Recherche

Pleins feux sur le commerce inclusif – Les entreprises autochtones

L’objectif du commerce inclusif est de veiller à ce que tous les segments de la société puissent tirer parti des occasions qui découlent du commerce. Cela signifie qu’il faut assurer l’égalité des chances aux petites et moyennes entreprises (PME) qui peuvent déjà être désavantagées, notamment celles appartenant à des femmes, des membres des communautés autochtones, des jeunes et d’autres groupes sous-représentés.

Le présent guide, intitulé Pleins feux sur le commerce inclusif – Les entreprises autochtones, est axé sur les façons de promouvoir davantage une stratégie de diversification commerciale qui profite aux entreprises appartenant majoritairement aux peuples autochtones, grâce à l’entrepreneuriat autochtone et à la diversification des fournisseurs.

Table des matières

Qu’est-ce que le commerce inclusif?

Le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC) a le plaisir de présenter le guide Pleins feux sur le commerce inclusif – Entreprises autochtones, qui fait la promotion d’un programme commercial inclusif qui profite aux entreprises autochtones. Son objectif est d’offrir aux entreprises autochtones plus de possibilités d’étendre leurs activités et de progresser à l’échelle internationale en exportant.

Les entreprises autochtones sont celles qui sont détenues et contrôlées majoritairement par des Autochtones ou des communautés autochtones. Les entrepreneurs autochtones sont issus des trois principaux groupes autochtones (Premières Nations, Inuits et Métis); ils sont présents dans chaque province et territoire et sont également représentés dans tous les secteurs de l’économie.

Les entreprises autochtones sont principalement des petites entreprises (de 1 à 99 employés) et la plupart ont moins de dix employés. Bon nombre des grandes entreprises existantes appartiennent à des collectivités inuites ou des Premières Nations. (Source)

Diversité des fournisseurs

Définition : « ... certifie que les entreprises sont détenues, gérées et contrôlées au moins à 51 % par des Autochtones ou des membres de minorités visibles, qu’elles fournissent les produits et services décrits dans leur profil de fournisseur... et qu’elles ont donc plus de chances d’atteindre leurs objectifs commerciaux. » (Source : CAMSC)

Les initiatives touchant la diversification des fournisseurs permettent d’instaurer un approvisionnement inclusif en biens et en services auprès de groupes qui sont normalement sous-représentés dans les chaînes d’approvisionnement. Les fournisseurs diversifiés comprennent des entreprises appartenant à des femmes, à des peuples autochtones, à des minorités ethniques ou à une personne qui s’identifie comme LGBTQ2. Si votre entreprise est détenue et exploitée à hauteur de plus de 51 % par des membres de groupes désignés, elle peut se prévaloir des initiatives de diversification des fournisseurs.

Des initiatives en matière de diversité sont en place par la plupart des sociétés américaines du Fortune 500. Certaines organisations exigent que votre entreprise obtienne une accréditation à titre de fournisseur répondant aux critères de diversification. Les organismes de certification canadiens comprennent le Conseil canadien pour le commerce autochtone (CCCA), le Canadian Aboriginal & Minority Supplier Council (CAMSC), WEConnect International au Canada (entreprises appartenant à des femmes) et WBE Canada (entreprises à propriété féminine).

Le Conseil canadien pour le commerce autochtone (CCCA) offre le programme d’accréditation Relations autochtones progressives, une stratégie d’approvisionnement, des outils et du financement pour les entreprises autochtones, ainsi qu’un programme de mentorat destiné aux entreprises autochtones. Les objectifs du CCCA comprennent la promotion des entreprises détenues majoritairement par des peuples autochtones et la facilitation des occasions d’affaires pour ces derniers.

Le Canadian Aboriginal & Minority Supplier Council (CAMSC) appuie les entreprises appartenant en majorité à des peuples autochtones en les encourageant à communiquer avec le gouvernement, de grandes sociétés et d’autres entreprises. La certification aide les peuples autochtones à promouvoir leurs services et leurs produits auprès d’un public élargi et à accéder à de nouveaux marchés. 

Exemple de réussite :

Arctic UAV – Arctic UAV, une entreprise d’imagerie autochtone basée à Iqaluit, au Nunavut, fournit des vidéos haute définition, des photos et des données de relevés. Elle mène des activités à l’échelle mondiale et a récemment ouvert un bureau au Groenland. Arctic UAV attribue à l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne (UE) ses récentes réalisations – « l’AECG nous a directement été avantageux », a déclaré Kirt Ejesiak, président et chef de la direction d’Arctic UAV.

Le bureau du Groenland d’Arctic UAV a facilité de nombreux déplacements en provenance et à destination de l’Union européenne en vue d’offrir ses services, ce qui lui a permis d’exporter une partie de ses connaissances et de son expertise vers d’autres groupes autochtones en Europe.

M. Ejesiak reconnaît également que le SDC les aide à tirer pleinement parti des avantages de l’AECG – « en plus de réduire nos coûts d’importation de systèmes et de matériaux, la réglementation sur la mobilité de la main-d’œuvre permet aux formateurs de venir dans l’Arctique pour former les employés d’UAV ».

Pour avoir de plus amples renseignements sur Arctic UAV, cliquez ici : https://www.youtube.com/watch?v=0YUkR4y7y7q1I.

Ressources pour les entrepreneurs autochtones 

Les ressources suivantes du gouvernement du Canada sont conçues pour soutenir la croissance et la prospérité des entreprises autochtones au Canada.

ProgrammeÀ propos de
CanExportCanExport est un programme élaboré par le SDC et le Programme d’aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada PARI-CNRC) pour fournir une aide financière aux PME qui cherchent à exploiter de nouveaux débouchés et marchés d’exportation, particulièrement dans les marchés émergents à forte croissance.
Fonds du Programme d’entrepreneuriat autochtone (PEA)Dans le cadre de l’initiative sur les partenaires de prestation de programme, Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada s’associe aux institutions financières autochtones (IFA) pour fournir des fonds pour le développement des entreprises. Les IFA sont situées dans toutes les régions du pays et sont bien placées pour répondre aux besoins et aux aspirations des entrepreneurs et des collectivités autochtones à l’échelle locale. Les IFA sont responsables de la gestion, de la distribution et de l’administration d’un fonds d’investissement, et elles ont le pouvoir d’approuver le financement d’activités à hauteur maximale de 99 999 $ pour les Autochtones et les entreprises autochtones constituées en société, et de 250 000 $ pour les entreprises détenues par la collectivité autochtone.
Prêt aux entrepreneurs autochtonesUne autre option de financement pour les entreprises détenues majoritairement par des peuples autochtones est le prêt aux entrepreneurs autochtones de la Banque de développement du Canada (BDC). Les personnes admissibles peuvent obtenir jusqu’à 250 000 $ et profiter d’avantages comme un risque personnel limité et des modalités de remboursement souples. En date du 31 mars 2018, la BDC comptait plus de 500 clients autochtones au Canada et s’était engagée à leur verser plus de 300 millions de dollars.
Stratégie d’approvisionnement auprès des entreprises autochtones (SAEA)Le gouvernement du Canada appuie les entreprises appartenant majoritairement à des peuples autochtones par l’entremise de la Stratégie d’approvisionnement auprès des entreprises autochtones (SAEA), qui leur donne l’occasion de soumissionner pour des marchés publics et, par conséquent, renforce l’entrepreneuriat autochtone. Pour profiter des avantages de la SAEA, les entreprises doivent être inscrites au Répertoire des entreprises autochtones.

Fait

Les entreprises appartenant en majorité à des peuples autochtones peuvent être exonérées d’impôts si les produits et services sont vendus dans les réserves. Pour en savoir plus, consultez le site Web de l’Agence du revenu du Canada (ARC) Renseignements concernant l’exemption fiscale prévue à l’article 87 de la Loi sur les Indiens sous la rubrique « Revenu d’entreprise ».

Exemple de réussite :

En tant qu’entreprise de transformation numérique détenue et exploitée par des Métis, ID Fusion a pour objectif d’être un acteur de changement positif pour les peuples autochtones. Pour alimenter cette vision, ID Fusion se concentre principalement à aider les petites et moyennes entreprises à croissance rapide à planifier et à faire évoluer leur technologie, les grandes multinationales à créer et à maintenir des applications mobiles, et les organisations gouvernementales à améliorer et à maintenir les applications existantes. Avec des bureaux à Winnipeg et à Chicago, ID Fusion dessert des clients partout dans le monde, de Winnipeg à Toronto, en passant par Cincinnati et Helsinki.

Répertoire des entreprises autochtones : Ce répertoire a été élaboré par Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE), Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC) et le ministère des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation de l’Ontario. Pour s’inscrire, les entreprises détenues et contrôlées à 51 % par des intérêts autochtones doivent répondre à des critères stricts, c.-à-d : une bande au sens de la Loi sur les Indiens; une entreprise individuelle; une société à responsabilité limitée, etc.

Association touristique autochtone du Canada : Les entreprises qui sont détenues et contrôlées à 51 % ou plus par des Autochtones et qui font la promotion d’expériences autochtones authentiques peuvent se joindre à l’Association touristique autochtone du Canada (ATAC). Son objectif est de promouvoir le tourisme autochtone au Canada et de préserver la culture autochtone. Elle invite toute personne qui partage son objectif à devenir membre et à s’impliquer. Les entreprises touristiques autochtones enregistrées auprès de l’ATAC obtiennent la promotion de leurs services par l’entremise de programmes de marketing afin d’attirer de nouveaux clients.

Institutions financières internationales (IFI)

Dans de nombreuses régions du monde, les institutions financières internationales (IFI) jouent un rôle important dans les programmes de développement social et économique des pays en développement ou en transition. Ce rôle consiste entre autres à fournir des conseils sur les projets de développement et leur financement et à fournir de l’aide pour leur mise en œuvre. Les programmes de développement des principales IFI représentent environ 150 milliards de dollars par an. 

Les IFI fournissent une aide financière sous forme de prêts, de crédits et de subventions, ainsi que des services techniques et consultatifs aux gouvernements nationaux pour un large éventail de projets de développement. Les pays emprunteurs utilisent les fonds pour acheter les biens et services nécessaires et utilisent l’assistance technique pour concevoir et mettre en œuvre ces projets. 

Les entreprises canadiennes cherchant à percer des marchés émergents peuvent réduire le risque auquel elles s’exposent en tentant de participer à des projets parrainés par des IFI. Les IFI sont habituellement bien informées du programme du gouvernement et de ses projets d’investissement relativement à des initiatives de développement économique. Elles sont souvent aussi bien au fait du paysage politique et économique des pays.

Vous devriez considérer les occasions d’affaires financées par les IFI comme un des éléments de votre stratégie élargie de marketing international plutôt que comme un point d’entrée dans un nouveau marché. Cela dit, si vous avez déjà exporté avec succès dans un marché particulier, vous pouvez vous attendre à ce que votre stratégie s’adapte bien aux possibilités de projets des IFI.

Il est généralement conseillé de travailler avec un partenaire local. De tels partenariats peuvent vous donner la présence et l’expertise locales qui vous aideront à faire le suivi nécessaire, sans compter que le fait d’avoir quelqu’un sur place peut vous aider à réduire vos coûts. Il convient également de noter que le contenu local est l’un des critères d’évaluation d’un contrat dans la plupart des cas; c’est pourquoi démontrer que votre offre contient un tel contenu peut faire la différence entre gagner et perdre un contrat.

Le Canada est partenaire et actionnaire de la Banque mondiale, qui est la principale IFI mondiale, en plus des six autres banques régionales de développement (Banque africaine de développement, Banque asiatique de développement, Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, Banque de développement des Caraïbes, Banque européenne pour la reconstruction et le développement et Banque interaméricaine de développement). La participation du Canada à la Banque mondiale permet à ses entreprises et à ses citoyens de répondre aux appels d’offres compétitifs lancés par ces banques.

Les Bureaux de liaison du Canada avec les institutions financières internationales (BLIFI), situés dans les villes où les IFI ont leur siège social, peuvent vous aider à vous renseigner sur les possibilités d’approvisionnement par l’entremise des IFI, notamment sur la façon dont les fonds sont dépensés et sur la façon de trouver ces possibilités et de les exploiter. Pour en savoir davantage, consultez la page des BLIFI.

Le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC) aide les entreprises en organisant des activités de sensibilisation et de formation et en leur faisant mieux connaître les mandats et les activités des IFI, de façon de leur permettre de comprendre les occasions d’affaires qui s’offrent à eux.

Femmes d’affaires autochtones

Fait :

Une étude réalisée par BMO en février 2018 (Innover partout, au quotidien : Les femmes entrepreneures et l’innovation) a constaté que « [l]es femmes entrepreneures autochtones innovent dans tous les secteurs et dans chaque volet de leur entreprise. Elles considèrent que la collaboration est essentielle et doivent relever les mêmes défis [que les entrepreneures non-Autochtones] en composant avec les fardeaux supplémentaires que sont les préjugés, le manque possible de soutien de la part de la collectivité et de la famille, l’absence de modèles à suivre, un surcroît de responsabilités familiales et parentales, et l’insuffisance de l’accessibilité à de la formation et à des réseaux à haute vitesse dans les réserves plus isolées. » (Source)

Vingt et un pour cent des entrepreneurs qui empruntent à une institution financière autochtone sont des femmes. Les microentreprises représentent près de 90 % des entreprises exploitées par des femmes autochtones : 84 % sont des entreprises individuelles, 74 % sont situées dans les réserves et 86 % sont situées à domicile.

Le programme Femmes d’affaires en commerce international (FACI) du SDC offre des produits et services ciblés pour aider les femmes entrepreneures à étendre leur présence dans le monde et leur offrir des missions commerciales exclusives et des occasions de réseautage.

Exemple de réussite :

Ellen Melcosky, membre de la Première Nation d’Esketmc, a fait progresser son entreprise, Little Miss Chief Gourmet Products Inc. en exportant à l’échelle mondiale avec l’aide du SDC. Elle recommande aux autres entreprises autochtones de s’adresser au SDC et de rester en contact avec celui-ci. « Ils sont là pour nous rendre service. Manifestez-vous, faites-leur savoir que vous voulez exporter vers différents pays, que vous en avez la capacité et que vous êtes renseignés. » (Source : CanadExport, 2017)

Le Réseau d’entrepreneuriat des femmes d’affaires autochtone (Aboriginal Women’s Business Entrepreneurship Network – AWBEN) a été lancé en décembre 2012 :

Témoignage : « Si vous songez à démarrer une entreprise, n’ayez pas peur de prendre des risques! Aimer ce que vous faites est important, mais prendre soin de la gestion financière et de l’aspect administratif de votre entreprise est la clé de son succès. De plus, cultivez un réseau de soutien dans votre communauté, et il vous soutiendra tout de suite! » – L’honorable Eva Aariak (ancienne première ministre du Nunavut) qui avait sa propre entreprise jusqu’à son élection au poste de première ministre en 2008.

De même, le Réseau des femmes d’affaires inuites a été créé pour soutenir et aider toutes les femmes d’affaires inuites à toute étape de développement des affaires par le mentorat, en leur fournissant des ressources faciles à lire et en créant une communauté qui les encourage.

Exemple de réussite :

Cheekbone Beauty est une marque de cosmétiques vendus en ligne qui utilise uniquement des produits canadiens et réinvestit une partie des profits dans l’éducation des Premières Nations. La fondatrice Jennifer Harper est une entrepreneure autochtone passionnée qui s’efforce de créer des changements positifs grâce à une plateforme qui lui permet de redonner aux communautés autochtones. Vous trouverez de plus amples renseignements en cliquant ici.

Jeunes Autochtones

Selon Statistique Canada, la population autochtone en milieu urbain connaît une croissance considérable. L’âge moyen de la population autochtone était de 32,1 ans en 2016 – soit près d’une décennie plus jeune que la population non autochtone (40,9 ans). Il est donc logique que, dans la promotion d’un programme commercial inclusif, les jeunes Autochtones doivent également être pris en compte. Affaires internationales Canada Initiative de Stages internationaux pour les jeunes Autochtones (SIJA) vise à fournir aux jeunes Autochtones une expérience de travail précieuse en développement international.

La BDC dispose de ressources pour jeunes entrepreneurs en général, comme les prêts aux petites entreprises jusqu’à concurrence de 100 000 $ et les conseils aux entreprises. Il offre également un Programme d’emplois d’été et de stages pour élèves autochtones qui offre aux étudiants autochtones des collèges et universités l’occasion d’acquérir de l’expérience en faisant un stage à la BDC. Les candidats retenus reçoivent une formation et un mentorat conçus pour les préparer à une future carrière permanente à la BDC.

Exemple de réussite :

En 2018, Jordan Jolicoeur a reçu le Prix du jeune entrepreneur autochtone del’année. Sa petite entreprise familiale, Carvel Electric, compte dix employés, dont six s’identifient comme autochtones. Ce qui était au départ une petite entreprise familiale à temps partiel s’est maintenant étendu à des contrats à grande échelle. Carvel Electric est maintenant un joueur important dans l’industrie de l’électricité en Alberta. « J’espère que ça montre qu’il est possible de construire quelque chose à partir de rien. » – Jolicoeur. (Source)

De plus, le CCCA rend hommage aux jeunes Autochtones en affaires par l’entremise de leur Prix national du jeune entrepreneur autochtone de l’année. Ce prix vise à reconnaître un jeune Canadien des Premières Nations, inuit ou métis ayant un esprit d’entreprise et des qualités de leader. Le gagnant reçoit un prix en argent de 10 000 $.

Futurpreneur Canada est le seul organisme national sans but lucratif à fournir du financement, du mentorat et des outils d’aide aux entrepreneurs en herbe âgés de 18 à 39 ans. Plus précisément, Futurpreneur soutient les jeunes entrepreneurs en leur offrant jusqu’à 45 000 $ en financement, un mentorat d’affaires d’une durée maximale de deux ans et d’autres ressources pour aider les chefs d’entreprise de demain à gérer et à développer leur entreprise. 

Futurpreneur, en tant que membre fondateur de l’Alliance des jeunes entrepreneurs du G20 (G2O YEA), un réseau mondial de plus de 500 000 membres, facilite également les possibilités internationales. Avant chaque Sommet des dirigeants du G20, le G2O YEA réunit des centaines de jeunes entrepreneurs parmi les meilleurs au monde pour promouvoir l’entrepreneuriat chez les jeunes comme moteur de la croissance économique, de l’innovation et du changement social. Le Sommet offre une occasion unique de faire partie d’un réseau de champions – pour conseiller, échanger des idées et proposer des solutions sur les questions clés du moment. Il s’agit également d’une occasion en or pour les jeunes entrepreneurs de faire progresser leur entreprise, d’établir des liens internationaux et d’explorer la croissance internationale.

Exemple de réussite :

Okwaho Equal Source est fière d’être détenue et exploitée à 100 % par des Autochtones (Anishinaabe, Kanien'kehá:ka et Maori). Sa mission est de favoriser les progrès sociaux, économiques et environnementaux grâce à l’autonomisation des Autochtones et à l’inclusion de divers entrepreneurs et entreprises autochtones. Cette multinationale, qui a des sièges sociaux au Canada et en Australie, a élargi son réseau d’affaires mondial et son statut de consultant en incluant une brochette impressionnante d’universitaires d’expérience, de conseillers des collectivités, de l’industrie et du secteur de l’environnement, de même que de professionnels du Canada, des États-Unis, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Shyra Barberstock, présidente de la société (Amérique du Nord) et présidente du conseil mondial, explique : « Nous sommes animés par la passion de redéfinir les paysages commerciaux autochtones ici au Canada. Ce que nous avons obtenu, c’est une position d’influence mondiale qui offre une plateforme pour démontrer aux intervenants potentiels la sophistication et la vision prospective de l’ingéniosité autochtone dans le développement des affaires aux niveaux local, national et international. »

Événements sur le commerce international autochtone

Le World Indigenous Business Forum (WIBF) est une conférence annuelle dont l’objectif est d’avoir un impact économique sur la population autochtone du monde entier en offrant une plateforme pour discuter des défis du monde des affaires et fournir une communauté et possibilité de réseautage. En 2019, le WIBF se tiendra à Vancouver du 8 au 10 octobre.

L’International Inter-tribal Trade and Investment Organization (IITIO) organise des conférences au Canada et aux États-Unis pour appuyer et améliorer la circulation et les échanges mondiaux de biens, de services et d’investissements autochtones.

Organisé par le National Center for American Indian Enterprise Development (NCAIED), le Reservation Economic Summit (RES) est la plus grande conférence d’affaires amérindienne aux États-Unis.

Le Conference and Business Opportunity Exchange du National Minority Supplier Development Council est le premier forum aux États-Unis sur le développement des fournisseurs issus de minorités ethniques. Pendant quatre jours, plus de 6 000 PDG d’entreprises, responsables de l’approvisionnement et professionnels de la diversité des fournisseurs des plus grandes multinationales, ainsi que des chefs d’entreprises asiatiques, noirs, hispaniques et amérindiens et des organisations internationales se réuniront à Atlanta (Géorgie) du 13 au 16 octobre 2019 pour souligner la valeur de l’intégration des entreprises constituées par une minorité ethnique dans la chaîne logistique mondiale.

Êtes-vous prêt à exporter?

Le Guide pas-à-pas à l’exportation vous aidera à :

Téléchargez ce guide gratuit et accédez à toutes les publications d’exportation du SDC par l’entremise de MonSDC.

Consultez ces ressources supplémentaires :

Veuillez consulter les sites Web de votre gouvernement provincial ou territorial et des associations et organisations commerciales pertinentes pour obtenir de plus amples renseignements sur leurs ressources.

Le SDC est présent sur le terrain dans plus de 160 villes partout dans le monde.

Le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC) recueille des renseignements sur les marchés et cerne des occasions d’affaires pour les entreprises canadiennes.

Nos spécialistes de l’exportation peuvent aider votre entreprise à :

Informations additionnels

Date de modification: