Recherche

Une entreprise de logiciels d'enseignement en ligne accroît sa présence numérique dans le monde en raison de la pandémie et tire parti du nouvel ALENA

La pandémie de COVID‑19 a considérablement élargi le marché mondial des ressources éducatives en ligne, et en tant qu’entreprise de logiciels éducatifs qui fournit des ressources pour les cours d’enseignement en ligne, Off2Class était prête pour la pandémie de COVID‑19.

Serdar Cevher, James Heywood, Kris Jagasia
Serdar Cevher (à gauche), co‑fondateur technique; James Heywood (au centre), co‑fondateur et responsable du contenu; Kris Jagasia (à droite), co‑fondateur et PDG, à Off2Class

Quand la crise a éclaté, l’entreprise, qui se spécialise dans la vente de logiciels pour l’enseignement de l’anglais langue seconde (ALS), était déjà en train d’accroître sa présence numérique dans des pays comme le Mexique avec l’aide du Service des délégués commerciaux du Canada (SDC).

« La COVID‑19 a beaucoup fait augmenter la demande pour nos services », dit Kris Jagasia, PDG et co‑fondateur de l’entreprise torontoise. Et grâce aux avantages offerts par le nouvel accord de libre‑échange nord‑américain (ALENA), l’entreprise est particulièrement résolue à « intensifier ses activités sur les marchés américain et mexicain », ajoute‑t‑il.

Jagasia a lancé Off2Class en 2014 avec deux partenaires, dont James Heywood, un ex‑enseignant en ALS et diplômé en linguistique qui assume les fonctions de responsable de l’éducation au sein de l’entreprise. Après avoir décidé de lancer une école d’ALS en ligne alors qu’ils vivaient à Istanbul, Jagasia et Heywood ont constaté qu’il existait très peu de contenu de qualité conçu pour les cours d’ALS donnés dans des salles de classe virtuelles sous forme de vidéoconférence.

« À l’époque, l’enseignement linguistique en ligne était un concept entièrement nouveau », se rappelle Jagasia. Vu le manque de ressources pédagogiques en ligne, ils ont commencé à envoyer leur propre contenu à d’autres enseignants d’ALS. Ils ont ensuite entrepris de créer d’autres ressources clés pour leur plateforme, y compris un logiciel qui a rendu l’enseignement de l’anglais plus efficient.

Off2Class connaît une croissance exponentielle depuis 2014, et l’entreprise avait commencé à offrir ses services dans des salles de classe physiques avant l’éclosion de la pandémie de COVID‑19. L’entreprise a alors rapidement réorienté sa stratégie et décidé de se concentrer uniquement sur le travail en ligne avec des enseignants, des salles de classe et des établissements de partout dans le monde.

Kris Jagasia
Kris Jagasia, co‑fondateur et PDG à Off2Class

Selon Jagasia, ce qui distingue Off2Class est son désir d’améliorer la qualité de l’enseignement d’anglais langue seconde (ALS) en habilitant les enseignants eux‑mêmes, contrairement à la plupart des sociétés de logiciels d’enseignement de langue seconde qui « tentent d’usurper l’enseignant et se concentrent sur l’auto‑apprentissage ». Au lieu de cela, Off2Class fournit un ensemble complet de programmes, un système de devoirs, des tests de placement, des évaluations, des données ainsi que des outils de production de rapports pour les utilisateurs de la plateforme. Sa « boîte à outils d’enseignement en ALS » est accessible tant aux enseignants individuels qui s’inscrivent sur le site Web de l’entreprise qu’aux établissements, comme les écoles de langue privées.

En tant qu’entreprise en ligne, Off2Class a immédiatement commencé à cibler les marchés internationaux, en particulier des pays comme le Mexique et les États‑Unis. Selon Jagasia, « n’importe qui dans le monde peut visiter notre site Web et s’informer des possibilités d’achat. »

Le SDC au Mexique a aidé l’entreprise à établir une stratégie pour mieux cibler les clients qu’elle souhaite attirer. Les déléguées commerciales Karen Serdan à Monterrey et Laura Garza à Mexico lui ont offert des services spécialisés, notamment en la mettant en contact avec des entreprises par l’intermédiaire de WhatsApp, une approche professionnelle courante au Mexique.

La percée d’Off2Class au Mexique « s’est produite au compte‑gouttes », dit Jagasia, d’abord avec des enseignants individuels et de petits clients. L’entreprise a attiré son premier client institutionnel d’importance, l’Universidad Technológica El Retoño, en 2018. Grâce au soutien offert en 2019 par le programme du SDC CanExport pour les PME, les représentants d’Off2Class ont pu voyager à divers endroits au Mexique pour explorer de nouveaux débouchés commerciaux. Les équipes de Serdan et Garza « les ont grandement aidés à accomplir le gros du travail pour ce qui est de mener des études de marché, de cibler des établissements et d’établir un contact là‑bas », dit Jagasia, avant d’ajouter que les deux déléguées et leurs équipes les ont aussi aidés en les présentant à des clients potentiels. « Les gens accordaient plus d’attention aux courriels de présentation initiaux s’ils provenaient du SDC. L’équipe d’Off2Class prenait ensuite le relais. »

Le nouvel ALENA a été très avantageux pour Off2Class. Par exemple, comme l’explique Jagasia, l’entreprise canadienne n’a pas à facturer de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) au Mexique. Le nouvel ALENA établit des règles qui offrent de la prévisibilité et favorisent la compétitivité au sein du marché nord‑américain, et il comprend même de nouveaux chapitres sur les PME et sur le commerce numérique qui aideront Off2Class. Jagasia a déclaré que les États‑Unis représentent déjà le principal marché de l’entreprise grâce à des clients d’envergure comme K12.com, une grande cyberécole comportant 77 succursales en ligne.

Le bureau régional du SDC à Toronto a également aidé l’entreprise à nouer des liens avec des délégués commerciaux en Nouvelle‑Zélande, en Australie et au Chili, de même qu’à obtenir une place dans la pépinière d’entreprises DMZ établie à l’Université Ryerson à Toronto.

Jagasia dit que la pandémie de COVID‑19 a donné énormément de visibilité à l’entreprise, car « de nombreux enseignants et programmes d’ALS ont été forcés de fournir leurs services en ligne du jour au lendemain, et ils n’étaient tout simplement pas préparés à cela ». Par exemple, bon nombre d’établissements mexicains qui se servaient d’Off2Class dans des écoles physiques ont pivoté leurs stratégies pour être en mesure d’utiliser la plate‑forme pour offrir leurs programmes en ligne.

« Off2Class permet de basculer complètement d’un mode de prestation à l’autre », ajoute Jagasia.

L’entreprise aide des universités et des écoles du Mexique à continuer d’offrir leurs programmes d’ALS, dit‑il. Off2Class observe également une « énorme augmentation » de l’utilisation de ses services par des enseignants indépendants qui cherchent à s’occuper pendant qu’ils sont confinés chez eux.

Les enseignants découvrent à quel point la boîte à outils d’Off2Class peut leur être utile.  Récemment, l’entreprise a même commencé à fournir aux enseignants des comptes Off2Class gratuits (en anglais) pour qu’ils puissent s’habituer rapidement à donner des cours en ligne pendant la pandémie.

Les plans futurs de l’entreprise incluent un objectif ambitieux : faire en sorte que dans l’année prochaine, chaque personne enseignant l’anglais comme langue seconde dans le monde entier aura au moins entendu parler d’Off2Class.

Avoir une grande vision et puiser dans les ressources et les nouvelles opportunités qui s’offrent aux entreprises sont quelques‑unes des stratégies qu’Off2Class est heureuse de partager. À cette fin, Jagasia encourage les entreprises canadiennes à tenir compte de ses conseils : « Bénéficiez tôt des services du SDC. Au bout du compte, les dividendes porteront leurs fruits. »

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport

Date de modification: