Recherche

Comment les entreprises canadiennes d’imagerie médicale prospèrent‑elles avec l’aide du réseau mondial de délégués commerciaux?

Les technologies numériques continuent de faire progresser le secteur des sciences de la vie, en particulier dans le domaine de l’imagerie médicale. Les progrès récents dans le domaine des logiciels et du matériel d’imagerie, dont plusieurs ont été réalisés par des entreprises canadiennes, ont permis aux médecins d’améliorer la détection, le diagnostic et le traitement de maladies, et ainsi d’accroître l’efficacité des systèmes de soins de santé dans le monde entier. La clé de la réussite de ces prouesses est l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle (IA).

Deux entreprises qui illustrent le leadership international du Canada dans ce sous‑secteur de la santé numérique sont MetaOptima et Circle CVI. Elles connaissent du succès dans un nombre croissant de marchés internationaux grâce à des innovations inspirées de l’expertise multidisciplinaire et à l’aide du Service des délégués commerciaux (SDC) du Canada.

Les solutions de dermatologie numérique ont un succès rapide en Océanie

MetaOptima a conçu une solution qui aide à surmonter un défi central de la dermatologie : de nombreuses affections et réactions de la peau semblent semblables, ce qui rend difficile et fastidieux de les diagnostiquer avec précision. Afin d’améliorer la prise de décision en matière de diagnostic, l’entreprise a développé DermEnginemc, un logiciel fondé sur l’intelligence artificielle (IA), qui permet aux dermatologues de consulter une base de données intégrant un grand nombre d’images et leurs diagnostics correspondants.

Située à Vancouver (Colombie‑Britannique), MetaOptima a été fondée par Maryam Sadeghi et Majid Razmara, 2 Iraniens qui sont venus au Canada pour faire des études de cycles supérieurs en informatique. Ils sont maintenant citoyens canadiens et sont respectivement présidente‑directrice générale et dirigeant principal de la technologie de l’entreprise. Tout en menant une partie de ses recherches de doctorat à la British Columbia Cancer Agency, Mme Sadeghi a su déceler les possibilités d’améliorer les soins de santé en utilisant l’informatique avancée.

Maryam Sadeghi
Maryam Sadeghi, cofondatrice et PDG de MetaOptima

« De nombreux aspects de la manière dont les images de diagnostic sont interprétées, stockées et communiquées sont axés sur le papier », déclare Mme Sadeghi. « J’ai commencé à voir que les technologies numériques pouvaient non seulement améliorer les capacités diagnostiques des médecins, mais aussi améliorer l’efficacité des systèmes de soins de santé. »

L’entreprise s’est d’abord concentrée sur le mélanome, un cancer de la peau courant.

« Les technologies numériques peuvent aider au diagnostic et au traitement de centaines de maladies et d’affections de la peau », indique Mme Sadeghi. « Le mélanome n’est que le début. »

Pour élargir ses activités à l’étranger, l’entreprise a commencé à travailler avec le Service des délégués commerciaux (SDC) du Canada et a rapidement vu ses efforts récompensés en Australie, où le cancer de la peau est particulièrement répandu.

« Le SDC a offert un soutien incroyable », indique Mme Sadeghi. « Il nous a présenté plusieurs clients et partenaires potentiels en Australie et en Nouvelle‑Zélande, et il a appuyé notre participation à une importante conférence. »

MetaOptima a rapidement trouvé des clients dans les 2 pays, et ses solutions de dermatologie profitent aujourd’hui à des centaines de médecins et à un million de patients dans le monde entier. La société a également des clients aux États‑Unis, en Italie et en Amérique du Sud, et espère percer au Royaume‑Uni en 2021.

« Grâce au SDC, vous n’êtes jamais laissé à vous‑même et vous avez toujours accès à un bureau local », affirme Mme Sadeghi. « Le SDC a organisé pour nous des rencontres avec des clients potentiels et nous a offert des renseignements précieux sur de nouveaux marchés. »

Les revenus provenant des ventes internationales et des investisseurs privés contribuent au financement de la prochaine innovation de MetaOptima : DermDrone, un appareil autonome qui enregistre des images tridimensionnelles du corps du patient.

Le leader des logiciels d’imagerie cardiaque a une vision globale dès le départ

Circle Cardiovascular Imaging (Circle CVI) adopte une approche semblable en vue de renforcer la capacité des cardiologues à obtenir des renseignements diagnostiques à partir d’images du cœur. Située à Calgary (Alberta), Circle CVI s’appuie sur son expertise multidisciplinaire pour développer des logiciels d’imagerie innovateurs. L’équipe de direction de l’entreprise comprend non seulement des médecins, mais aussi des experts en génie, en développement logiciel, en robotique et en apprentissage automatique.

Pascal Labrecque
Pascal Labrecque, directeur des opérations commerciales de Circle CVI

« Compte tenu de son emplacement, il n’est pas facile de voir le cœur d’un patient », affirme Pascal Labrecque, directeur des opérations commerciales de Circle CVI, « ce qui peut compliquer le diagnostic de diverses anomalies et maladies cardiaques. La meilleure option est l’imagerie par résonance magnétique, l’IRM, mais les appareils sont coûteux, et il faut parfois plus de 90 minutes pour effectuer un examen cardiaque par IRM, en faire l’analyse et produire un rapport. »

Le logiciel phare de l’entreprise, cvi42, analyse rapidement les résultats d’examen et génère des rapports exceptionnellement complexes. Grâce au logiciel, un plus grand nombre de patients ont reçu un diagnostic plus précis et plus rapide. Circle CVI propose également un logiciel semblable pour tomodensitogramme.

Dès ses débuts, Circle CVI a ciblé des marchés du monde entier. En fait, l’un des fondateurs de l’entreprise a émigré d’Allemagne pour accéder au riche écosystème de santé numérique du Canada.

« Nous avons commencé à travailler avec le Service des délégués commerciaux du Canada dès le début », indique M. Labrecque. « Les délégués commerciaux sont formidables, et s’empressent de tirer parti de leurs réseaux. Dans la plupart des cas, ils nous ont donné une liste de personnes‑ressources une semaine seulement après que nous ayons déterminé un marché potentiel. »

La plupart des clients de Circle CVI sont des hôpitaux, des autorités sanitaires, des réseaux de cardiologie et de radiologie. Il n’est pas surprenant que l’entreprise ait décroché des clients en Allemagne presque immédiatement. Aujourd’hui, elle réalise des ventes dans plus de 50 pays, principalement aux États‑Unis et en Chine. En 2019, un article de Newsweek est venu affermir la réputation de l’entreprise en tant que chef de file mondial de l’imagerie cardiaque : des 10 meilleurs hôpitaux du monde recensés par le magazine, tous utilisent la plateforme cvi42.

« Le Canada est un foyer d’activités dans le développement de technologies d’imagerie médicale », affirme M. Labrecque. « Nous travaillons directement avec les fabricants d’appareils d’imagerie pour en améliorer l’efficacité. Pour être acceptée dans le domaine des soins de santé dans le monde entier, l’IA doit être perçue comme un soutien aux médecins et non comme un substitut. »

Soutien du SDC

Le Service des délégués commerciaux aide les entreprises canadiennes à se développer en leur donnant accès à ses programmes de financement et de soutien, à des débouchés internationaux et à son réseau de délégués commerciaux dans plus de 160 villes du monde entier.

Développez votre entreprise novatrice grâce aux moyens suivants :

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport

Date de modification: