floride en moyenne 21,5 jours par visite, cinq jours complets de plus qu’en Arizona (16,7 jours), une autre destination populaire pour les «snowbirds ». Cela se compare à une moyenne nationaleNote de bas de page 9 de 7,4 nuits par visite, 9,9 nuits en Californie et 3,5 nuits à New York.

Compte tenu de ces chiffres impressionnants, il n’est pas étonnant que les Canadiens soient le premier groupe touristique en Floride, avec 25 % de tous les visiteurs internationaux en Floride, malgré une baisse de 2,4 % en 2017.

De par leur proximité géographique, les visiteurs canadiens en Floride proviennent principalement des provinces de l’est du Canada. Les touristes de l’Ontario et du Québec ont représenté 83 % de tous les touristes canadiens en Floride en 2014 Note de bas de page 10. Il s’agit d’une tendance qui se maintient depuis 2009 et qui devrait se poursuivre.

Figure 13 : Visiteurs Canadiens en Floride par province d’origine, % de visiteurs, 2014

Figure 13 : Visiteurs Canadiens en Floride par province d’origine, % de visiteurs, 2014

Source : ITA, Office of Travel and Tourism Industries

Selon les données de Statistique Canada sur les passagers aériens entrant, Orlando est l’endroit le plus visité par les visiteurs canadiens. Les parcs d’attraction d’Orlando attirent les touristes pour de courts séjours, en particulier les familles avec enfants, mais aussi, Orlando est le principal aéroport du centre de la Floride pour de nombreuses communautés de retraités. Alors que Miami est la principale destination des touristes latino-américains et européens, les Canadiens visitent plus souvent les villes à forte concentration canadienne comme Fort Lauderdale, Tampa, Fort Myers et Sarasota. Cette tendance s’accentue, car en 2010, 20 % des touristes canadiens s’envolaient vers Miami, puis en 2016, ils n’étaient plus que 14 %. Un bon indicateur de la popularité des grandes régions métropolitaines pour touristes canadiens, serait le nombre de vols directs entre l’aéroport international de Fort Lauderdale (FLL) et les principales villes canadiennes. Les liaisons entre le Canada et FLL sont assurées par les compagnies aériennes canadiennes, Air Canada, Air Transat, Sunwing et WestJet. En périodes de pointe pour les touristes canadiens, il peut y avoir jusqu’à neuf vols directs quotidiens reliant Fort Lauderdale aux grandes villes comme Montréal, Toronto et Ottawa. De plus petites compagnies comme Sunwing desservent Fort Lauderdale, selon les saisons, avec quelques vols hebdomadaires reliant Halifax, Québec et Winnipeg directement au sud de la Floride. De plus petits acteurs régionaux opèrent grâce à des partenariats, comme Porter Air opérant avec JetBlue.

Figure 14 : Destinations aériennes finales, % de passagers canadiens à l’arrivée, 2016

Figure 14 : Destinations aériennes finales, % de passagers canadiens à l’arrivée, 2016

Source : Statistique Canada

Figure 15 : Buts du voyage, millier de visites/personne, 2014

Figure 15 : Buts du voyage, millier de visites/personne, 2014

Source : ITA Office of Travel and Tourism Industries

Les Canadiens voyagent surtout pour les vacances, une tendance qui est restée stable au cours des années. En 2014, 84 % des Canadiens en visite en Floride, étaient ici pour le plaisir, soit pour des vacances, soit pour visiter des amis ou des parents. Seulement 6 % des Canadiens sont venus pour des raisons commerciales. 10 % ont cité un autre motif, ce qui inclut les étudiants et les patients venant pour un traitement médical.

Les Canadiens en visite de loisir participent à un large éventail d’activités, la première étant le magasinage, suivie de près par les activités festives nocturnes. Même avec l’affaiblissement du dollar canadien, il est raisonnable de penser que les dépenses des visiteurs vont rester à leur niveau actuel. Le pourcentage de Canadiens dépensant chez les détaillants est stable, restant autour des 66 % au cours des dernières années. Les visites touristiques et les visites de parents ou amis, sont respectivement les deuxième et troisième activités les plus populaires. Quant aux activités de plein air, elles arrivent en cinquième position.

Figure 16 : Principales activités des touristes Canadiens, % de visiteurs, 2014

Figure 16 : Principales activités des touristes Canadiens, % de visiteurs, 2014

Source : ITA, Office of travel & Tourism Industries

Les Canadiens qui passent leurs vacances en Floride se divisent en deux catégories : 1) ceux qui y séjournent une semaine ou deux, la plupart du temps dans des hôtels, et 2) les retraités migrateurs qui passent une partie ou la totalité de l’hiver en Floride. Les retraités migrateurs dont le séjour est de courte durée louent une chambre d’hôtel ou un autre type de logement, mais la plupart d’entre eux sont propriétaires d’une maison ou d’un condo, ou voyagent en véhicule récréatif. En raison de l’importante population de retraités migrateurs, la propriété ou la location d’une résidence secondaire constitue la première catégorie de logement des visiteurs canadiens en Floride (représenté comme « autres solutions » en figure 17).

Figure 17 : Type d’hébergement par visiteur Canadien en Floride, milliers de visiteurs, 2014

 Figure 17 : Type d’hébergement par visiteur Canadien en Floride, milliers de visiteurs, 2014

Source : ITA, Office of travel & Tourism Industries

Les retraités migrateurs ou « snowbirds»

Figure 18 : Voyageurs Canadiens à l’étranger par âge, en milliers de voyageurs, 2011-2022

Figure 18 : Voyageurs Canadiens à l’étranger par âge, en milliers de voyageurs, 2011-2022

Source : Conference Board of Canada

Les retraités migrateurs privilégient la Floride comme destination de retraite depuis les années 70, époque où les prix des billets d’avion sont devenus abordables pour la classe moyenne. Au cours des années, cette tendance a augmenté, aidée par un climat agréable, un coût de la vie raisonnable, une similitude culturelle et linguistique. Ainsi actuellement, près de 500 000 retraités passent leur hiver en Floride. Cette tendance s’est intensifiée au cours des dernières années puisque la génération du baby-boom a atteint l’âge de la retraite. A l’heure actuelle, les plus âgés des Canadiens, voyagent en nombre record aux États-Unis. Le Conference Board du Canada prévoyait qu’en 2017, pour la première fois de l’histoire, les aînés auraient voyagé davantage à l’étranger que les enfantsFootnote 11. Selon les prévisions, dès 2017, le nombre d’aînés à l’étranger augmentera de 2 % par année, comparativement à 0,3 % chez les enfants.

Pour 74 % des voyageurs séniors canadiens (65 ans et plus), les États-Unis étaient leur principale destination en 2016. Étant donné que la Floride est une destination très prisée pour les retraités canadiens, et étant donné que la population canadienne vieillit, il y aura encore plus de « snowbirds » dans l’État. Les conséquences de cette tendance ont déjà commencé à se manifester par davantage d’achats de biens immobiliers dans la traditionnelle zone de retraite Naples, Fort Myers et Sarasota. Cela est moins visible à Miami et Fort Lauderdale qui attirent de plus jeunes visiteurs. Les dépenses de santé augmenteront avec l’âge des visiteurs, par contre, d’autres secteurs diminueront comme les parcs d’attraction, les hôtels et magasins de vente au détail.

Il n’y a aucune donnée précise sur les retombées économiques à long terme des «snowbirds » en Floride, mais leur impact sera considérable. Ils dépensent chez les commerçants locaux, les restaurants, les agences de voyage, les concessionnaires automobile, les agences de locations, les professionnels de la santé et chez les professionnels de l’immobilier, entre autres. Par conséquent, l’argent injecté par ceux-ci dans l’économie porte sur un plus large éventail que les dépenses des visiteurs de courte durée, qui concentrent leurs dépenses dans les hôtels, les restaurants, les centres commerciaux et les loisirs. Leur présence a également une incidence sur l’emploi dans la région, les milliards de dollars dépensés, revitalisent les entreprises locales et assurent une création d’emplois continue. Yves Beauchamp, ancien directeur du CanadaFest, un festival célébrant la culture francophone canadienne, à Hollywood, en Floride, a dit « sans les snowbirds, des centaines d’entreprises de la Floride pourraient faire faillite ».

Coup d’œil sur la contribution canadienne aux taxes de tourisme (686 millions de dollars)

Visit Florida pour 2016, estime les dépenses des ressortissants étrangers en vacances en Floride à 111,7 milliards de dollars américains. Visit Florida estime qu’en 2017, le nombre de visiteurs canadiens a augmenté de 4 % pour atteindre 3,5 millions. Donc on peut supposer que les dépenses des Canadiens seront proportionnelles au nombre de nouveaux visiteurs.

Selon les derniers chiffres officiels de Statistique Canada, en 2016, on estime que les voyageurs canadiens en Floride ont dépensé plus de 6,5 milliards de dollars américains. Cela représente environ 5,9 % de toutes les dépenses réalisées par des non-résidents, probablement une des plus grandes contributions faite par des visiteurs non-résidents (Visit Florida ne suit pas, et ne publie pas une ventilation détaillée des dépenses faites par les visiteurs non-résidents).

Parmi les 111,7 milliards de dollars dépensés par les visiteurs non-résidents en 2016, Visit Florida estime que 11,6 milliards de dollars de taxes ont été générées pour l’État ou pour le secteur local. En utilisant le pourcentage de 5,9 % de dépenses par les touristes canadiens, on peut calculer qu’en 2016, le tourisme canadien en Floride, a contribué pour 686 millions de dollars aux recettes fiscales locales ou d’État. Pour mettre ces chiffres en perspective, ces 686,5 millions de recettes fiscales apportées par le tourisme canadien est suffisant pour financer intégralement :

  • 1,7 x le système de transport du comté de Hillsborough
  • 4,8 x la sécurité publique de Miami-Dade (pompiers, police, ambulance)
  • 14,4 x les services culturels, les bibliothèques et loisirs du comté de Pinellas
  • Près de la moitié du système de transport de Miami-Dade
  • 18,1 x les services liés aux enfants, personnes âgées et aux sans-abris du comté de Hillsborough
  • 1,8 x les services du sheriff et de lutte contre l’incendie de Broward
  • 4 x le réseau des bibliothèques publiques du comté de Palm Beach
  • 5,9 x le réseau des bibliothèques publiques de Broward
  • 4,2 x le budget consacré au développement économique du comté de Pinellas.
 

Coup d’œil sur le Canadafest

Le CanadaFest est un événement annuel qui se déroule durant la dernière fin de semaine de janvier à Hollywood, en Floride. Cet événement s’adresse à la population de retraités migrateurs du comté de Broward et célèbre la culture franco-canadienne avec des prestations musicales, des numéros d’artistes, de la nourriture, des boissons et des kiosques.

À l’origine, le festival a été fondé par le journal francophone Le Soleil de la Floride, dans les années 1980, dans le but de remercier les Franco-Canadiens en Floride pour leur soutien financier année après année. Le festival fut en danger de dissolution dans les années 1990, lorsque le journal a changé de propriétaire. Mais grâce aux efforts d’un Franco-Canadien résidant en Floride, qui a mis en avant l’impact économique du festival, ce dernier est encore fort aujourd’hui. Le CanadaFest attire actuellement, plus de 35 000 participants chaque année.

L’actuelle directrice du CanadaFest, Denise Dumont, estime que parmi les participants canadiens, 90 % sont des Franco-Canadiens, les autres étant des Anglo-Canadiens. Ce sont soit des Canadiens qui sont présents six mois dans l’année, soit des Canadiens de passage durant cette période. Le festival continue d’offrir l’entrée gratuite.

Bien que l’impact économique du festival n’ait jamais été étudié, sa directrice insiste sur ses effets larges et durables. Au cours des deux journées du festival, les parcs de stationnement, les restaurants du quartier, les bars, les boutiques et les hôtels bénéficient directement de la présence de plus de 35 000 personnes qui affluent à Hollywood pour assister à l’événement. De plus, le festival est l’occasion pour ses nombreux commanditaires de faire la promotion de leurs services et de recruter de nouveaux clients.

Le CanadaFest fournit des kiosques à plus de 80 exposants, qui déboursent entre 480 et 5 000 dollars pour y présenter leurs services. Ces commanditaires sont des fournisseurs de services axés sur la population franco-canadienne en Floride, laquelle est unique parce qu’elle est constituée de 1) retraités migrateurs qui ont besoin de conseils en matière de finances, de voyage, d’hébergement et de transport durant leur séjour aux États-Unis et de 2) retraités nécessitant des soins de santé spécifiques et appréciant des prestations personnalisées. Par conséquent, les commanditaires sont habituellement des banques, des agents immobiliers, des agences de location de voitures, des fournisseurs d’articles sportifs, des entreprises de rénovation et des courtiers d’assurances de voyage. En Floride, le CanadaFest est l’un des plus grands événements qui réunit une foule de Canadiens en un même lieu, ce qui donne aux marchands locaux, l’occasion de percer dans cette niche de marché. En 2017, quelques-uns des commanditaires étaient la Banque Desjardins, Air Canada et Croix Bleue Medavie.

Madame Dumont affirme que le CanadaFest a presque doublé son nombre de fournisseurs (commanditaires) en 2017. En tant qu’organisation à but non lucratif, le festival a besoin de participants pour soutenir sa croissance. Madame Dumont a déclaré qu’il est prévu de ramener le festival en février comme à l’origine et de l’étendre à trois jours. Selon Madame Dumont, cela éviterait la météo défavorable de janvier mais aussi cela attirerait les jeunes vacanciers « spring breakers » canadiens. Il faut aussi reconsidérer la localisation du festival puisque le stationnement et la distance à parcourir sont des inconvénients pour les participants.

Table des matières

Autres domaines de collaboration

Partenariats public-privé

Plusieurs partenariats public-privé ont été développés entre des entités canadiennes et floridiennes afin de créer davantage de synergies commerciales et d’investissements. Dans le passé, un tel partenariat a été la collaboration de six ans, entre Applied Research Associates, basé dans la ville floridienne de Panama, et le canadien Agrisoma Biosciences et le Conseil national de recherches Canada. Après plusieurs années de collaboration ensemble, en 2012, ils ont réussi à faire voler le premier avion avec uniquement des biocarburants issus de la graine de moutarde. Cela marque une étape importante pour les énergies renouvelables dans le domaine de l’aviation.

Grâce à leurs recherches communes sur les biocarburants, les deux partenaires, ont depuis développé des applications distinctes mais couronnées de succès, avec plusieurs organismes publics et privés. Applied Research Associates a continué à développer une technologie sur les biocarburants avec la Marine Américaine en 2016 puis avec Lufthansa Airlines en 2017. La Marine Américaine effectue actuellement des essais sur les biocarburants pour éventuellement modifier sa consommation énergétique. En janvier 2018, Agrisoma et Honeywell ont réussi un vol transcontinental de 13 000 km jusqu’à Melbourne en Australie, en utilisant les biocarburants mis au point par Agrisoma.

Rokk3r Labs est un autre exemple de partenariat public-privé réussi entres des entités canadienne et floridienne. La société canado-colombienne, ayant pour origine Miami, est un incubateur de startups, utilisant le capital-risque et le partenariat public-privé (PPP) pour se développer. En mars 2017, la société a investi 150 millions de dollars dans Rokk3r Fuel, pour aider à trouver de nouvelles startups basées à Miami et jouer son rôle d’incubateur. En janvier 2018, Rokk3r Labs, en collaboration avec Citi.moov, ont été sélectionnés par l’institut Fastrack pour construire et développer une solution technologique afin d’inciter les résidents de Miami à partager des trajets au lieu d’utiliser seul une voiture, le but étant de décongestionner le trafic routier. Le projet est financé par la Fondation Knight, Codina Partners et par Miami-Dade Expressway Authority. Bien que Rokk3r soit encore petite, elle a un impact significatif sur place de par ses diverses initiatives et a un potentiel de croissance.

Partenariats en éducation et en recherche universitaire

Le Canada s’est engagé à participer à des partenariats dans les domaines des études et de la recherche afin de favoriser la compréhension entre les peuples, développer des relations entre citoyens et dirigeants du monde, et pour contribuer au développement des nations. Il y a plusieurs programmes entre le Canada et les États-Unis pour favoriser les liens entre les élèves de lycées et d’universités. En Floride, il existe deux exemples de lien Floride-Canada grâce au Programme d’exemption des frais de scolarité pour les étudiants étrangers et grâce à la Fondation Fulbright Canada.

Le Programme d’exemption des frais de scolarité pour les étudiants étrangers

Le règlement floridien 288.8175 permet au Florida-Canada Linkage Institute (FCLI) d’accorder des bourses d’études aux étudiants canadiens. Cette exemption de frais de scolarité pour les étudiants étrangers assistant à des cours dans les universités publiques de Floride (http://www.flbog.edu/forstudents/ati/international.php) ou dans des lycées publics (http://www.fldoe.org/fcs/colleges.asp), permet de payer les mêmes frais de scolarité que les résidents de l’État. Pour être admissible, l’étudiant doit être citoyen canadien. Le processus de sélection est très compétitif et le nombre de bourses limité. Les candidats sont évalués par leur dossier scolaire, par leur domaine de spécialisation et par leurs objectifs. La bourse d’étude couvre les frais hors Canada, les étudiants étant responsables de l’autre partie des frais. Pour tous les détails d’admissibilité et de dates, veuillez visiter : https://fcli.intl.ucf.edu/pages/about.

Le FCLI est géré par l’université centrale de Floride, au centre Barbara Ying, téléphone: +1-407-823-3647, Email : fcli@ucf.edu.

Fulbright Canada

Le programme américano-canadien Fulbright fonctionne sur le principe de l’échange réciproque et offre l’opportunité exceptionnelle à des étudiants ou chercheurs américains et canadiens d’étudier, de donner des conférences et/ou d’effectuer des recherches dans un autre pays. Ce programme d’échange soutient les étudiants, les professeurs et les chercheurs indépendants à travers une variété de programmes ouverts aux particuliers dans tous les domaines universitaires, à l’exception de la formation médicale. Fulbright Canada vise à développer les capacités intellectuelles, à augmenter la productivité et à aider à la formation des futurs dirigeants.

Tous les détails pour l’ensemble de ces programmes peuvent être consultés ici : http://www.fulbright.ca/programs/apply-now.html

Pour en savoir plus sur les opportunités de bourses pour les étudiants et les chercheurs au Canada et à l’étranger, veuillez consulter : http://educanada.ca/scholarships-bourses/index.aspx?lang=eng

Table des matières

Conclusion

La version 2014 de cette étude montrait la relation entre le Canada et la Floride dans un contexte de crise internationale et comment se maintenait la stabilité et la prospérité. Malgré le déclin commercial et la baisse des investissements au cours de la crise, la relation a repris son cours normal et est durablement sur le chemin de la croissance. Les échanges commerciaux entre la Floride et le Canada ont augmenté de 3,6 % depuis 2009. Le nombre de touristes canadiens et les ventes immobilières ne cessent de croître, et de loin, le Canada demeure le plus important partenaire économique de la Floride.

Les échanges commerciaux Canada-Floride restent diversifiés, avec en tête, les secteurs des matières premières et des produits à forte valeur ajoutée. Les échanges ont permis et favorisé un puissant commerce intégré qui profite à tous les secteurs économiques des deux côtés de la frontière. Le commerce et les investisseurs canadiens ont permis la création de plus de 620 000 emplois et apportent des milliards d’investissements dans l’État chaque année. Les institutions financières, entreprises, fournisseurs d’énergie, les firmes d’ingénierie sont attirés par le dynamisme de la Floride, dans les secteurs financiers, de haute-technologie, énergétique et d’aérospatiale. De plus, la Floride est une passerelle vers l’Amérique latine. Les similitudes culturelles et linguistiques avec le Canada sont aussi des facteurs attractifs. Enfin, les faibles coûts et le peu d’obstacle facilitent les initiatives commerciales.

Étant donné les rudes hivers dans les provinces de l’est du Canada, il n’est pas surprenant que les habitants de l’Ontario et du Québec viennent en Floride durant l’hiver. Les touristes canadiens injectent environ 6,5 milliards de dollars dans l’économie de l’État par le biais de diverses activités touristiques et génèrent plus 500 millions de dollars de recettes fiscales pour l’État, les comtés et les municipalités. De nombreux Canadiens deviennent aussi propriétaires de biens. En 2017, il y a eu pour plus de 7 milliards de dollars de transactions immobilières. Ce sont soit des résidences secondaires, soit des résidences principales. Cette tendance va s’accentuer avec le vieillissement de la population. Ainsi le nombre croissant de touristes canadiens, «snowbirds » et propriétaires fonciers va continuer à profiter à l’économie de la Floride.

Compte tenu de ces évolutions et des excellents chiffres dans le commerce, l’investissement, l’immobilier et le tourisme, le Canada dépasse tous les autres partenaires économiques étrangers en termes d’impact et d’engagement. Le Canada est de loin, le principal partenaire économique de la Floride, il est aussi le plus régulier, même en comparant avec des pays bien classés comme le Brésil ou le Royaume-Uni. Bien que le taux de change du dollar canadien soit devenu défavorable, la Floride reste un endroit attrayant pour les retraités, les investisseurs, les vacanciers, et les entrepreneurs canadiens. Selon le vice-président principal du Commerce et des Affaires internationales d’Enterprise Florida « le Canada est de loin le partenaire économique numéro 1 de la Floride. Il est le principal et le plus important pour l’État à tous les niveaux d’engagement économique ».

Table des matières

Annexes

Table 12: Select Canadian Companies with Presence in Florida
Company NameSector
DCM AeronautiqueAéronautique (composants)
CAEAéronautique (simulation de vols)
Air CanadaCompagnie aérienne
Ritchie Bros. Auctioneers Inc.Automobile (vente)
The Boyd Group, Inc.Automobile (réparation automobile et maintenance)
TCG International Inc.Automobile (vente en gros)
Uni-SelectAutomobile (vente en gros)
Stantec Inc.Services aux entreprises (conseil en architecture)
The Jim Pattison GroupServices aux entreprises (automobile, média, emballage)
BFI Canada LtdServices aux entreprises (conseil en environnement)
Golder Associates Ltd.Services aux entreprises (conseil en environnement)
Marketwire Canada LimitedServices aux entreprises (services d’information)
CSI Consulting Inc.Services aux entreprises (conseil juridique)
Leger MarketingServices aux entreprises (conseil en gestion)
Livingston International Inc.Services aux entreprises (conseil en gestion)
Priority Management Systems Inc.Services aux entreprises (conseil en gestion)
MPIQCServices aux entreprises (conception de produit et construction de solution électronique)
Sonitec-Vortisand Inc.Business Support Services (traitement des eaux)
Agrium Inc.Produits chimiques (engrais)
Potash Corporation Of Saskatchewan Inc.Produits chimiques (engrais)
Chemtrade Logistics Inc.Produits chimiques (fabrication
Mitel Networks CorporationFabrication de matériel de communication
Redline CommunicationsFabrication de matériel de communication
Softchoice CorporationOrdinateur, matériel de bureau et logiciel pour grossistes
PCL Constructors Inc.Construction (bâtiment, civil)
Acuren Group Inc.Construction (inspection)
Coreslab Structures, Inc.Construction et vente en gros de matériel
Interfast Inc.Construction et vente en gros de matériel
Olympia Tile InternationalConstruction et vente en gros de matériel
JEFOÉlevage et produits animaux
Village Farms InternationalÉlevage et produits animaux
Shred-It International Inc.Services d’archivage et destruction de documents
Future ÉlectroniqueVente en gros d’électronique
Bombardier Inc.Services d’ingénierie (aéronautique)
Norr LimitedServices d’ingénierie (construction)
Delcan CorporationServices d’ingénierie (bâtiment, environnement)
IBI GroupServices d’ingénierie (bâtiment, environnement)
S.M. International (Le Groupe)Services d’ingénierie (conseil)
ADF Group Inc.Services d’ingénierie (infrastructure)
Group SNC-LavalinServices d’ingénierie (infrastructure)
Cirque du SoleilServices de divertissement
Versent CorporationServices de divertissement
Banque de MontréalServices financiers (banque)
Groupe Financière Banque Nationale (Banque Nationale du Canada)Services financiers (banque)
Groupe Financier Banque TD (TDBFG)Services financiers (banque)
Banque ScotiaServices financiers (banque)
Cambridge Mercantile GroupeServices financiers (solutions de paiement)
Fairfax Financial Holdings LimitedServices financiers (Assurances)
Great-West Life & AnnuityServices financiers (Assurances)
Ian Martin LimitedServices financiers (Assurances)
Independent Order ForestersServices financiers (Assurances)
Kingsway Financial Services Inc.Services financiers (Assurances)
Manulife Financial CorporationServices financiers (Assurances)
Sun Life (Financière)Services financiers (Assurances)
Onex CorporationServices financiers (services d’investissement)
RBC Financial GroupServices financiers (services d’investissement)
Ice River Springs Water Co., Inc.Fabrication alimentaire
Alta Genetics Inc.Agroalimentaire (viande)
The Oppenheimer GroupAgroalimentaire (fruits et légumes)
Teknion CorporationFabrication de mobilier
Alimentation Couche-Tard Inc.Magasin d’alimentation
Global Upholstery Co. Inc.Vente en gros d’accessoires pour la maison
Northcore Technologies Inc.TIC (programmation informatique)
Group Descartes Systems Inc.TIC (programmation informatique)
CGI Group Inc.TIC (conception de système informatique)
Vortex SolutionsTIC (conception de système informatique)
Presagis Inc.TIC (logiciel)
Constellation Software Inc. (CSI)TIC (logiciel)
Garda World Security CorporationServices d’enquêtes et de sécurité
Forensic TechnologySciences de la vie (dispositif médicaux)
Novadaq Technologies Inc.Sciences de la vie (dispositif médicaux)
Atrium Innovations Inc.Sciences de la vie (pharmacie)
Cangene CorporationSciences de la vie (pharmacie)
H2O InnovationFabrication de machines et de matériels
Canam Group Inc.Fabrication de produits métalliques
Urecon Ltd.Fabrication de produits métalliques
Samuel, Son & Co. Limited (SSCL)Vente de métaux et minerais en gros
Measurements International Ltd.Fabrication de produits non métalliques
Opta Minerals Inc.Fabrication de produits non métalliques
Domtar Corp.Fabrication de produits en papier
Impark (Imperial Parking Corporation)Services de stationnement
MontelVente en gros de matériel professionnel et commercial
Avison Young Inc.Immobilier
Firstservice CorporationImmobilier
Cimco Refrigeration LimitedSystèmes de réfrigération
Algoma Central CorporationTransport maritime (transport d’eau)
Versacold Logistics Services LimitedStockage et entreposage
World Point Terminals, Inc.Service de stockage
Circa EnterpriseTélécommunications
Convergia Networks IncorporatedTélécommunications
Prevost Car Inc.Services de transport (transport en commun et transport terrestre de voyageur)
Traffic Tech Inc.Transport (transport routier)

 

Sélection de fournisseurs de services présents en Floride

  • Accel Networks
  • Air Canada
  • Alumi-Guard
  • Arbor E&T
  • Bausch & Lomb
  • Bio-Lab
  • Bombardier
  • CAE Usa
  • Calpac
  • Car Wash Partners
  • Cardel Homes
  • CCX Holdings
  • CGI Technologies and Solutions
  • Coreslab Structures
  • Cott Beverages
  • Crop Production Services
  • David Oppenheimer & Company
  • DS Services Of America
  • Federal Marine Terminals
  • Finishmaster
  • First Investors Corporation
  • First Service Residential Florida
  • Future Electronics
  • Gardner Capital Holdings
  • Golder Associates
  • Harris BMO Bank National Association
  • IBI Group
  • Innquest Corporation
  • Integrated Dealer Systems
  • Intertape Polymer
  • IPG
  • Jeld-Wen
  • Kaycan
  • Manatron
  • Manulife Financial
  • Master Collision Repair
  • Mendota Insurance Company
  • Mitel Technologies
  • MSS Distribution
  • MWH Constructors
  • Newterra
  • Olympia Tile
  • Open Text
  • Parsons Brinckerhoff
  • PCL Construction
  • Peoples Gas
  • Pods Enterprises
  • Progressive Waste Solutions
  • RBC Capital Markets
  • Res-Care
  • Service Experts
  • Southern Home Care Services
  • Stantec
  • Superior Plus Construction
  • Tampa Electric Company
  • TD Bank, N.A.
  • Teco Energy
  • The Gerber Group
  • TLC Vision Centers
  • Tomasino & Associates
  • Xcira
  • Zenith Insurance Company

 

Tableau 14 : Sélection d’entreprises Canadiennes avec sièges latino-americains dans le sud de la Floride
EntrepriseSiège social en Amérique latine
ADF InternationalMiami Gardens
Air Canada CargoMiami
Air Transat Holidays USADania Beach
ApotexWeston
Apple ExpressDoral
Avison YoungCoral Gables
Blue Streak AmericaBoca Raton
Bombardier AérospatialeFt. Lauderdale
CAEMiami Springs
CP Les Huiles VégétalesFt. Lauderdale
Chemo InternationalMiami
Doyton Bakery EquipmentWeston
Gildan Active WearMiami
PBB Local LogisticsDoral
Québec InternationalNorth Miami
Stratos Global CorpPlantation
TeknionCoral Gables
TVR Communications LLCFt. Lauderdale
WastecoMiami

Figure 19 : Échanges commerciaux Floride-Canada, février 2018 (Anglais seulement)

Figure 19 : Échanges commerciaux Floride-Canada, février 2018 (Anglais seulement)

Figure 20 : Agriculture intÉgrée entre les États-Unis et le Canada (Anglais seulement)

Figure 20 : Agriculture intÉgrée entre les États-Unis et le Canada (anglais seulement)

Figure 21 : Investissements directs en Floride par le Canada (Anglais seulement)

  • Le Canada est le deuxième plus important investisseur en Floride
  • Plus de 400 entreprises canadiennes sont implantées en Floride
  • Les entreprises canadiennes génèrent plus de 1,7 milliards de dollars en salaires
Figure 21 : Investissements directs en Floride par le Canada (anglais seulement)

Figure 22 : Investissements directs au Canada par la Floride (Anglais seulement)

  • La forte économie et la main d’œuvre qualifiée du Canada attirent les entreprises floridiennes, notamment dans les secteurs de la haute-technologie.
  • Par exemple : NextEra, Web.com, Harris, Jabil.
     
     
 Figure 22 : Investissements directs au Canada par la Floride (anglais seulement)

Figure 23 : Principaux partenaires étrangers de la Floride, le Canada parmi les 5 premiers, Chambre de Commerce de Floride 2017 (Anglais seulement)

  • Importations, exportations, visiteurs, investissements
  • Janvier 2017 – Novembre 2017
Figure 24 : Principaux partenaires étrangers de la Floride, le Canada parmi les 5 premiers, Chambre de Commerce de Floride 2017 (Anglais seulement)

Note de bas de pages

Note de bas de page 1

95% des exportations floridiennes vers la Suisse en 2011 étaient des débris de métaux précieux.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

« Le Canada et les États-Unis – Floride. » Novembre 2013. Le Gouvernement du Canada. http://international.gc.ca/world-monde/united_states-etats_unis/business_fact_sheets-fiches_documentaires_affaires.aspx?lang=fra.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Le Bureau américain sur les statistiques de transport ne rapporte plus les transports de biens entre la Floride et les pays autres que l’Amérique du Nord, qui ont transité par le Canada avant d’atteindre leur destination finale. L’information la plus récente date de 2012.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

« Le Canada et les États-Unis – Floride. » Janvier 2018. Le Gouvernement du Canada. http://international.gc.ca/world-monde/united_states-etats_unis/business_fact_sheets-fiches_documentaires_affaires.aspx?lang=fra

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Enterprise Florida, Janvier 2018, “2016 Florida International Business Highlights.”
http://www.enterpriseflorida.com/wp-content/uploads/report-florida-international-business-highlights.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Comtés de Citrus, Hernando, Hillsborough, Manatee, Pasco, Pinellas, Polk et Sarasota.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Le district transfrontalier de Miami comprend le port de Miami, le port Everglades, l’aéroport international de Miami et plusieurs autres ports régionaux de plus petite échelle.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Au moment de la publication, les données de Statistique Canada dataient de 2016.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Moyenne calculée à partir de données de Statistique Canada sur les 15 États en tête de liste des États américains visités par les Canadiens .

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Au moment de la recherche, le Bureau des industries de voyage et de tourisme de la ITA publiait en 2016 des statistiques en matière de tendances de tourisme datant de 2014.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Redekop, David. 2013. « Outlook for Leisure Travel. » Association pour la recherche en tourisme du Conference Board du Canada https://travel.trade.gov/outreachpages/download_data_table/Outlook_for_Canada_Outbound_Leisure_Travel_October2013.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Date de modification: