Sélection de la langue

Recherche

Service des délégués commerciaux > Informations sur les pays et les secteurs > Chine > Portail des PME > Contrôle des changes en Chine

Contrôle des changes en Chine

En Chine, les sociétés, les institutions bancaires ainsi que les particuliers sont assujettis à une politique de changes dite « fermée », ce qui fait en sorte que les entrées et sorties de capitaux étrangers ne sont envisageables que si les règles strictes en matière de change sont appliquées.

Lors de son adhésion à l'organisation mondiale du commerce (OMC), la Chine s’est engagée à déréglementer sa politique de libéralisation quant à son marché des changes, mais les modifications sont mises en place de façon progressive. À l’heure actuelle, le gouvernement a recours à la zone pilote de libre-échange de Shanghai afin de mettre à l'essai une convertibilité intégrale des devises et pour améliorer davantage la libéralisation pour les investisseurs étrangers. En présence de résultats concluants, il est probable que les régulateurs puissent étendre ces libéralisations à l’échelle nationale

Système de change des devises étrangères en Chine

Les principales instances ayant pour mandat de superviser les mouvements de capitaux sont l’administration générale du contrôle des changes (SAFE) et la banque populaire de Chine (BPC), qui est la banque centrale. SAFE est l’organisme administratif ayant pour mission de gérer les opérations de change et d’administrer les réserves de devises monétaires en Chine, ainsi que d’édicter les dispositions législatives applicables. L’autorisation de la SAFE ou le dépôt des archives sont exigés pour effectuer un large éventail de transactions qui impliquent des opérations de conversion ou des paiements entrants et sortants en devises étrangères.

Dans le système de change chinois, on retrouve deux comptes : le compte de transactions courantes et le compte de capital. Le compte courant inclut, entre autres, les transactions qualifiées d’ordinaires et récurrentes dans le cours des affaires d’une entreprise, notamment les encaissements et les paiements, le paiement des intérêts sur les dettes extérieures, de même que le rapatriement des bénéfices et dividendes nets.

Le compte de capital, quant à lui, comprend les importations et les exportations de capitaux, les investissements directs, les prêts et titres, incluant le remboursement de capital sur des dettes extérieures, les investissements directs étranger (IDE), les investissements dans des EICE, et plus encore.

Fig. 1 : Système de change des devises étrangères en Chine

Version texte

Système de change chinois

    Compte courant
    • Commerce de biens
    • Services
    • Revenus
    • Transferts de fonds
  • Compte de capital
    • Investissement direct étranger (IDE)
    • Prêts
    • Investissements à l'étranger

Exigences en matière de conformité

En vertu des règles édictées par la SAFE, les entreprises à investissement commercial étranger (EICE) qui sont constituées en sociétés sont soumises aux exigences générales du ratio emprunts/fonds propres. Cela signifie qu’un certain pourcentage du montant total investi dans le capital social d’une EICE doit être composé du capital injecté par les investisseurs.

Auparavant, la SAFE exigeait que toutes les EICE fournissent un état des capitaux propres détenus par des investisseurs étrangers afin de spécifier et de déterminer les entrées et les sorties de fonds anticipés quant aux devises étrangères. De plus, une firme nationale d’expert-comptable agréé CPA (certified public accountant) devait produire un rapport d’inspection annuel à la SAFE. Cependant, suite à l’émission de l'Avis pour la « simplification et l’amélioration des politiques de contrôle des changes pour les investissements directs » le 1er juin 2015, l'inspection annuelle des opérations de change pour les investisseurs étrangers a été abrogée. Dorénavant, les investisseurs doivent plutôt soumettre tous les ans un « enregistrement à titre de détenteur de droits actuels » avant le 30 septembre.

Si une EICE n’observe pas les règles prescrites par la SAFE, les bureaux de change peuvent avoir accès aux renseignements relatifs au compte de capital de la société et les institutions bancaires refuseront d’effectuer toute opération de change liées aux transactions inscrites au compte de capital de la EICE. De plus, si une EICE ne se conforme pas aux exigences de la SAFE, les institutions bancaires l’empêcheront de distribuer les bénéfices auprès des actionnaires étrangers.

Fig. 2 : Traitement des opérations de change après l’octroi de la licence auprès de la SAFE et délais estimés (2 à 3 mois)

Version texte
  1. Gravure des « chop » d'entreprise, « chop » de finance, « chop » de facture (fapiao) et « chop » du représentant légal (1 à 2 jours ouvrables)
  2. Certificat d'enregistrement auprès de la SAFE (5 à 10 jours ouvrables)
  3. Compte de capital en devises étrangères (5 à 7 jours ouvrables)
  4. Apport de capital (en concordance avec les statuts constitutifs de la société)
  5. Enregistrement du capital en devises étrangères (5 à 7 jours ouvrables)
  6. Ouverture du compte de base en RMB (2 semaines)
  7. Inscription auprès du MOFCOM (ministère du commerce) à titre de courtier de commerce extérieur (5 à 8 jours ouvrables)
  8. Certificat d'enregistrement douanier (5 à 8 jours ouvrables)
  9. Licence d’inspection et quarantaine de l’AQSIQ (5 à 8 jours ouvrables)
  10. Demande de la carte IC des douanes (21 à 28 jours ouvrables)
  11. Dépôt préliminaire à la SAFE pour le commerce extérieur (2 à 3 jours ouvrables)
  12. Dépôt de la demande pour l’obtention du statut de contribuable général à la TVA (1 à 2 jours ouvrables)
  13. Établissement des quotas de factures liés au statut de contribuable général à la TVA (30 à 60 jours ouvrables)

Défis communs pour les entreprises étrangères

En raison des limitations de la Chine en ce qui concerne les opérations de change, les entreprises doivent être stratégiques quant à l’élaboration de leurs plans de financement et ce, dès l’amorcement de la phase du préinvestissement.

Un piège fréquent pour les entreprises étrangères est de minimiser les coûts envisagés et de surévaluer les bénéfices prévus, ce qui suscite un déficit en capital.

Prenons le cas d’une société A qui s’est établie de façon optimiste en Chine avec un capital social insuffisant et qui suppose qu’elle générera des revenus rapidement. La présomption de ce succès se reposait sur une entente avec un client important qui se serait engagé à passer une grosse commande et à régler le paiement dans un délai de 90 jours. Or, le paiement a été différé et la société n’a pas pu répondre à ses besoins en flux de trésorerie. La société A a encouru des coûts de démarrage considérables, incluant des frais d’entreposage, des dépenses en matières premières et des engagements salariaux.

Pour faire face à ces dépenses, la société mère à l'étranger a entrepris des démarches pour injecter davantage de capital social, mais l’intégralité du processus ne peut être finalisé qu’après plusieurs semaines. En attendant, la société A était incapable de payer ses employés et a dû omettre des cotisations sociales mandatées. De ce fait, outre le paiement des frais initiaux, la société a dû faire face à des sanctions supplémentaires incluant des amendes et des conflits de travail potentiels.

Les EICE constateront peut-être que le rapatriement de capitaux ou de bénéfices à l’extérieur de la Chine entraine aujourd’hui une inspection et sécurité accrue de la part du gouvernement. Compte tenu de l’atteinte de niveaux records d'investissements directs à l’étranger (IDE) au cours des dernières années, le gouvernement chinois a instauré, à la fin de l’année 2016, de nouvelles mesures de contrôle des capitaux par le biais d'annonces publiées par des agences gouvernementales. Ces annonces mentionnaient que certaines transactions sortantes ne seraient pas approuvées à moins d'obtenir une autorisation spécifique. Les transactions particulières qui peuvent affecter les EICE sont :

Le degré de surveillance gouvernementale des IDE varie en fonction des montants transigés, du secteur d’activité, du pays destinataire et de l’investisseur. Depuis juillet 2017, les banques et les institutions financières en Chine doivent déclarer toutes transactions en espèces d'un montant égal ou supérieur à 50 000 RMB (7 600 USD), qu’elles soient effectuées en Chine ou à l'étranger. Le seuil précédent était de 200 000 RMB (30 350 USD). Tous les transferts à l’étranger effectués par des particuliers, d’un montant égal ou supérieur à 10 000 USD, seront également signalés.

De plus, ceux qui ont l’intention de transférer des fonds devront justifier de quelle façon ils feront usage des devises étrangères et devront remplir un formulaire en ligne dans lequel ils devront s'engager à ne pas utiliser ces devises étrangères pour se procurer des biens, des titres, une assurance vie ou des produits similaires à l'étranger.

Avis de non-responsabilité

Dezan Shira & Associates

Le service des délégués commerciaux du Canada en Chine recommande aux lecteurs de se référer aux conseils de professionnels selon leurs circonstances spécifiques. Cette publication ne devrait pas être utilisée comme substitut à des conseils professionnels. Le gouvernement du Canada ne garantit pas l'exactitude des informations contenues sur cette page. Les lecteurs sont priés de vérifier de manière indépendante l’exactitude et la fiabilité des informations.

Le contenu de cette page a été fourni par Dezan Shira & Associates, une entreprise de services professionnels multidisciplinaires pour l’ensemble de l’Asie, offrant des conseils juridiques, fiscaux et opérationnels aux investisseurs internationaux.

Date de modification: