Recherche

Une entreprise de technologies propres jette les bases pour briller en Inde

Une jeune entreprise canadienne à la recherche d’un marché international pour développer sa technologie pourrait avoir tendance à rester au niveau local, compte tenu de la distance, du coût et de l’inconnu liés à l’expansion des activités dans un pays lointain.

Mais le marché indien convient parfaitement à BluWave‑ai.

Cyclo-pousse à pied dans un parc en Inde

L’entreprise de technologies propres d’Ottawa en démarrage, produit un logiciel d’intelligence artificielle qui permet aux entreprises d’électricité de gérer et d’utiliser de façon optimale les niveaux d’énergie fluctuants provenant de sources renouvelables comme l’énergie solaire et éolienne dans leurs réseaux énergétiques. En raison de la croissance de l’inde, qui alimente son recours à l’énergie propre, et du soutien fourni par le service des délégués commerciaux du Canada, BluWave‑ai a conclu une entente majeure avec l’un des plus importants services publics de ce pays.

« Nous plantons les graines maintenant, pour récolter le résultat d’être chef de file au moment où les choses décollent vraiment », dit Devashish Paul, président‑directeur général (PDG) et fondateur de BluWave‑ai. L’entreprise de technologies propres, qui a débuté en 2017, compte actuellement 15 employés, et poursuit ses efforts de recherche et de développement au Canada, avec des projets en cours dans plusieurs régions du pays. Parallèlement, elle se tourne vers les marchés émergents d’Asie et d’Afrique qui adoptent rapidement les énergies renouvelables, où BluWave‑ai peut trouver des clients potentiels et développer davantage ses technologies.

Devashish Paul
Devashish Paul, PDG et fondateur de BluWave‑ai

« Ces pays peuvent directement opter pour des solutions plus rentables que les combustibles fossiles, mais ils doivent être en mesure de gérer leurs sources d’énergie renouvelable à l’aide de technologies comme la nôtre », explique M. Paul. BluWave‑ai concentre surtout ses efforts sur l’Inde, qui a ajouté plus de sources d’énergie renouvelable l’an dernier que toutes les sources d’énergie conventionnelles combinées, dit‑il. « C’est l’un des rares pays à suivre cette voie. »

BluWave‑ai a participé à des missions de technologies propres en Inde dans le cadre du Programme canadien de l’innovation à l’internationale (PCII), une initiative du SDC qui appuie des projets collaboratifs de R‑D industrielle ayant un fort potentiel de commercialisation entre le Canada et des pays partenaires. L’entreprise a également été en contact étroit avec Yasmine Dubash, déléguée commerciale qui couvre le secteur des technologies propres à Mumbai, pour y trouver des entreprises partenaires.

En effet, plutôt que de trouver un organisme local de services publics de petite taille avec lequel travailler, l’équipe du SDC a jusqu’à présent aidé BluWave‑ai à tisser des liens avec Tata Power, qui est « une marque mondiale », souligne M. Paul. « Nous avons été surpris et heureux, et c’est tout à leur honneur. C’est une entité beaucoup plus grande que ce à quoi une entreprise de notre taille pourrait aspirer normalement. » Le PDG indique que la signature d’un protocole d’entente de trois ans avec Tata Power a permis à son entreprise d’attirer d’autres investissements, étant donné la crédibilité de travailler avec un service public aussi important et établi.

Le PDG explique que dans les premiers stades de la collaboration, Tata Power est en train d’aider BluWave‑ai à apporter des modifications et des améliorations à sa technologie d’intelligence artificielle afin de gérer les composants renouvelables de son réseau et de moderniser son déploiement énergétique. Avec un partenaire aussi important que Tata, « nous devons nous adapter, car les grandes entreprises consomment beaucoup de vos ressources », indique M. Paul, qui s’attend à ce que le contrat se transforme en ventes réelles au cours des prochaines années.

L’un des points positifs du travail en Inde, c’est que le pays utilise le système juridique britannique, avec des activités commerciales, des contrats et d’autres processus administratifs assez simples, observe M. Paul. « Cependant, vous ajoutez cela à un environnement culturel distinct et à des façons très différentes de prendre des décisions au sein des entreprises », ce qui rend les conseils du SDC inestimables.

BluWave‑ai a constaté qu’il est important d’être présent en Inde « et d’établir des contacts avec les gens sur place », dit M. Paul. « Il faut être présent sur le terrain. »

Craig Downing, directeur de la gestion des produits chez BluWave‑ai, affirme que le SDC « fait un excellent travail en organisant divers événements et réunions d’affaires » avec des clients potentiels sur place, tout en fournissant des renseignements commerciaux sur le marché et en effectuant du travail de fond sur des partenaires potentiels.

« Il nous serait très difficile de faire ces démarches sans avoir d’agent ou de représentant en Inde », indique M. Downing. « En tant que petite entreprise, nous n’en sommes pas encore là. »

Dans le futur, l’entreprise prévoit d’étendre davantage son marché mondial en tirant parti de CanExport, un programme pilote du SDC qui encourage les entreprises à développer et à diversifier leurs ventes à l’étranger.

« Chaque dollar peut aider énormément », fait remarquer M. Paul, qui estime que l’entreprise est entre-temps « indéniablement engagée » en Inde. « Nous devons être présents et avoir notre empreinte sur le marché avant que les gros joueurs ne puissent en profiter », dit‑il. « Pour une entreprise en démarrage, ça fait simplement partie du travail. »

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport

Date de modification: